Empreintes laissées par un animal il y a 541 millions d’années. © VIRGINIA TECH UNIVERSITY / HO / VIA AFP

Planète

Empreintes d'animaux : les plus anciennes ont été découvertes en Chine

ActualitéClassé sous :paléontologie , zoologie , traces de pas

Des traces fossiles vieilles de 541 millions d'années ont été mises en évidence en Chine. Laissées par un tout petit animal, elles sont les plus anciennes empreintes animales jamais découvertes sur la planète.

Des empreintes d'animaux vieilles de 541 millions d'années ont été découvertes en Chine, en faisant les plus anciennes de la planète, selon une étude publiée mercredi. Les chercheurs ne savent pas de quel animal - minuscule - il s'agit. Les empreintes ne sont séparées que de quelques millimètres l'une de l'autre, et ressemblent à deux rangées de petits trous.

« Ce sont les plus anciennes empreintes fossilisées jamais découvertes », indique l'étude, publiée dans la revue américaine Science Advances. Elles ont été découvertes dans les gorges du Yangtsé, dans le sud de la Chine.

L’animal qui a laissé ces empreintes n’est pas identifié

« Les roches contenant le fossile ont été très bien datées entre 551 et 541 millions d'années », explique à l'AFP le chercheur Zhe Chen, de l'Académie chinoise des sciences. Auparavant, les plus vieilles empreintes avaient entre 530 à 540 millions d'années.

La créature n'a malheureusement pas pu être identifiée car elle n'est pas morte à proximité de ses empreintes, et aucun fossile correspondant n'a été retrouvé. La seule chose que l'on puisse imaginer est qu'elle était « symétrique bilatéralement », selon Zhe Chen. Peut-être un ancêtre des arthropodes ou des tétrapodes, dit-il.

Pour en savoir plus

Les plus vieilles traces de pas du monde ont 395 millions d'années

Article de Jean-Luc Goudet paru le 7 janvier 2010

Quelques traces laissées par un animal à quatre pattes de deux mètres prouvent qu'on a marché sur la Terre plus tôt qu'on ne le pensait. Il faut maintenant réviser l'histoire des tétrapodes, nés parmi les poissons et dont nous faisons partie.

Un jour, certains poissons ont fait pousser leurs nageoires pectorales, sans doute pour vivre dans des milieux lagunaires. Là où l'eau est si peu profonde que les grands prédateurs aquatiques ne pouvaient s'aventurer, ces animaux devaient vivre dans une relative tranquillité, se déplaçant en s'appuyant sur le fond.

Ces poissons, les sarcoptérygiens, avaient perdu leurs nageoires dorsales et ventrales. Les pectorales, elles, se faisaient charnues et les solides os qui les charpentaient ressemblaient beaucoup aux membres des animaux à quatre pattes, les tétrapodes, une grande famille apparue plus tard et qui réunit aujourd'hui les amphibiens (salamandres, grenouilles...), les reptiles, les oiseaux et les mammifères.

Panderichthys est l'un d'eux, qui vivait il y a quelque 385 millions d'années, durant le Dévonien moyen. Le Tiktaalik (un elpistostegide, lui aussi), arrivé sur la scène plus tard, vers 375 millions d'années (le Dévonien supérieur), pouvait sans doute faire mieux et carrément sortir de l'eau. Ce grand poisson de deux mètres de longueur avait en effet des pectorales particulièrement costaudes et une cage thoracique solide lui évitant de s'affaisser en l'absence de poussée d'Archimède.

Remarquablement conservées dans la boue fossilisée, ces traces de pas sont celles d'un animal à quatre pattes qui savait marcher. © Pehr Ahlberg et al., Nature

Une promenade sur la plage

Parmi ses descendants, ou ceux de cousins inconnus, figurent sans doute tous les tétrapodes, dont les pionniers connus sont Ichthyostega et Acanthostega, deux animaux dotés de métacarpes, qui ont marché il y a 365 millions d'années.

Mais cette histoire est à réécrire, au moins en partie, après la publication dans Nature d'une découverte réalisée en Pologne. Dans des terrains clairement datés de 395 millions d'années, les paléontologues ont mis au jour des traces de pas d'un grand animal à quatre pattes, qui devait mesurer environ deux mètres.

Sur une surface superbement conservée, où on repère les craquelures d'une boue séchée, on distingue nettement ses cinq doigts, dirigés vers l'avant. Entre les empreintes des pattes n'apparaît aucune trace d'un corps ou même d'une queue traînant sur le sol. L'animal, donc, ne rampait pas mais se soutenait sur ses quatre pattes.

Près de dix millions d'années avant les balades terrestres du Tiktaalik, cet animal inconnu marchait déjà. Nos ancêtres les premiers tétrapodes sont donc plus anciens qu'on ne le pensait.

Le lieu de cette promenade, également, surprend. Jusque-là, on imaginait plutôt les premières conquêtes de la terre ferme autour de rivières d'eau douce. Mais les restes fossiles d'invertébrés trouvés aux alentours et les caractéristiques du sol montrent qu'il s'agissait d'un milieu marin découvert à marée basse. Les premiers tétrapodes sont-ils sortis de la mer pour aller folâtrer sur la plage ?

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Quelle serait l’origine des espèces selon Charles Darwin ?  Charles Darwin est l’auteur de l’ouvrage De l’origine des espèces. Pourtant, il ne propose pas dans cette œuvre de remonter à un ancêtre commun aux espèces vivantes. Il décrit plutôt la manière dont chacune se transforme en une autre. Il y voit le mécanisme par lequel s’est diversifié le monde vivant.