Les dinosaures herbivores ont pu quitter l’Amérique du Sud grâce à un changement du climat. © splitov27, Adobe Stock
Planète

Un changement climatique aurait aidé les dinosaures à traverser la Terre

ActualitéClassé sous :dinosaure , changement climatique , sauropode

Pourquoi a-t-il fallu 15 millions d'années aux grands dinosaures pour conquérir l'hémisphère Nord, alors que, à l'époque, aucun océan ni chaîne de montagne ne se dressait devant eux ? Selon une nouvelle étude, c'est une chute du taux de CO2 qui aurait débloqué les conditions pour permettre leur passage.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Méditerranée : le plus grand cataclysme depuis l'extinction des dinosaures  Un jour, une immense cascade a rempli la partie orientale de la Méditerranée. En deux ans seulement. Les traces de ce cataclysme difficilement imaginable ont été préservées au fond de la mer et récemment découvertes, comme l'a expliqué Futura. Cette vidéo captivante nous donne à voir cet évènement catastrophique tel qu'il a été reconstitué. 

Il y a 230 millions d'années, les grands sauropodes sont apparus en Amérique du Sud. Les plus anciens fossiles de ces dinosaures herbivores, comme le Brontosaure, le Brachiosaure ou le Diplodocus, ont été retrouvés en Argentine et au Brésil par les paléontologues. Mais il faut attendre 16 millions d'années pour trouver la trace de ces sauropodes au Groenland, à l'autre bout du globe. À cette époque, les terres sont pourtant toutes reliées entre elles et forment un super continent, la Pangée. « Si l'on considère qu'un dinosaure marche en moyenne au rythme de 1,6 km par jour, le voyage aurait dû prendre moins de 20 ans. Or, cela a pris 15 millions d'années. Même un escargot serait allé plus vite ! », s’étonne Dennis Kent, professeur à l'université de Columbia (États-Unis).

Le voyage leur a pris 15 millions d’années. Même un escargot serait allé plus vite !

Avec son collègue Lars Clemmensen, de l'université de Copenhague, il s'est donc interrogé sur ce laps de temps incroyablement long. Il a alors constaté une étrange corrélation entre cette période et un changement climatique juste à ce moment-là. Jusqu'à -215 millions d'années, le climat est ainsi marqué par une forte concentration en CO2, de 4.000 ppm (partie par million), soit 10 fois plus qu’aujourd’hui. « Or, nous savons qu'avec un taux de CO2 plus élevé, le climat sec devient plus sec et le climat humide devient plus humide », explique Dennis Kent. Il est donc possible que les zones arides aient été alors trop sèches pour permettre les mouvements des grands herbivores qui ont besoin de manger beaucoup de végétation pour survivre. Les tropiques, elles aussi, devaient connaitre des conditions pluvieuses ressemblant à la mousson, pas vraiment idéales pour les sauropodomorphes. Du coup, les dinosaures se sont peu aventurés au-delà des zones tempérées, bien au calme en Argentine et au Brésil.

Il y a 215 millions d’années, les dinosaures ont parcouru 10.000km depuis l’Amérique du Sud (« Isch » et « P ») vers le Groenland (« JL ») © Dennis Kent et Lars Clemmensen

Un voyage de 10.500 km vers le Groenland

Mais, peu à peu, le CO2 dans l'atmosphère baisse. Entre 215 et 212 millions d'années, sa concentration diminue de moitié, tombant à environ 2.000 ppm. Le climat se tempère alors un peu partout, et le Groenland connait un climat similaire à celui de la France aujourd'hui, mais avec des hivers beaucoup plus doux car il n'y a pas d'inlandsis polaires à l'époque. « Il s'est formé certains passages, comme le long des rivières et des chaînes de lacs, qui ont pu aider les herbivores dans leur voyage de 10.500 km depuis l'Amérique du Sud vers le Groenland, où leurs fossiles sont maintenant abondants », atteste Dennis Kent, dont les travaux ont été publiés dans la revue PNAS.

L’hypothèse des incendies de forêt géants

Les chercheurs reconnaissent eux-mêmes que cette théorie est sujette à caution et que la concomitance entre les deux événements est peut-être une pure coïncidence. Mais une autre étude de 2015 met elle aussi en relation la variation du niveau de CO2 et l'absence de grands dinosaures en Amérique du Nord il y a 230 millions d'années. Selon les auteurs, la région, qui se situait alors aux latitudes de l'Inde d'aujourd'hui, était soumise à des fluctuations extrêmes de température et de gigantesques incendies de forêt. « Ces incendies ont constamment balayé la végétation disponible pour les grands dinosaures herbivores à croissance rapide », avance Jessica Whiteside, géochimiste à l'Université de Southampton au Royaume-Uni.

Quoi qu'il en soit, la chute du CO2 n'a pu être que favorable à l'incroyable expansion des dinosaures qui ont ensuite dominé la Planète durant 150 millions d'années.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !