Selon des chercheurs de l’université de Californie à Santa Barbara (États-Unis), nos ancêtres du village de Tell Abu Hureyra (Syrie) ont été exterminés il y a environ 13.000 ans par une chute de météorite. © markoaliaksandr, Adobe Stock

Sciences

Une météorite a détruit l’un des premiers villages sédentaires

ActualitéClassé sous :Archéologie , météorite , comète fragmentée

Quelque part en Syrie, dans un site aujourd'hui noyé sous un lac artificiel, se trouvent les traces de l'un des tout premiers villages humains. Et des chercheurs affirment qu'il a dû être détruit par l'impact d'une météorite. C'était il y a quelque 13.000 ans.

Explosion de la météorite bretonne  Explosion d'une météorite dans le ciel breton le 19 juillet 2011 avant l'aube. © F. Berthot / Planétarium Espace des sciences 

Le site de Tell Abu Hureyra (Syrie) a été fouillé dans les années 1970. Avant qu'il soit noyé par le lac el-Assad. Il porte les traces d'une occupation humaine qui témoigne d'une époque à laquelle nos ancêtres ont commencé à domestiquer des animaux et à cultiver des terres. Il y a environ 12.800 ans. Un tournant dans l'histoire culturelle et environnementale de notre Terre.

Aujourd'hui, des chercheurs de l'université de Californie à Santa Barbara (États-Unis) révèlent avoir découvert dans les matériaux collectés sur place, des morceaux de verre fondu. Du verre fondu dont les caractéristiques suggèrent qu'il s'est formé à des températures très élevées. Au moins 1.200 °C et peut-être même jusqu'à plus de 2.200 °C. Des températures provoquées par un phénomène « extrêmement violent, de haute énergie et de grande vitesse ». En d'autres mots : l'impact d’une météorite.

Des traces de la catastrophe

Rappelons qu'il existe une théorie selon laquelle une météorite aurait causé l'extinction des mammouths et autres grands mammifères à la fin du Pléistocène ainsi que le refroidissement du Dryas récent. Cette théorie a récemment gagné en popularité grâce à plusieurs découvertes. Et notamment celle d'un cratère d'impact qui pourrait correspondre sous le glacier Hiawatha (Groenland).

Selon les chercheurs de l'université de Californie, le site de Tell Abu Hureyra aurait été « brusquement détruit » par la météorite en question. Ou du moins, par l'un des débris de celle qui semble avoir été une comète fragmentée. Dont des fragments se seraient abattus en divers lieux de la planète. Les analyses que les chercheurs ont menées apportent des preuves directes de la catastrophe et de ses conséquences pour le village humain.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !