Planète

Le sorgho : attention aux intoxications

Dossier - Céréale : millet et sorgho, le mil
DossierClassé sous :botanique , plante , céréale

-

Le mil désigne un groupe de poacées très cultivées en Afrique et en Asie, le millet. On y associe aussi le sorgho. Découvrez ces céréales et leurs bienfaits.

  
DossiersCéréale : millet et sorgho, le mil
 

Le sorgho fait partie des plantes cyanogénétiques, c'est-à-dire des plantes qui sont à l'origine d'intoxications très graves à évolution très rapide (moins de 1 heure) et le diagnostic s'effectue souvent post-mortem !

Attention aux intoxications avec le sorgho. © David A. Nafría, Flickr, CC by-sa 3.0
Le sorgho est toxique, suivez les conseils pour éviter des intoxications. © almathe

D'où vient la toxicité du sorgho ?

Un hétéroside, l'acide cyanhydrique (HCN) et une substance aglycone combinée sous forme d'hydroxynitrile. Une hydrolyse enzymatique libère l'acide cyanhydrique. Dans certaines plantes, l'hétéroside cyanogénétique et les enzymes se trouvent dans des cellules séparées et la toxicité ne se manifeste qu'après mise en contact (broyage).

Dans d'autres plantes (Vicia sp.), il y a peu d'enzyme et la toxicité s'exprime après hydrolyse intestinale, la microflore intestinale sécrétant l'hydroxynitrile lyase.

  • Sorghos : durrhine (glucose + HCN + aldéhyde parahydrobenzoïque)
  • Lotus sp : lotusoside (glucose + HCN + lotoflavol) 
  • Phaseolus lunatus : phaseolunatine (glucose + HCN + acétone)
  • Linum usitatissimum : linamaroside 
  • Manihot utilissima : manihotoxine 
  • Prunus laurocerasus : prulaurasoside (glucose + HCN + aldéhyde benzoïque) 
  • Amygdalus communis : amygdaloside.

 Les symptômes sont d'apparition très brutale (10 à 15 min après ingestion) et d'évolution rapide : la mort survient en 15 à 30 min. On observe des troubles respiratoires, dyspnée, nerveux et musculaires, des tremblements et convulsions suivis de mort brutale.

Pathogénie : HCN se fixe sur l'hémoglobine car CN- alors transformée en cyanhémoglobine et ne peut plus transporter d'oxygène. HCN se fixe aussi sur la cytochrome oxydase, bloquant la chaîne respiratoire, et entraîne ainsi des troubles nerveux.

Connaître la dose toxique

La dose toxique dépend :

  • de la quantité d'HCN libre. 1 mg/kg de PV est nocif, 2 mg/kg de PV sont mortels ;
  • de la vitesse d'ingestion. En ingestion lente, un mouton peut détoxifier 15 à 20 mg/kg de PV en 24 heures sans symptômes ; 
  • de la présence d'une enzyme spéciale qui détoxifie l'HCN ;
  • les ruminants sont plus sensibles que les monogastriques à cause des micro-organismes du rumen et de la faible quantité de HCl dans le rumen qui favorise la forme libre du HCN, contrairement aux monogastriques qui le détoxifient en chlorure d'ammonium.

Traitement (illusoire s'il n'est pas très précoce) : thiosulfate de sodium ou vitamine B12, gluconate de calcium et sérum glucosé.

Prophylaxie : se méfier des espèces toxiques ! Pour les sorghos, attendre la floraison ou 90 cm de hauteur, éviter les plantes chétives, qui ont souffert de froid ou de sècheresse (irrigation) et éviter de distribuer des déchets de sarclages aux animaux. La dessiccation ou l'ensilage diminuent la quantité d'HCN.