Si l'air contient moins d'oxygène en montagne qu'au bord de la mer, c'est parce que la pression y est plus faible. Les explications.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Parfois, les glaciers deviennent rouges, pourquoi ? À plus de 3000 m d'altitude, la neige se colore parfois en rouge. Cet étrange phénomène est dû à un organisme qui affectionne particulièrement le froid. Découvrez cette algue surprenante en vidéo, avec l'aide du Muséum national d'histoire naturelle.

Au fur et à mesure qu'on monte en altitude vers le sommet d'une montagne, l'airair contient de moins en moins d'oxygène. C'est parce que la pressionpression de l'air diminue.

Jusqu'à environ 80 ou 85 km d'altitude (donc au-delà de la stratosphère), les proportions des différents composants de l'atmosphère (azoteazote, dioxyde de carbone, oxygène, etc.) ne changent pas, ou peu (l'air contient toujours 21 % d'oxygène et 78 % d'azote, par exemple), car l'air est assez bien brassé.

Voir aussi

Le soleil est-il moins dangereux en montagne ?

Altitude : une pression plus faible en montagne

Quand la pression est plus faible, un même volumevolume d'air contient moins de moléculesmolécules, donc moins d'oxygène, mais aussi moins d'azote et moins de dioxyde de carbone. Ainsi, sur le mont Everest, le sommet le plus élevé de la Terre, qui culmine à 8.848 m, la pression atmosphérique est le tiers de celle du niveau de la mer. Un même volume d'air (par exemple chaque respiration d'un montagnard) contient donc trois fois moins de molécules. 

Au-dessus de 85 km d'altitude, ces proportions se modifient, à cause du poids moléculaire des composants : les plus lourds se raréfient plus vite que les légers. Mais même les avions ne volent pas aussi haut !