Des chercheurs ont séquencé le génome de l’avocat, un fruit d'origine mexicaine devenu très populaire dans les pays occidentaux. Cette avancée qui permet de reconstituer l'histoire génétique de l'avocat pourrait aider à l’amélioration des cultures.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 4/5 : risques et enjeux des OGM Avec la naissance des OGM et leur commercialisation apparaissent certaines questions. En effet, quels pourraient être les risques sanitaires et l'impact sur l'environnement de ces produits ? Afin de mieux comprendre les OGM et leurs enjeux, nous avons interviewé Jean-Louis Serre, professeur de génétique.

En France, comme dans d'autres pays occidentaux, la consommation d'avocats a fortement augmenté ces dernières décennies. Ingrédient principal du guacamole, facile à consommer en entrée d'un repas, l'avocat a pour particularité d'être riche en « bonnes graisses », à savoir en acides grasacides gras insaturés. Originaire du Mexique, il est le fruit de l'avocatier, Persea americana. Le marché mondial de l'avocat représentait environ 13 milliards de dollars en 2017, soit 11 à 12 milliards d'euros, le Mexique étant le principal pays producteur. L'avocat existe sous différentes variétés, dont l'avocat Hass, cultivé depuis les années 1920, qui représente la principale variété cultivée dans le monde.

Si ce n'est qu'au XXe siècle que l'avocat est devenu un fruit populaire dans les pays occidentaux, il a une longue histoire en Amérique centrale et en Amérique du Sud, où il était utilisé de longue date dans les cuisines locales. Ainsi, le guacamole moderne ne serait qu'un descendant d'une sauce ancienne préparée par les Aztèques sous le nom d'āhuacamolli. Pendant la Préhistoire, les avocats étaient probablement consommés par la mégafaunemégafaune.

Mais quelle est l'histoire génétiquegénétique de l'avocat et de la famille à laquelle il appartient ? Pour en savoir plus, des chercheurs mexicains et américains ont séquencé plusieurs variétés d'avocats : l'avocat Hass, mais aussi des variétés natives du Mexique (P. americana var. Drymifolia), du Guatemala et des Antilles. Leurs résultats paraissent dans la revue PNAS.

Le guacamole provient de l’āhuacamolli des Aztèques. © vitals, Fotolia
Le guacamole provient de l’āhuacamolli des Aztèques. © vitals, Fotolia

L'étude ne permet pas de dater précisément l'avocat, mais elle retrace son histoire génétique. Ainsi, l'avocat est passé par deux événements de polyploïdie, au cours desquels son génomegénome a été entièrement recopié. Beaucoup des gènesgènes dupliqués ont été perdus mais certains, toujours présents aujourd'hui, ont permis de développer de nouvelles fonctions. C'est le cas par exemple de gènes qui contrôlent la transcriptiontranscription.

L’avocat a une place particulière dans l’histoire des Angiospermes

Aujourd'hui, les avocats Hass sont génétiquement identiques à ceux qui ont été plantés dans les années 1920, car les branches d'avocatiers sont greffées sur de nouveaux porte-greffes, adaptés à la région de culture. D'après cette étude, l'ADNADN de l'avocat Hass serait à 61 % d'origine mexicaine et à 39 % guatémaltèque. Par exemple, Luis Herrera-Estrella, professeur de génomiquegénomique des plantes à l'université Texas Tech explique dans un communiqué : « Sur le chromosomechromosome 4, un bras entier semble être guatémaltèque, tandis que l'autre est mexicain. »

Sur le chromosome 4, un bras entier semble être guatémaltèque, tandis que l’autre est mexicain.

L'étude apporte de nouvelles informations sur les fonctions des gènes des avocats, ce qui pourra peut-être permettre des manipulations génétiques pour améliorer la productivité, la résistancerésistance aux maladies ou pour créer de nouvelles variétés. Pour Victor Albert, un des auteurs de ces travaux, « notre étude ouvre la voie à la compréhension de la résistance à la maladie pour tous les avocats ». Il explique : « Si vous avez un arbrearbre intéressant qui semble bien résister aux champignonschampignons, vous pouvez aller à l'intérieur et chercher des gènes particulièrement actifs dans cet avocat. Si vous pouvez identifier les gènes qui contrôlent la résistance et si vous savez où ils se trouvent dans le génome, vous pouvez essayer de modifier leur régulation. Il existe un intérêt majeur pour le développement de porte-greffes résistants aux maladies sur lesquels sont greffés des cultivars d'élite. »

Pour Luis Herrera-Estrella, l'étude du passé de l'avocat permet d'envisager son avenir : « Le long cycle de vie de l'avocat rend les programmes de sélection difficiles, les outils de génomique permettront donc de créer des programmes de sélection plus rapides et plus efficaces pour l'amélioration de ce fruit de plus en plus populaire. »

L'avocatier appartient à un petit groupe de plantes à fleurs, les Magnoliidées, qui ont divergé des autres plantes à fleurs il y a 150 millions d'années. Or la place des Magnoliidées dans la famille des AngiospermesAngiospermes est controversée. Les chercheurs soutiennent l'hypothèse selon laquelle le groupe des Magnoliidées est antérieur aux deux grands groupes d'Angiospermes, les Monocotylédones et les DicotylédonesDicotylédones « vraies » (Eudicotylédones), même s'ils ne peuvent affirmer avec certitude que les événements se sont bien déroulés ainsi. Les Magnoliidées, qui comptent environ 11.000 espèces vivantes, comprennent, en plus des avocats, d'autres espèces célèbres comme le magnolia, le laurierlaurier ou la cannelle. Par comparaison, les Monocotylédones et les Eudicotylédones représentent environ 285.000 espèces.