Chaque année en France, entre 1.000 et 1.500 sportifs, professionnels ou amateurs, sont victimes d’une mort subite, notamment les footballeurs. La crise cardiaque est souvent en cause. Ces évènements pourraient être prévenus.
Cela vous intéressera aussi

La mort subitemort subite peut survenir pendant, ou peu de temps après, un entraînement ou une compétition. Le football, le cyclisme et la course à pied sont les disciplines qui recensent le plus de cas. En ce qui concerne le football, les professionnels Marc-Vivien Foé, Antonio Puerta et Patrick Ekeng sont par exemple décédés d'une crise cardiaquecrise cardiaque ou des suites de troubles cardiaques.

Ces disciplines (football, cyclisme, course à pied) sont les plus populaires en France... La cause de ces accidentsaccidents n'est donc pas liée au sport pratiqué mais à la préexistence d'une pathologiepathologie cardiovasculaire (90 %) passée inaperçue.

Causes des crises cardiaques des footballeurs

Avant 35 ans, de nombreuses pathologies peuvent être en cause. L'Académie nationale de Médecine cite toutefois les cardiomyopathiescardiomyopathies hypertrophiques et les cardiopathiescardiopathies arythmogènes du ventriculeventricule droit. Après 35 ans, le tableau est dominé par les complications liées à une affection coronaire athéromateuse.

Prévenir les crises cardiaques chez les sportifs

La préventionprévention passe donc par un meilleur dépistagedépistage de ces maladies. C'est pourquoi de nombreux professionnels de santé se montrent favorables à la pratique d'un électrocardiogrammeélectrocardiogramme (ECG) de repos systématique, particulièrement chez les sportifs amateurs qui évoluent en compétition.

Enfin, la généralisation des défibrillateursdéfibrillateurs dans les enceintes sportives couplée à une meilleure connaissance des gestes de premiers secours au sein de la population générale pourraient aussi améliorer le taux de survie des patients touchés par ce type de maladie... lequel ne dépasse pas aujourd'hui 4 %.

Voir aussi notre article Mort subite du sportif : 10 règles d'or pour l'éviter.

Source :

  • Bull. Acad. Natle Méd., 2010, 194, no 7, 1237-1247 ;
  • Club des cardiologuescardiologues du sport.