Le Français Ambroise Paré fut l'un des plus célèbres chirurgiens de la Renaissance, dont l'influence se fit sentir dans toute l'Europe. Grâce à son indépendance d'esprit, il libéra la chirurgiechirurgie de l'emprise du dogmatisme.

Les Travaux d'Ambroise Paré sont un monument de compétence et d'humanité unique dans l'histoire de la chirurgie. Son humble crédo était « je l'ai pansé, Dieu l'a guéri ».

Modèle du bronze d'Ambroise Paré par David d'Angers - Musée David d'Angers. © Selbymay, <em>Wikimedia commons</em>, CC by-sa 3.0

Modèle du bronze d'Ambroise Paré par David d'Angers - Musée David d'Angers. © Selbymay, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0

Alors que les médecins de l'époque considéraient les « barbiers-chirurgiens » comme d'un rang inférieur, Paré réussit à élever le statut des chirurgiens, et diffusa ses connaissances chirurgicales en écrivant en français, plutôt qu'en latin comme la tradition le voulait.

Main artificielle, d’après l’ouvrage d’Ambroise Paré <em>Instrumenta chyrurgiae et icones anathomicae</em> (<em>Instruments chirurgicaux et illustrations anatomiques</em>), 1564, Paris. © Dunod

Main artificielle, d’après l’ouvrage d’Ambroise Paré Instrumenta chyrurgiae et icones anathomicae (Instruments chirurgicaux et illustrations anatomiques), 1564, Paris. © Dunod

Ambroise Paré fit sa première découverte médicale significative pour le traitement des blessures par balles, qui étaient habituellement soignées par applicationapplication d'huile bouillante. Un jour que l'huile manquait, Paré fut obligé d'improviser en utilisant un onguent à base de térébenthine. Le lendemain, il constata que les soldats traités par l'huile bouillante étaient agonisants, avec des blessures enflées, alors que ceux qui avaient été traités avec l'onguent apaisant reposaient relativement calmes, avec peu de signes d'infection. De ce jour, Paré abandonna le traitement par l'huile bouillante.

En 1545, Paré rendit public son traitement des blessures dans son ouvrage La méthode de traiter les plaies d'arquebuses et autres bastons à feu, ouvrant la voie au développement d'une pratique chirurgicale humaine et « raisonnable ». Une autre contribution importante de Paré à la médecine fut sa mise au point de la ligature des vaisseaux sanguins (c'est-à-dire leur fermeture par un lien) pour prévenir l'hémorragie durant les amputationsamputations, à la place de la méthode traditionnelle de brûlure du moignon par application d'un ferfer chauffé au rouge. Paré apporta également divers progrès dans la chirurgie viscérale.