Étrangeté du vivant : l'éjaculation mortelle des faux bourdons

Classé sous :insecte , Abeille , Apis mellifera
Cela vous intéressera aussi

Diriger une ruche, c'est une affaire de femelle ! Chez les abeilles mellifères, la reine pond les œufs et les ouvrières, qui sont toutes des femelles, s'en occupent. Elles vont aussi butiner les fleurs, nourrissent les larves, construisent les alvéoles, font du miel, nettoient la ruche, la ventilent et la protègent aussi. Bref, elles n'ont pas le temps de s'ennuyer. Les mâles, en comparaison, ont beaucoup de temps libre. Les abeilles mâles sont appelées faux bourdons et sont le fruit d'un œuf non fécondé. Plus gros que les femelles, les faux bourdons ne participent pas à la vie de la ruche car leur anatomie et leur comportement sont au service d'un seul et unique but : féconder une reine réceptive. Les mâles peuvent voyager ainsi de ruche en ruche à la recherche d'une partenaire. Quand ils ne sont pas en chasse, ils se regroupent avec d'autres faux bourdons en essaim.

Le pénis du faux bourdon est à l'intérieur de son corps, on parle d'endophallus. Pendant l'accouplement, qui a lieu en plein vol, il s'agrippe à la reine et reverse et gonfle son pénis à l'intérieur de l'orifice qui contient le dard de la femelle. À ce moment-là, le faux bourdon est condamné, mais il meurt avec panache. En effet, l'éjaculation est explosive pour projeter ses quelque 90 millions de spermatozoïdes - nombre d'entre eux seront conservés dans une spermathèque et utilisés tout au long de la vie de la reine jusqu'à épuisement des stocks - vers les organes sexuels de la femelle. L'endophallus n'y résiste pas et est détruit dans le processus, tout comme le faux bourdon.

Voilà ce qu'il se passe en temps normal, mais des scientifiques canadiens ont observé un phénomène inquiétant. Une exposition prolongée à des températures élevées, durant des vagues de chaleur ou des canicules, provoque l'éjaculation explosive des faux bourdons et donc leur mort prématurée, avant qu'ils aient pu féconder une reine. Pour pallier ce problème, les scientifiques cherchent des moyens pour réduire la température des ruches puisque la Terre n'est pas près de se refroidir.

Des faux bourdons morts au Canada après leur éjaculation explosive causée par la chaleur. © Emily Huxter, UBC
L'endophallus du faux bourdon après l'éjaculation explosive. © Michael L. Smith, CC by-sa 3.0
Un faux bourdon (au centre) à côté de deux ouvrières. © Vera Kuttelvaserova, Adobe Stock