Nos ancêtres affamaient les carnivores en volant leurs proies. © Gorodenkoff, Adobe Stock

Planète

L'Homme impacte la biodiversité depuis la nuit des temps

ActualitéClassé sous :Biodiversité , déclin de la biodiversité , préhistoire

Si l'on en croit une nouvelle étude internationale, le déclin de la biodiversité causée par l'Homme s'accélère mais ce n'est pas un phénomène nouveau : nos ancêtres auraient commencé le « travail » il y a déjà un million d'années. 

Si Homo sapiens sapiens est bien la première espèce d'hominidés à réaliser un tel carnage au sein du vivant, ce ne serait pas lui qui aurait amorcé le phénomène. Des chercheurs suédois, suisses et britanniques de l'université de Gothenburg, publient ce mois-ci, dans le journal Ecology Letters, des preuves fossiles mettant en évidence que l'extinction de certaines espèces carnivores dans l'Afrique de l'Est, il y a 1 million d'années, a été causée majoritairement par l'Homme et l'expansion de son cerveau, plus précisément. 

Nos ancêtres affamaient les carnivores

Grâce à l'expansion de leur petit cerveau, et munis d'un peu plus d'intelligence pourrait-on penser, nos ancêtres se sont mis à voler les proies des carnivores afin d'éviter de les chasser eux-mêmes. Astucieux d'un point de vue énergétique. Une pratique qui porte le nom de cleptoparasitisme. Si les changements climatiques de l'époque peuvent expliquer une partie de l'extinction de ces espèces, ce n'est pas la meilleure explication selon les preuves recueillies par les chercheurs.

« Nos analyses montrent que la meilleure explication de l'extinction des carnivores en Afrique de l'Est est plutôt qu'elle est causée par la concurrence directe pour la nourriture avec nos ancêtres disparus », a déclaré Daniele Silvestro, biologiste computationnelle et coauteur de l'étude. C'est donc la famine qui aurait exterminé ces carnivores, famine directement causée par l'activité humaine et, par conséquent, par le cleptoparasitisme. Cette hypothèse est corroborée par d'autres indices comme l'apprentissage évolutif des carnivores actuels à protéger leurs proies.

Cerveau plus gros, pourtant rien n'a changé 

Une idée reçue amène souvent à penser qu'avant, on ne sait pas bien quand, nous vivions en harmonie avec la nature. Si la définition de la nature comprend ces espèces carnivores, on constate alors que ce n'est pas le cas. Cependant, nous sommes maintenant l'espèce maîtresse qui règne plus ou moins sur toutes les autres. À l'inverse de nos ancêtres qui étaient en compétition directe avec ces animaux et qui exposaient leur vie pour voler leurs ressources alimentaires, nous avons les moyens de réduire considérablement notre impact sur la planète et le vivant, sans courir le risque d'un danger de mort imminent.

L'auteur principal de l'étude, Søren Faurby, conclut sur une note de morale prescriptive que voici : « Si vous êtes très fort, vous devez également être très gentil ». Il cite pour cela une référence peu scientifique : Fifi Brindacier, le personnage principal d'une série de romans pour enfants. Quoi qu'on pense de cette prérogative, si l'on décide de lutter contre ce qu'on appelle la sixième extinction de masse, il faut réellement le faire. Sinon, il faut assumer le postulat inverse et toutes ses conséquences. 

  • La sixième extinction de masse causée par l'activité humaine n'est pas un phénomène nouveau. 
  • De fait, elle est considérablement accélérée, mais nos ancêtres avaient déjà commencé à causer l'extinction de plusieurs espèces de carnivores.
  • Comment ? En les affamant, car ils volaient leurs proies.
  •  
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Biodiversité : sommes-nous entrés dans la sixième extinction de masse ?  Depuis quelques années, la biodiversité fait régulièrement la Une des médias. Elle serait en train de s’effondrer. En 40 ans, l’effectif des populations de vertébrés sauvages a décliné de 60 %, d’après le WWF. Au point d’affirmer que l’humanité provoque la 6e extinction de masse ? Gilles Bœuf, président du conseil scientifique de l’Agence française pour la Biodiversité, dévoile ses arguments sur la question.