Planète

Flamant rose

DéfinitionClassé sous :zoologie , oiseau , échassier
En raison de leur grande taille, les flamants roses passent une grande partie de leur temps à se nourrir. © Muhammad Mahdi Karim, GNU FDL Version 1.2

Flamant rose (Pallas 1811) - Phoenicopterus roseus

  • Ordre : Phoenicoptériformes
  • Famille : Phoenicopteridae
  • Genre : Phoenicopterus
  • Taille : 1,00 à 1,25 m (envergure 1,40 à 1,65 m - longueur totale 1,80 à 2,05 m - longueur du cou environ 0,90 m)
  • Poids : 2,5 à 4,5 kg
  • Longévité : 13 ans

Statut de conservation UICN : LC Préoccupation mineure

Description du flamant rose

Le flamant rose est un échassier à la silhouette longue et élégante aisément reconnaissable. Le corps entièrement coloré d'un blanc rosâtre plus ou moins prononcé, est perché sur de longues pattes fines, également rosées, et palmées. La couverture alaire présente très fréquemment une coloration rose intense, mais les rémiges primaires et secondaires sont noires. Le bec, épais et courbé, à la pointe noire, est unique dans le monde ornithologique, car il permet la filtration de l'eau et de la vase. La coloration du plumage provient des pigments caroténoïdes présents dans les crustacés et les algues que l'oiseau consomme. 

Portrait du flamant rose. © Martin Mecnarowski, GNU FDL Version 1.2

Habitat du flamant rose

Le flamant rose, dont il existe deux espèces : Phoenicopterus roseus et Phoenicopterus ruber, est un oiseau côtier lié aux eaux saumâtres. Il fréquente les marais salants, les lagunes et les plans d'eau non soumis à l'influence des marées. L'oiseau est largement distribué du sud de l'Europe jusqu'en Asie du Sud-Est, mais également en Afrique où on le voit dans la vallée du Rift jusqu'au Kenya, et en Amérique centrale où il est représenté par le flamant de Cuba ou flamant des Caraïbes. Les populations nicheuses européennes se trouvent principalement en Espagne, en France, en Turquie, en Italie, en Azerbaïdjan et sur l'île de Chypre. La famille des flamants se compose de quatre autres espèces : Phoenicopterus chilensis (Flamant du Chili), Phoenicopterus minor (flamant nain visible dans la vallée du Rift jusqu'en Inde), Phoenicopterus andinus (flamant de la partie chilienne des Andes), Phoenicopterus jamesi (flamant de James que l'on peut observer sur les hauts plateaux des Andes). 

Groupe de flamants roses sur l'étang de Thau. © Patrick Straub

Comportement du flamant rose

Le flamant rose est un oiseau sociable et grégaire qui se regroupe par centaines ou milliers d'individus sur les sites de nourrissage ou de nidification. Le flamant rose vole cou et pattes tendus, ce qui lui confère une silhouette élancée, presque fragile. Mais avant de s'envoler, compte tenu de son poids et surtout de sa taille, l'échassier doit tout d'abord courir pour acquérir la vitesse nécessaire au décollage. Au repos, il se tient souvent sur une patte comme les cigognes. Ses cris possèdent une curieuse ressemblance avec les vocalisations des oies. Il passe la plus grande partie de son temps à se nourrir ou à lisser son plumage. Le flamant rose a de nombreux prédateurs que l'on retrouve parmi les aigles et les goélands, mais le pire est le marabout qui n'hésite pas à attaquer l'oiseau adulte. 

Flamants roses au repos sur une patte. © Hans Hillewaert, CC BY-SA 3.0

Reproduction du flamant rose

Le flamant rose nidifie en colonies formées parfois de plusieurs milliers d'individus. Le nid est une simple coupe en terre construit sur un îlot vaseux, où la femelle dépose un œuf unique qui sera couvé alternativement par les deux parents pendant un peu plus de 4 semaines. Les jeunes sont nourris à l'aide d'un liquide huileux que les parents leur versent dans le bec. Ils quittent le nid au bout d'une dizaine de jours, et sont rassemblés dans des crèches sous la surveillance d'adultes. Les juvéniles prennent leur premier envol vers 3 mois. Ils sont aptes à se reproduire vers 3 ans.

Flamant rose juvénile quémandant la becquée. © Robin Müller, CC BY-SA 3.0

Régime alimentaire du flamant rose

Pour rechercher sa nourriture, le flamant rose marche dans l'eau en la sondant avec son bec, à l'aide duquel il filtre les crustacés et les invertébrés. Celui-ci est équipé de peignes qui retiennent les aliments et une adaptation qui lui permet d'évacuer le sel contenu dans l'eau. Il mange également des algues et des végétaux aquatiques, des petits mollusques, des vers annélides, des insectes et des larves principalement aquatiques. C'est l'ingestion de ses proies favorites, les crevettes de l'espèce Artémia salina, qui lui confère sa couleur rose.

Menaces sur le flamant rose

Le flamant rose est principalement menacé par l'assèchement des zones humides et les perturbations de nature humaine qui entraînent de graves échecs reproductifs. Les populations européennes sont relativement stables. L'oiseau est totalement protégé en France mais peut parfois payer un lourd tribut aux conditions climatiques extrêmes. En effet, lors de grands froids, les eaux des lagunes peuvent geler et le flamant rose meurt de faim ou parce qu'il reste emprisonné par les pattes dans la glace. Les effectifs du lac Nakuru au Kenya sont en danger du fait de la pollution aux métaux lourds du plan d'eau.

En effet, le lac doit faire face à d'énormes pressions qui s'exercent dans les zones environnantes. Situé dans un bassin peu profond du Grand Rift, le lac Nakuru est dépourvu d'écoulement et ses pertes en eau sont essentiellement dues à l'évapotranspiration de surface. Il est alimenté par des cours d'eau saisonniers qui, au fil du temps, ont provoqué une alcalinisation des eaux. Les eaux usées partiellement traitées et les effluents industriels de la ville proche de Nakuru (4e ville la plus importante du Kenya) sont répandus dans le lac. Ces déversements sauvages y accumulent de fortes concentrations de métaux lourds et favorisent la prolifération de cyanobactéries toxiques. La déforestation, l'érosion et l'emploi d'engrais et de pesticides conduisent à l'envasement et à la pollution du lac.

Le parc national du lac Nakuru est l'un des plus importants parcs du Kenya et les espèces emblématiques qui y vivent attirent chaque année près de 250.000 touristes. Il contribue à l'image touristique du pays. Les gestionnaires du parc et les communautés locales sont donc confrontés à un enjeu de taille : la préservation de ce site exceptionnel et de la faune qu'il abrite (source www.ramsar.org).

Flamants roses dans l'état du Maharashtra en Inde. © Yogendra Joshi, CC BY 2.0

Ci-dessous, quelques parcs et réserves où l'on peut observer le flamant rose dans son milieu naturel.

France

  • Parc naturel régional de Camargue : étang du Fangassier (unique lieu de nidification du flamant rose en France).

Espagne

  • Réserve naturelle des lagunes de Campillos en Andalousie.

Italie

  • Réserve naturelle de Molentagius en Sardaigne.

Kenya

  • Parc national du lac Nakuru (où l'oiseau côtoie le flamant nain).
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi