Planète

Les produits de la ruche : le miel

Dossier - Abeilles : accueillir une ruche chez soi
DossierClassé sous :zoologie , abeille , ruche

Les motivations qui vous amèneront à accueillir une ruche chez vous peuvent être très diverses : lutter à votre échelle contre la disparition des abeilles, améliorer les performances de votre potager, la curiosité, la volonté de vous assurer un revenu complémentaire en récoltant et vendant du miel… toutes les raisons sont bonnes.

  
DossiersAbeilles : accueillir une ruche chez soi
 

Les produits de la ruche sont tous issus de fleurs ou de végétaux et transformés par les abeilles. On distingue le miel, la gelée royale, le pollen, la propolis et la cire. Zoom sur le miel.

Miel, cire, pollen, propolis : de nombreux produits de la ruche sont sur cette photo. © Id-art, Shutterstock

La fabrication du miel par les abeilles

L'abeille se nourrit de miel mais en produit bien plus que ce dont elle a besoin. Le miel est élaboré à partir du nectar ou du miellat récolté par les abeilles. Le nectar est une substance sucrée produite par des fleurs tandis que le miellat provient d'excrétions laissées sur des végétaux par des insectes qui se sont nourris de sève.

Les butineuses vont récolter le nectar qu'elles transportent dans leur jabot. L'abeille va diluer le nectar avec sa salive et des sécrétions glandulaires. À la ruche, le nectar est récupéré et passe d'abeille en abeille, ce qui l'enrichit en enzymes et modifie sa composition chimique. Le miel est déposé dans des alvéoles, où sa teneur en eau est réduite par l'action des ventileuses. Une fois la cellule pleine et le miel mûri, les abeilles bouchent la cellule avec de la cire. Ainsi operculé, le miel peut se conserver.

Miels polyfloraux et miels monofloraux

La couleur, la texture, la saveur du miel dépendent des fleurs que les abeilles ont butinées. Les miels peuvent être « polyfloraux », c'est-à-dire issus de plusieurs variétés de fleurs, ou « monofloraux », issus d'une seule variété de fleurs. Ces derniers obligent l'apiculteur à pratiquer la transhumance en transportant ses ruches dans des zones où fleurit un certain type de fleurs (bruyère, tournesol, colza, acacia...).

Pots de miel. © Ruffiana, GNU

La récolte du miel

Pour récolter le miel, l'apiculteur doit attendre qu'environ un quart des cadres soient operculés. Puis, il profitera d'une belle journée pour récupérer la ou les hausses. Ces dernières ne contiennent que du miel si l'apiculteur a posé entre le corps de ruche et la hausse une grille à reine, empêchant cette dernière de monter pondre dans la hausse. Les hausses pleines de cadres remplis de miel sont amenées dans un local hermétiquement fermé aux abeilles.

Pots de miel « mille fleurs ». © Waugsberg, GNU

L'apiculteur devra désoperculer les cadres, couper les bouchons de cire, puis disposer ces derniers dans un extracteur (une sorte de grosse centrifugeuse). La force centrifuge projette alors le miel sur les parois de l'extracteur, puis le liquide s'écoule à travers un fin tamis dans un maturateur. Là, on laisse le miel reposer pendant plusieurs jours en fonction de sa nature.

Un miel cristallisant vite ne devra pas être laissé trop longtemps dans le maturateur sous peine de devoir y rester. Avant la mise en pot, on ôte la couche de dépôts qui se forme au-dessus du miel et il n'y a plus qu'à déguster.