Santé

1984 : ulcère peptique et bactérie

Dossier - Les plus grandes découvertes en médecine
DossierClassé sous :médecine , histoire de la médecine , ADN

De la trépanation au génome humain, l'histoire de la médecine regorge d'idées et de découvertes importantes. Voici une sélection des moments clés de cette discipline. Plongez dans le monde des virus, des spermatozoïdes ou encore de la chirurgie…

  
DossiersLes plus grandes découvertes en médecine
 

En 1586, le médecin italien Marcellus Donatus de Mantoue fut le premier à décrire, dans sa pratique des autopsies, des ulcérations de la paroi de l'estomac. Jusqu'à récemment, les ulcères peptiques de l'estomac et du duodénum voisin étaient attribués au stress et à l'alimentation.

Analyse sanguine. © Syda Productions, Shutterstock

Nous savons aujourd'hui que la majorité des ulcères est causée par Helicobacter pylori, une bactérie spiralée qui se développe dans le milieu acide de l'estomac. La découverte de cette origine bactérienne de l'ulcère est due à des chercheurs australiens, Robin Warren et Barry Marshall. En 1984, pour vaincre le scepticisme de ses collègues, Marshall avala le contenu d'une boîte de Petri de H. pylori, et déclara cinq jours plus tard une gastrite (inflammation de la muqueuse stomacale).

Représentation artistique de Helicobacter pylori avec ses flagelles (petites queues en fouet, au nombre de quatre ou six), qui permettent à la bactérie de se déplacer à travers le mucus et d’atteindre l’épithélium de l’estomac. © Dunod

Les ulcères peuvent causer douleurs abdominales et vomissement de sang. La perforation d'un ulcère gastrique ou duodénal peut mettre la vie en danger. Lorsque H. pylori colonise l'estomac, elle provoque une inflammation chronique et perturbe la sécrétion de gastrine qui régule le taux d'acidité de l’estomac. Le diagnostic d'ulcère peptique peut se faire par détection de H. pylori dans des cultures de liquide stomacal ou duodénal, ou par la recherche d'anticorps dans le sang ou d'antigènes dans les selles, ou par un test respiratoire à l'urée, dans lequel le patient ingère de l'urée radioactive. La détection de dioxyde de carbone radioactif dans l'air expiré par le patient est signe que H. pylori est présente et a digéré l'urée contenant le carbone radioactif.

H. pylori est sans doute transmis par les aliments, l'eau et la salive humaine. Toutefois, seuls une minorité de porteurs de H. pylori développent des ulcères, pour des raisons tenant à une prédisposition génétique et à une variation de virulence des souches de H. pylori.

Le traitement des ulcères associe les antibiotiques, les composés bismuthés et les inhibiteurs de la pompe à protons, réduisant l'acidité de l'estomac. Les ulcères peptiques peuvent également être causés par l'usage des anti-inflammatoires non stéroïdiens, par diminution de la production des prostaglandines qui normalement stimulent la production de mucus protecteur dans l'estomac.