Le changement climatique et l'activité directe de l'Homme mettent en péril la survie de nombreuses espèces végétales. Sur notre photo, une fleur de vanille et gousses juvéniles. © Philip Steury
Planète

Congrès mondial pour la nature : vanille, coton et avocat sont-ils en danger d'extinction ?

ActualitéClassé sous :Biodiversité , botanique , agriculture

Selon une étude qui a analysé le risque d'extinction de 224 espèces de plantes, la survie du maïs, de l'avocat et de la tomatille dépend du sauvetage de leurs cousins respectifs en Mésoamérique !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Plus d'un million de graines conservées au Svalbard Global Seed Vault  La plus grande réserve de graines au monde se situe sur l'archipel du Svalbard, en Norvège. Elle a été conçue pour faire face à la diminution de la biodiversité et de la diversité génétique. L'« Arche de Noé végétale » abrite ici plus d'un million de semences du monde entier. 

Le changement climatique global affecte les plantes et remodèle les écosystèmes. Si les espèces cultivées reçoivent une attention accrue concernant leur protection, une espèce qui n'est pas cultivée ou ne présente pas d'intérêt écologique évident, comme c'est le cas d'une espèce-ingénieur par exemple, risque plus facilement de s'éteindre.

Cette tendance est pourtant trompeuse car, s'il est possible de préserver localement des cultures par la mise en place de serres par exemple, cela ne signifie pas que l'espèce cultivée s'adapte au changement climatique. Les solutions locales peuvent, de plus, entraîner une perte de diversité génétique chez l'espèce cultivée et limiter sa résilience face à un environnement changeant. Afin de favoriser cette résistance, il est donc primordial de conserver une importante variété génétique chez celle-ci mais également au sein des espèces du même genre qui pourraient éventuellement s'hybrider avec elle et lui permettre de s'adapter à de nouvelles conditions environnementales.

Une étude parue dans le journal Plants, People, Planet a permis d'analyser le risque d'extinction de 224 espèces de plantes génétiquement proches notamment du maïs, de l'avocat, de la vanille, des piments, des haricots, des courges, des pommes de terre, du coton et de la tomatille. Les espèces analysées proviennent de Mésoamérique (centre et sud du Mexique, Guatemala, Salvador et Honduras), qui constitue une source de nombreuses cultures, un centre pour leur domestication ainsi qu'un réservoir de diversité génétique pour ces espèces.

L'étude a été menée en Mésoamérique (en jaune) et la distribution spatiale des taxons étudiés est indiquée en nuances de vert et orange. © Goettsch et al., 2021

De multiples menaces sur les espèces sauvages

Parmi les 224 espèces considérées, l'étude révèle que 35 % (soit environ 78 espèces) sont menacées d'extinction, d'après les critères de la liste rouge de l'UICN. Les causes principales responsables de ce constat sont la modification de l'habitat naturel des espèces pour l'agriculture et l'élevage, les espèces invasives et les pathogènes, l'utilisation d'herbicides ainsi que l'exploitation forestière et le prélèvement excessif de ces espèces.

Parmi le genre Vanilla, les huit espèces présentes dans la région sont en danger ou en danger critique d'extinction

L'étude rapporte que, parmi le genre Vanilla, les huit espèces présentes dans la région sont en danger ou en danger critique d'extinction. Parmi le coton du genre Gossypium, 92 % des taxons sont menacés, 60 % des espèces d'avocat (Persea) le sont également. Parmi les taxons du maïs, des genres Zea et Tripsacum, 44 % et 33 % des espèces sont menacées, respectivement.

Exemples de genres apparentés à des espèces cultivées, avec leur risque d'extinction. CR =en danger critique d'extinction, EN = en danger, VU = vulnérable, NT = quasi menacé, DD = données insuffisantes, LC = préoccupation mineure. © Goettsch et al., 2021

Selon José Sarukhán, coordonnateur national de la Commission nationale mexicaine pour la connaissance et l'utilisation de la biodiversité (Conabio), la diversité génétique de ces espèces est sous-représentée dans les banques de gènes

92 % des espèces sauvages de Mésoamérique apparentées au coton cultivé sont menacées d'extinction. © Inifap

Or, puisque la Mésoamérique est un « pôle d'origine et de domestication des principales cultures », la connaissance et la préservation de cette diversité génétique est d'une importance majeure pour comprendre comment un groupe d'espèce peut s'adapter à des environnements très différents les uns des autres. De plus, la préservation des espèces apparentées aux plantes cultivées revêt un intérêt culturel primordial car les populations locales en utilisent certaines en tant que médicaments.


Vous aimez nos articles et le travail de vulgarisation scientifique réalisé par nos journalistes ? Vous pouvez aujourd'hui nous soutenir en rejoignant nos abonnements sur Patreon !

Deux formules d'abonnement vous sont proposées avec les avantages suivants : 

  •  « Futura sans publicité » : bénéficiez d'un accès garanti sans publicité sur tout le site pour 3,29 €/mois (+TVA). 
  • « Je participe à la vie de Futura » : en plus de l'accès sans publicité, participez à la vie de notre média indépendant (votes, contenu inédit, sondages, etc.) pour 6,29 €/mois (+TVA).
Rejoignez-nous sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !