Santé

L'accouchement : le travail et le rôle des hormones

Dossier - Accouchement : la naissance de bébé
DossierClassé sous :médecine , grossesse , Bébé

Découvrez l'accouchement étape par étape, depuis les contractions jusqu'à la naissance du bébé. Ce dossier aborde également les anomalies de grossesse et les premiers instants de la vie de bébé.

  
DossiersAccouchement : la naissance de bébé
 

L'accouchement, ou parturition, est l'ensemble des phénomènes mécaniques et physiologiques qui conduiront à la naissance de l'enfant et à l'expulsion de ses annexes à l'extérieur de l'utérus. La première partie constitue le travail, la deuxième correspond à la délivrance.

Quel est le rôle des hormones lors de l'accouchement ? © Reynardt, Shutterstock

Pour les parents qui s'y sont préparés, c'est le grand moment tant attendu. En salle de naissance, le travail est surveillé par des examens cliniques réguliers et le monitoring. L'examen du rythme cardiaque fœtal (RCF) permet le dépistage des souffrances du fœtus. La future maman est placée sous perfusion.

Accouchement : déroulement du travail

Il se déroule en deux phases :

  • La première est l'effacement et la dilatation du col ;
  • la deuxième est la sortie du bébé, ou expulsion.
Le travail commence avec les contractions. © Phovoir

Comment le travail se déclenche-t-il ?

C'est un ensemble multifactoriel dont tous les aspects ne sont pas entièrement connus. 

Les hormones sont en première ligne avec l'ocytocine et les prostaglandines, mais sans doute aussi des facteurs mécaniques dus à l'augmentation de la taille de l'utérus, qui provoque l'étirement de ses parois et déclenche les contractions.

En fin de grossesse, les œstrogènes sont au plus haut niveau dans le sang maternel, tandis que la progestérone reste à niveau constant ou baisse légèrement.

Ces hauts niveaux d'œstrogène stimulent la synthèse de récepteurs de l'ocytocine sur la membrane plasmique des cellules du myomètre (la paroi de l'utérus est constituée de l'endomètre, du myomètre et du périmétrium) mais aussi s'opposent à l'effet myorelaxant de la progestérone. Le myomètre devient petit à petit plus excitable, tout en s'affaiblissant, provoquant de faibles contractions du myomètre appelées « contractions de Braxton-Hicks ». Ces dernières sont à l'origine d'un faux travail. 

Le rôle des hormones durant l'accouchement

Mais, sous l'effet de l'ocytocine produite par l'hypophyse du fœtus, le placenta sécrète des prostaglandines. Ces deux hormones stimulent puissamment le myomètre. Les prostaglandines jouent un rôle dans la synchronisation des contractions du myomètre. Le myomètre rendu très sensible à l'ocytocine, les contractions s'intensifient. 

Dans un même temps, sous l'effet du stress physique et émotionnel ressenti par la mère, l'hypothalamus maternel envoie un signal à la neurohypophyse maternelle pour qu'elle libère de l'ocytocine.

L'ocytocine et les prostaglandines étant maintenant à de hautes concentrations, elles vont déclencher les contractions rythmiques du vrai travail.

Un mécanisme de rétroactivation se met en place quand l'hypothalamus est entré en action. Il met en jeu les mécanorécepteurs de l'utérus. Fortement stimulés, ces derniers permettent une sécrétion accrue d'ocytocine par l'hypothalamus, provoquant des contractions plus fortes. 

Par ailleurs, un changement d'état de la fibronectine fœtale (une glycoprotéine qui assure la liaison des tissus fœtaux et maternels) juste avant le début du travail favorise aussi les contractions du vrai travail.

(Précis d'obstétrique, R. Merger et collaborateurs, Mémento de la sage-femme, R. Matis, et Anatomie et physiologie humaines, Elaine N.)