La biodiversitébiodiversité est le produit du changement, pas du statu quo. Elle est née des changements de l'environnement (climatiques, géologiques, biologiques, etc.) et de l'adaptation des espècesespèces à ces changements. Au moins 99,9 % des espèces qui ont existé sur terre ont disparu.

Un ours blanc (<em>Ursus maritimus</em>) sur l'île de Spitzberg, dans l'archipel norvégien de Svalbard. © Arturo de Frias Marques, CC by-sa 4.0
Un ours blanc (Ursus maritimus) sur l'île de Spitzberg, dans l'archipel norvégien de Svalbard. © Arturo de Frias Marques, CC by-sa 4.0

L'histoire de la biodiversité est donc celle d'un champ de ruines... Or, notre vision de la nature est souvent celle d'un système plus ou moins en équilibre que l'on cherche à protéger en l'état. Cette vision quelque peu fixiste et idéologique nous renvoie aux notions « d'équilibre de la nature »... du XVIIIe siècle.

La biodiversité face au réchauffement climatique

Quand on lit que le réchauffement climatique va entraîner la destruction de 1,5 million d'espèces (article paru dans la revue Sciences), que la remontée du niveau marin va entraîner la destruction des milieux côtiers, etc., on ne peut manquer de s'interroger sur la logique de ces scénarios « catastrophes » qui ignorent l'histoire de la biodiversité ! Ou alors, et c'est peut-être vrai, nous allons de catastrophe en catastrophe... ? Le niveau marin était 120 mètres sous le niveau actuel il y a 15.000 ans. Sa remontée a-t-elle été une « catastrophe » pour la biodiversité côtière ? Ce qui est certain c'est que l'Homme n'y était pour rien.