Planète

Kouo Vu, une grotte maléfique ?

Dossier - Les grottes sacrées des hautes terres de l'Ouest Cameroun
DossierClassé sous :géologie , ethnologie , Afrique centrale

L'Ouest Cameroun est le pays des chefferies Bamilékés, civilisation fascinante aux traditions toujours vivantes. Dans cette région de hauts plateaux se trouvent des grottes dans lesquelles se déroulent encore rites, offrandes, cérémonies… Ces grottes sont d’un grand intérêt ethnologique, mais recèlent aussi des vestiges archéologiques, une faune souterraine peu commune, et leur genèse est mal connue.

  
DossiersLes grottes sacrées des hautes terres de l'Ouest Cameroun
 

La grotte Kouo Vu est une petite grotte qui s'ouvre sous une falaise basaltique, au fond d'un vallon encaissé dans une portion de forêt, à la frontière entre les territoires des chefferies Bafoussam et Baleng. On dit que cette grotte fut le lieu, il y a quelques années, d'une sombre histoire de sorcellerie...

Chemin d’accès à la grotte Kouo Vu, à Baleng. © Olivier Testa

Caractéristiques de la grotte Kouo Vu

La grotte se trouve au fond d'un vallon dont les abords sont fortement cultivés : maïs, haricot, arachides, pommes de terre, bananiers... Quelques safoutiers et manguiers bordent une portion de forêt au cœur de laquelle coule une petite rivière et s'ouvre la grotte. L'humidité des lieux est propice aux escargots géants que l'on trouve en grand nombre ainsi qu'aux crabes d'eau douce. La rivière s'écoule en cascade par-dessus le porche d'une largeur de 30 mètres pour 8 mètres de hauteur.

L’entrée effrayante de la grotte a fait naître en ce lieu de nombreuses légendes. © Olivier Testa

Cette grotte est colonisée par des chauves-souris, et l'odeur du guano prend au nez dès l'entrée dans la grotte. L'atmosphère est suffocante à cause des gaz dégagés par le guano, et la température est plus élevée de quelques degrés à l'intérieur. Cet épais guano sert de substrat pour une microfaune détritivore, et grouille de cafards, moucherons... Pris dans cette masse, on retrouve des restes d'offrandes, des vêtements « souillés » d'autochtones venus se purifier.

Les nombreuses libations (huile de palme, noix, sel) et offrandes aux abords ou dans la cavité forment par endroits d'épais dépôts organiques qui attirent les fourmis, les rats...

La grotte sacrée

Kouo Vu est une grotte très sacrée. On ne peut y entrer qu'accompagné de Mafo Kouo Vu, la kemsi (voyante) responsable du lieu. La voyante prévient alors les divinités de la cavité que des visiteurs souhaitent entrer à l'aide d'une trompète et en prononçant des incantations, il est alors possible d'entrer dans la grotte, nu-pieds.

Aux abords de la grotte, on retrouve des offrandes en de nombreux endroits, que ce soit des noix de kola, du sel, de l'huile, des épices, du kaolin... Des cages en raphia abandonnées là, vides, témoignent des nombreuses volailles et lapins qui ont été offert aux divinités de la grotte. Les parois de la cavité sont maculées de projections de liquides blancs, jaunes ou ocres laissées par des rites passés. Le plus impressionnant reste les cairns, sous le porche d'entrée.

Les différents voyants déposent des offrandes, principalement du sel, de l'huile de palme, des épices, sur ces amoncellements de cailloux. Avec les années, ces cairns sont maintenant intégralement recouverts de cette accumulation de substances organiques et les fait ressembler à des concrétions.

L’alignement des neuf concrétions symbolise les neuf notables de la chefferie. Les offrandes, libations et projections sont omniprésentes. © Olivier Testa

On peut compter un alignement de neuf grandes « concrétions » symbolisant les neufs notables de la chefferie. Dans la tradition bamiléké, les « neuf » constituent un groupe de notables chargé de conseiller le roi dans sa gestion. Leur pouvoir est très grand, et le roi ne peut les ignorer sans se mettre en danger. Cette grotte est localement très connue et redoutée, car deux personnes y auraient disparu à l'intérieur...

La légende de la grotte de Kouo Vu

On raconte qu'en juillet 2005, un sorcier fut contacté par un jeune homme qui se pensait en proie avec les esprits. Ambitieux, il s'était engagé dans une secte traditionnelle, afin de bénéficier de l'appui des forces invisibles pour accélérer sa carrière. Il était porteur d'une bague considérée comme magique qui le reliait à cette secte. La bague s'était serrée autour de son doigt. Il n'arrivait plus à la retirer, se sentait possédé et dépassé par le pouvoir maléfique de la bague. Allant voir un sorcier en vue de contrecarrer les effets de la bague, celui-ci lui dit qu'il disposait de suffisamment de puissance pour neutraliser le pouvoir de la bague. Ils se rendirent tous deux à Kouo Vu. Le rite de désenchantement commença, puis le Kemsi et son patient entrèrent à l'intérieur de la grotte. Un fou, habitant les lieux, les vit entrer, puis une nuée de chauves-souris sortit de la grotte. Le soir, ne les voyant pas ressortir, le fou prévint la police, et la population se rassembla autour de la grotte. Des sorciers vinrent pour forcer le retour des disparus, mais rien n'y fit. Selon Mafo Kouo Vu, la gardienne des lieux, le pouvoir divin de la grotte s'est fortement opposé au pouvoir maléfique de la bague, et les deux ont été vaincus par la grotte. D'autre part, le sorcier possédait un pouvoir qui n'était pas apte à annihiler celui de la bague.

Extraits du quotidien Le Messager

...Deux hommes disparaissent dans une grotte

La nouvelle a vite fait le tour de Sacta [...]. Envolés dans une grotte ! C'est ce qui serait arrivé à un jeune homme et son marabout. Entrés hier matin dans le trou pour « laver la malchance », le client, un jeune homme âgé de 27 ans et qui s'appellerait Vieux Fouop et le guérisseur Michel Fokoneng bien connu des habitants du village, réunis sur le lieu du drame pour une prière d'intercession à l'endroit des ancêtres ont échoué dans leur médiation. La négociation n'ayant pas aboutit à faire réapparaître les disparus.

Néanmoins rendez-vous aurait été pris pour jeudi prochain pour voir si les ancêtres seraient revenus à de meilleurs sentiments. En attendant, l'accès à la grotte, haut lieu de « purification » pour les habitants de la localité et même au-delà, a été interdit jusqu'à nouvel avis par les notables. Cet épisode pourra-t-il réfréner les ardeurs de ceux qui pensent que la malchance ne peut se laver autrement que par des rites magico-religieux ? Rien n'est moins sûr.

Affaire à suivre Le Messager n°1919, mardi 12 juillet 2005, p.6

Selon les notables, les deux jeunes gens sont séquestrés dans la cavité souterraine par des esprits et leur libération est conditionnée par deux chèvres, deux sacs de sel, deux tasses d'huile de palme et de jujube à leur offrir en sacrifice. Le 10 juillet tout cet arsenal de denrées a été offert à ces esprits. Hélas, les deux compères n'ont toujours pas respiré l'air pur du large.

Le Messager n°1920, mercredi 13 juillet 2005