Santé

Mort subite du sportif : 10 règles d’or pour l'éviter

ActualitéClassé sous :médecine , Mort subite du sportif , cardiologue

Faire du sport, c'est bien. Mais il ne faut pas pousser son corps, et en particulier son cœur, au-delà de ses limites. Le Club des cardiologues du sport vient de consacrer un colloque à la mort subite du sportif et synthétise ses conclusions sous formes de précieux conseils.

Pour la pratique régulière d'un sport, le médecin est un bon conseiller. © Alexander Raths / Fotolia

« L'attention [des médias] se focalise sur les sportifs de haut niveau, mais il y a 20 fois plus de cas de mort subite parmi les sportifs occasionnels », insiste Xavier Jouven, cardiologue à Hôpital européen Georges Pompidou de Paris.

C'est justement pour les millions de pratiquants français que le Club des cardiologues du sport a édicté 10 règles d'or pour prévenir la mort subite. A retenir...

  • 1- Je signale à mon médecin toute douleur dans la poitrine ou essoufflement anormal survenant à l'effort. Et cela quels que soient mon âge, mes niveaux d'entraînement et de performance, ou les résultats d'un précédent bilan cardiologique.
  • 2- Je signale à mon médecin toute palpitation cardiaque survenant à l'effort ou juste après.
  • 3- Je signale à mon médecin tout malaise survenant à l'effort ou juste après.
  • 4- Je respecte toujours un échauffement et une récupération de 10 minutes lors de mes activités sportives.
  • 5- Je bois 3 à 4 gorgées d'eau toutes les 30 minutes d'exercice, à l'entraînement comme en compétition.
  • 6- J'évite les activités intenses par des températures extérieures inférieures -5°C ou supérieures à 30°C, ainsi que durant des pics de pollution.
  • 7- Je ne fume jamais pendant l'heure qui précède ni les deux heures qui suivent une pratique sportive.
  • 8- Je ne consomme jamais de substance dopante et j'évite l'automédication en général.
  • 9- Je ne fais pas de sport intense en cas de fièvre, ni dans les 8 jours qui suivent un épisode grippal (fièvre et courbatures).
  • 10- Je pratique un bilan médical avant de reprendre une activité sportive intense. Surtout si j'ai plus de 35 ans pour les hommes, et 45 ans pour les femmes.

Attardons-nous sur cette dixième règle. Pourquoi une telle différence entre les deux sexes ? Parce que, explique le Pr Etienne Aliot (CHU de Nancy), « la maladie coronaire est particulièrement rare chez la femme avant 45 ou 50 ans. Elle est en revanche plus fréquente chez l'homme d'âge moyen et avancé, c'est-à-dire au-delà de 35 ans ».

Cela vous intéressera aussi