Des chercheurs de l’université de l’Oregon (États-Unis) ont percé le secret de ces crustacés miniatures pour nager aussi rapidement : des pagaies construites à partir des filaments extracellulaires de leur cuticule. © Université de l’Oregon

Planète

Ces crustacés miniatures défient les lois de la physique

ActualitéClassé sous :Crustacé , copépode , Acartia

La nature est ingénieuse. Et une fois de plus, elle surprend aujourd'hui les chercheurs en dotant ces minuscules crustacés, des copépodes, de la capacité à fabriquer des pagaies. Objectif : démarrer en trombe pour échapper aux prédateurs.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Chroniques du plancton : le phronime, un étrange crustacé  Le phronime, ou tonnelier de mer, petit crustacé planctonique, se promène jusqu’à 1 km de profondeur. Il aime à vivre dans un tonneau gélatineux qu'il se confectionne... avec des proies bien choisies. Christian Sardet, directeur de recherche au CNRS, nous offre avec sa superbe collection Chroniques du Plancton un voyage en vidéo aux côtés de ces animaux étonnants. 

Les copépodes sont des crustacés primitifs qui dépassent rarement les deux millimètres de long. Et des chercheurs de l’université de l’Oregon (États-Unis) les ont récemment étudiés au microscope et par enregistrement vidéo haute vitesse -- pas moins de 8.000 images par seconde contre 30 images par seconde pour une caméra classique. Pour comprendre comment les espèces communes du genre Acartia défient les lois de la physique lorsqu'ils se déplacent dans l'eau.

« Ils fabriquent des pagaies à partir d'un matériau tellement léger et élastique qu'il pourrait aussi bien ne pas être là. Pourtant il se comporte comme un solide qui permet à ces étonnants crustacés de vaincre la viscosité de l'eau pour se déplacer à grande vitesse », explique George von Dassow, un des chercheurs à l'origine de l'étude, dans un communiqué.

Pour échapper au danger, les espèces communes de copépodes du genre Acartia bâtissent des pagaies éphémères qui leur permettent d’atteindre de grandes vitesses de nage. Comme ici, en vidéo. © Université de l’Oregon

Des pagaies éphémères

Pour se faire une idée de la sensation que doivent ressentir dans l’eau ces êtres miniatures, imaginez tout simplement devoir nager dans un épais sirop. Alors, comme les oiseaux ont développé des plumes, ces copépodes ont développé des pattes à pagaies. Des structures éphémères bâties à partir des filaments extracellulaires de leur cuticule. Ces pagaies sont des mailles ouvertes d'exosquelette qui s'ouvrent et se ferment en moins de 10 millisecondes par brassée.

Lorsque ces pagaies balaient en arc, les copépodes peuvent atteindre des vitesses qui défient les lois de la physique. Des sursauts de vitesse -- qui atteignent quelque dix fois la vitesse moyenne des copépodes -- qui coûtent énergétiquement très cher à ces petits crustacés, mais qui peuvent leur sauver la vie. En 2003 déjà, ils avaient été filmés. Mais sans que les chercheurs en comprennent le mécanisme.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !