Santé

Les premiers instants : test d’Apgar et respiration

Dossier - Accouchement : la naissance de bébé
DossierClassé sous :médecine , grossesse , Bébé

Découvrez l'accouchement étape par étape, depuis les contractions jusqu'à la naissance du bébé. Ce dossier aborde également les anomalies de grossesse et les premiers instants de la vie de bébé.

  
DossiersAccouchement : la naissance de bébé
 

La vie extra-utérine constitue un choc pour l'enfant qui n'a plus rien autour de lui. Il est expulsé de sa bulle d'eau chaude et va devoir assurer ses fonctions vitales : respirer, manger, excréter, maintenir constante sa température corporelle

Après la naissance, le bébé découvre la vie extra-utérine. © Malakhova Ganna, Shutterstock

C'est l'heure du premier test : le test d'Apgar

Grâce à cinq critères auxquels on attribue un coefficient de 0 à 2, que l'on additionne pour obtenir le score d'Apgar, l'état physique de l'enfant est évalué à une minute, puis cinq minutes après la naissance. Un score d'au moins 7 ou 8 indique que l'enfant est en bonne santé. En deçà, il révèle des anomalies d'une ou de plusieurs fonctions évaluées qui nécessitent une assistance.

Le score d’Apgar, de 0 à 10, est établi sur cinq critères. Un score supérieur ou égal à 7 indique que l’enfant est en bonne santé. © DR

La respiration du bébé

La première respiration est primordiale. Car dès que le placenta ne joue plus son rôle pour le gaz carbonique, ce dernier s'accumule dans le sang du nouveau-né, provoquant une acidose. Les centres respiratoires de l'encéphale sont alors stimulés et la première inspiration est déclenchée.

La première respiration est un gros effort physique car les voies respiratoires sont étroites et les poumons doivent être gonflés. Le surfactant (une lipoprotéine synthétisée pendant les derniers mois de la vie in utero et en quantité suffisante à partir de la 38e semaine) présent dans le liquide alvéolaire réduit alors la tension superficielle des alvéoles facilitant la respiration. 

C'est pourquoi les nouveau-nés prématurés ont souvent besoin d'une assistance respiratoire car leurs poumons ne sont pas en mesure de fonctionner en toute autonomie.

(Anatomie et physiologie humaines, Elaine N., et Mémento de la sage-femmeR. Matis.)