Biodiversité, un terme « valise » où chacun projette ses représentations du monde vivant et de la nature, en fonction de son environnement, de son vécu et aussi de ses intérêts. Il n'en reste pas moins que le thème dominant paraît être celui d'une nature assiégée par les activités humaines.

Les fourmis, des insectes eusociaux qui se sont adaptés à presque tous les milieux terrestres. © Makamuki, DP
Les fourmis, des insectes eusociaux qui se sont adaptés à presque tous les milieux terrestres. © Makamuki, DP

On nous présente le plus souvent une image d'Épinal de la nature harmonieuse, équilibrée, maintenant défigurée par l'Homme. On a presque envie de dire : qu'elle serait bien la nature sans l'Homme, ce qui n'est pas recevable bien entendu. Il n'empêche que selon cette logique, l'espèceespèce humaine est accusée d'être responsable d'une 6extinction de masse (dramatisation), et il est indispensable dit-on de tout mettre en œuvre pour arrêter l'érosion de la biodiversitébiodiversité (déclamation).

L'Homme et la biodiversité

Il y a effectivement des espèces et des écosystèmesécosystèmes qui disparaissent sous l'effet des activités humaines. C'est indéniable, et on peut à bon droit s'en émouvoir. Mais que ce soit pour la gestion des ressources vivantes ou la protection d'espèces menacées, les réponses à apporter sont loin d'être simples lorsqu'on se confronte aux réalités du terrain. La biodiversité en effet, est une des facettes du développement durable. C'est dans nos modes de développement, dans les systèmes économiques et politiques mis en place, que l'on doit rechercher des solutions éventuelles aux processus d'érosion de la biodiversité.

Dans le « prêt-à-penser » qui structure actuellement beaucoup de discours sur la biodiversité, l'idéologie est fortement sous-jacente. Certains trouvent néanmoins leur intérêt dans les discours alarmistes et populistes. On peut pourtant s'interroger sur la pertinence et l'objectivité de certaines idées colportées tant par des ONG de protection de la nature que par quelques scientifiques. Et il est un fait que les discours le plus souvent globalisateurs et réducteurs cachent l'existence de situations très contrastées : les actions de l'Homme n'affectent pas de la même manière les vertébrésvertébrés et les micro-organismesmicro-organismes, et la diversité biologique du lac Léman qui a moins de 15.000 ans d'existence, n'a rien à voir avec celle du lac Tanganyika qui a plus de 10 millions d'années d'existence.

Dans ce dossier, nous allons aborder la biodiversité dans son ensemble : les causes de son érosion, comment et pourquoi protéger le monde vivant, le rôle des changements climatiqueschangements climatiques, quel regard poser sur les introductions d'espèces... Bonne lecture.

À lire aussi sur Futura :