Déterrés trois décennies auparavant dans les environs de Lightning Ridge, en Australie, une région regorgeant d'opales, des os fossilesfossiles incrustés de ces pierres réputées pour leurs reflets irisés, appartenaient à un nouveau dinosauredinosaure iguanodonte appelé Fostoria dhimbangunma, révèle une étude. Les iguanodontes représentent un groupe très diversifié de dinosaures herbivoresherbivores ayant existé du JurassiqueJurassique au CrétacéCrétacé, répartis un peu partout à travers le monde, dont le genre le plus célèbre est l'iguanodoniguanodon. L'espèceespèce Fostoria dhimbangunma vivait au milieu du Crétacé, il y a environ 100 millions d'années.

Morceau d'un os de l'orteil incrusté d'opale appartenant au dinosaure nouvellement décrit Fostoria dhimbangunma, découvert en Australie. © Robert A. Smith, <em>courtesy of Australian Opal Centre</em>
Morceau d'un os de l'orteil incrusté d'opale appartenant au dinosaure nouvellement décrit Fostoria dhimbangunma, découvert en Australie. © Robert A. Smith, courtesy of Australian Opal Centre

Fostoria dhimbangunma mesurait environ cinq mètres de long, ne possédait pas d'ornements particuliers (ni cornes ni crête) et se déplaçait sur deux pattes. La nouvelle espèce a été décrite à partir d'une collection d'os correspondant à diverses parties du corps (des fragments de crânecrâne, d'omoplateomoplate, de la hanche, de la queue, ou encore de vertèbres), appartenant à quatre individus différents au moins, vraisemblablement un adulte et trois dinosaures juvéniles. Ces restes fossiles forment le squelette de dinosaure préservé dans l'opale le plus complet du monde et constituent également la première preuve fossile que les dinosaures vivaient en groupe ou en troupeau en Australie, si on omet les empreintes de pas trahissant un déplacement en horde.