Depuis des siècles, la bêche est un outil que les jardiniers ont toujours considéré comme étant indispensable ! Bien sûr, son emploi présente bien des avantages. Elle permet d’aérer la terre et de la rendre plus propre. Laisser la terre progressivement se salir, avec la présence de feuilles mortes délavées, n’a jamais donné satisfaction aux personnes méticuleuses. Alors, comment gérer cette situation : bêcher chaque année votre jardin ou le laisser tout seul organiser sa vie, sans le retourner ? Tout doit dépendre, en fait, de la nature de votre jardin…

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les 10 plantes les plus dangereuses qui se cachent dans votre jardin Elles sont belles... mais vénéneuses. Ces plantes à l'apparence anodine contiennent de puissannull

Bêcher son jardin est une technique qui a toujours été considérée comme indispensable et rares sont les jardiniers qui ne la pratiquent pas, en général, durant l’hiver. Soulever la terre avec une bêche peut en effet améliorer l'aération et le drainage du sol. Cette technique permet également d'enfouir les engrais organiques et notamment le terreau que vous avez préparé en utilisant des résidus, ainsi que les mauvaises herbes ne présentant pas de graines. Cette technique permettra de briser la couche dure de votre jardin. Elle fera aussi remonter en surface certains parasitesparasites (vers blancs, taupins, etc.), que les oiseaux dévoreront avec beaucoup d'appétit.

Voir aussi

Permaculture : construction d'un jardin en trou de serrure en 5 étapes

Image du site Futura Sciences

Vrai ou faux : bêcher son jardin, est-ce une technique avantageuse ?

FAUX ! Cette façon de procéder a tendance, de plus en plus, à être remise en cause. Elle présente en effet de sérieux inconvénients. Cette technique perturbe en effet l'équilibre de la micro-faune du sol et, notamment, la présence de vers de terre qui peuvent bêcher alors la terre à votre place en aérant vos parcelles.

On reproche également au bêchage d'augmenter sensiblement l'évaporation de l'eau, ce qui peut s'avérer préjudiciable, surtout lors des périodes de sécheresse. Si vous décidez de ne pas bêcher votre jardin, par exemple une année sur deux, il sera préférable de préparer votre sol préalablement mouillé avec un paillis opaque de 5 à 8 cm de matières organiques : terreau de feuilles, compost, tontes de gazon, branches broyées, foin, feuilles de fougèresfougères, etc. Ce paillis développera une vie biologique intense propice à vos cultures, tout en empêchant la prolifération des mauvaises herbes.

Semis prêts à être plantés. © Jag2020, Pixabay, DP
Semis prêts à être plantés. © Jag2020, Pixabay, DP

Vrai ou faux : est-il possible d’effectuer des semis sur un sol non bêché ?

VRAI ! Agissez de cette façon notamment avec des légumes comme la carottecarotte, la betterave rougebetterave rouge, le pois, le panaispanais, etc. Pour cela, il va vous suffire de retirer les mauvaises herbes à l'aide d'une binette et de ratisser les gros débris restant d'un paillis précédent. Tracez un sillon, mouillez-le et placez vos graines. Pour des courgescourges et des choux, binez le sol, écartez le paillis à l'endroit où vous souhaitez planter et faites un trou à l'aide d'un transplantoir. Repiquez, puis égalisez le paillis en laissant un vide de 5 à 10 cm autour de la tige pour éviter tout pourrissement. Pour planter des pommes de terrepommes de terre sans bêcher le sol, il faudra placer les tuberculestubercules sur le sol et disposer par-dessus un paillis plus épais, d'abord de 10 cm.

Vrai ou faux : est-il bon de semer des engrais verts au lieu de bêcher une parcelle non cultivée ?

VRAI ! Sur toutes les parcelles où vous avez récolté, vous gagnerez toujours, dès le mois d'octobre, à y semer des engrais verts comme le sarrasin ou la phacélie. En effet, une couverture végétale hivernale favorisera le maintien de la souplesse de votre sol et de sa protection contre les précipitationsprécipitations abondantes.