Santé

1892 : la découverte des virus

Dossier - Les plus grandes découvertes en médecine
DossierClassé sous :médecine , histoire de la médecine , ADN

De la trépanation au génome humain, l'histoire de la médecine regorge d'idées et de découvertes importantes. Voici une sélection des moments clés de cette discipline. Plongez dans le monde des virus, des spermatozoïdes ou encore de la chirurgie…

  
DossiersLes plus grandes découvertes en médecine
 

Rage, variole, fièvre jaune, dengue, poliomyélite, grippe, Sida, la liste des maladies virales se lit comme un catalogue de la misère humaine. Mais les scientifiques tâtonnèrent longtemps dans l'obscurité avant de percer les secrets des virus qu'ils ne pouvaient voir ni même imaginer.

Virus de la grippe. © Dreamerb, Shutterstock

Les virus occupent une étrange position, entre vivant et non-vivant. Ils ne possèdent pas toute la machinerie moléculaire nécessaire à leur propre reproduction, et doivent détourner le fonctionnement des cellules de leur hôte (animal, plante, champignon ou bactérie) de manière à leur faire fabriquer de nombreuses copies virales. Certains virus peuvent entraîner leurs cellules hôtes dans une multiplication non contrôlée, source de cancer. Nous savons aujourd'hui que la plupart des virus sont trop petits pour être observés au microscope ordinaire, la taille moyenne des virus étant environ le centième de celle des bactéries. Les virions (particules virales) consistent en matériel génétique sous forme d'ADN ou d'ARN et d'une enveloppe protéique externe.

La plupart des virus animaux sont symétriques (par exemple icosaédriques) et globalement de forme sphérique, comme figuré sur cette représentation artistique. © Dunod

En 1892, le biologiste russe Dmitri Ivanovski fit un premier pas vers la découverte des virus. Travaillant sur la maladie de la mosaïque du tabac, il filtra un extrait broyé de feuilles malades, à travers un filtre de porcelaine conçu pour arrêter les bactéries. À sa surprise, le filtrat obtenu était infectieux. Toutefois, Ivanovski incrimina des toxines ou des spores bactériennes. En 1898, le microbiologiste hollandais Martinus Beijerinck réalisa une expérience similaire et pensa qu'il s'agissait d'une sorte d'agent infectieux liquide dans la nature, qu'il qualifia de « germe vivant soluble ». Plus tard, les chercheurs furent capables de faire multiplier des virus sur des milieux contenant des tissus de cornée de cobaye, de rein de poule ou d'œufs embryonnés de poule. Ce n'est que dans les années 1930 que des virus purent enfin être vus en microscopie électronique.