Sur la base de lancement de Space de Boca Chica (Texas), le SN4, quatrième prototype d'un démonstrateur du Starship, prend forme. Il devait réaliser un court vol d'essai dans le courant du mois de juin, mais a explosé lors d'un essai de déconnexion rapide des connexions ombilicales du prototype. © SpaceX, Elon Musk

Sciences

SpaceX : Starship est de retour pour des tests

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , SpaceX , starship

L'explosion de quatre prototypes, précurseurs d'un démonstrateur du Starship, n'a évidemment pas découragé SpaceX et Elon Musk qui ont déjà tourné la page. Le cinquième prototype, SN5, est déjà sorti d'usine et les équipes de Boca Chica le préparent en vue de ses premiers essais prévus ces prochains jours. 

Malgré l'explosion d'un quatrième prototype précurseur d'un démonstrateur du Starship survenue le 29 mai, SpaceX et Elon Musk entendent toujours envoyer une première mission vers la Lune dès 2022 et, toujours la même année, une mission cargo à destination de la planète Mars, avant d'y envoyer des Hommes en 2024. Ces objectifs ambitieux sont le moteur d'Elon Musk qui a bien conscience de son optimisme et de la difficulté des tâches qui restent à réaliser.

Cette fois-ci, l'explosion de ce prototype, le SN4, n'est pas liée à un problème de pressurisation cryogénique des réservoirs comme cela a été le cas lors des trois précédentes explosions des prototypes. Comme l'a souligné Elon Musk, la cause de l'explosion est liée au système de déconnexion rapide des connexions ombilicales de l'engin, qui permettent de remplir de carburant les réservoirs du prototype. Au moment de leur retrait, des quantités importantes de carburant sont tombées au pied du lanceur, provoquant son explosion.

Sur la base de Boca Chica au Texas, explosion au sol du prototype SN4 de SpaceX. © NasaSpaceflight

Le SN5 réussira-t-il à voler ?

Après le succès du vol habité des astronautes de la Nasa, Bob Behnken et Doug Hurley, à destination de la Station spatiale internationale, Elon Musk a déclaré que tous les « efforts doivent maintenant se diriger vers Starship ». Oublié le SN4, qui n'aura jamais décollé, place au SN5 et ses trois moteurs Raptor dont les essais vont débuter ces prochains jours. Des tests de pressurisation et de remplissage des réservoirs, suivis de plusieurs mises à feu statiques des moteurs Raptor sont prévues, avant de réaliser quelques vols de test.

Bien que SpaceX ait déposé et obtenu auprès de la FAA (Federal Aviation Administration) des autorisations pour effectuer plusieurs vols suborbitaux, à 150 mètres, trois kilomètres et jusqu'à quinze kilomètres d'altitude au-dessus de la base de Boca Chica (Texas), ce prototype se cantonnera à des vols à très faibles altitudes. En effet, si des vols de faibles altitudes étaient prévus avec les précédents prototypes, qui n'ont pas pu être réalisés en raison de l'explosion de ces engins, la nécessité de les faire est toujours d'actualité. Il est donc peu probable que ce prototype vise l'altitude de 15 kilomètres. C'est vraisemblablement le prototype SN6, dont la construction s'achève tandis que celle du SN7 débute, qui réalisera ce vol.

Pour en savoir plus

Starship : SpaceX pressurise le prototype SN4 sans le faire exploser !

Article de Rémy Decourt publié le 28/04/2020

Après trois pressurisations ratées qui ont toutes conduit à la destruction des trois premiers prototypes précurseurs d'un démonstrateur du Starship, SpaceX a réussi celle du prototype SN4. Un très court « vol » d'essai de... 150 mètres d'altitude pourrait avoir lieu dans le courant du mois de mai.

Dans la nuit de dimanche à lundi, SpaceX a réussi la pressurisation du quatrième prototype d'un démonstrateur du Starship. Les réservoirs d'oxygène liquide (LOX) et de méthane liquide (CH4), après un test avec de l'azote gazeux, ont été remplis d'azote cryogénique et ont subi une mise en pression bien maîtrisée. Après trois déconvenues, le sourire est de rigueur à Boca Chica qui se prépare maintenant à l'étape suivante avec l'installation d'un moteur Raptor. Un tir statique sera réalisé en fin de semaine et s'ensuivra un très court vol d'essai qui consistera en un bond de 150 mètres d'altitude. Un essai qui n'est pas sans rappeler celui du Starhopper, réalisé en août 2019 également avec un moteur Raptor mais avec un étage très différent du SN4.

Les équipes de SpaceX travaillent aussi sur le prototype suivant, le SN5 qui, selon Elon Musk, sera équipé de trois moteurs Raptor et d'un cône de nez assez représentatif en matière de forme et de géométrie de celui du Starship.

Trois prototypes et trois explosions

Les trois prototypes précédents, le MK1, le SN1 et SN3 ont tous explosé ou implosé au sol lors de la pressurisation des réservoirs ou d'essais statiques. Des ratés qui devraient néanmoins aider au développement du Starship pour la raison qu'en période de développement, les échecs sont préférables aux réussites immédiates parce qu'on voit mieux où sont les axes d'amélioration tandis que des réussites sont susceptibles de cacher des défauts de conception.

En juillet 2019, le Starhopper, un prototype suborbital a pris feu pendant un test moteur. En novembre 2019, le prototype MK1 a fortement été endommagé, lors d'une explosion au sol, le rendant inutilisable pour des essais. Fin février, le SN1 qui devait réaliser des vols suborbitaux a été détruit lors d'un test de pression au sol. Enfin, en début de mois, SN3 a également explosé au sol lors d'un essai de mise à feu de son moteur, en raison d'un défaut de pressurisation.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !