L'avocat va s'inscrire sur la longue liste des aliments qui nous veulent du bien. Une petite étude montre qu'ajouter un avocat à ses menus quotidiens permettrait de limiter l'oxydation du corps et la survenue du cholestérol. Le fruit de l'avocatier (Persea americana) semble prouver une fois de plus que la santé est aussi dans nos assiettes et qu'un avocat au quotidien éloigne le médecin !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 2/5 : qu'est-ce qu'un alicament ? Le terme d'alicament est un néologisme créé par l'industrie alimentaire, désignant un aliment null

De nouvelles recherches préliminaires ont montré que le fait de manger quotidiennement un avocatavocat permettrait d'abaisser son taux de mauvais cholestérol. Cette petite étude a été menée par des chercheurs de l'université américaine de Penn State sur 45 participants âgés de 21 à 71 ans souffrant de surpoidssurpoids ou d'obésité. Tous les sujets devaient suivre une alimentation qui s'apparentait à celle des Américains moyens pendant les deux premières semaines. Tout le monde démarrait l'étude avec le même apport nutritionnel.

Les participants étaient ensuite assignés à trois régimes différents pendant cinq semaines. Les premiers suivaient un régime pauvre en graisses, les membres du deuxième groupe adoptaient un régime modérément gras avec un avocat par jour, et ceux du troisième un régime modérément gras sans l'avocat -- mais avec l'ajout de bonnes graisses pour arriver à la même quantité d'acides gras mono-insaturésacides gras mono-insaturés présente dans l'avocat.

Une consommation quotidienne d'avocat, sous forme de jus ou de toasts, serait bénéfique à l'organisme. © Pixel-Shot, Adobe Stock
Une consommation quotidienne d'avocat, sous forme de jus ou de toasts, serait bénéfique à l'organisme. © Pixel-Shot, Adobe Stock

L'avocat protègerait du mauvais cholestérol

Leur résultats, parus dans le Journal of Nutrition, ont montré qu'après cinq semaines, les participants qui ont consommé un avocat quotidiennement affichaient des niveaux plus faibles de LDL (lipoprotéineslipoprotéines de faible densité), aussi appelés « mauvais cholestérol », qu'en début d'étude ou après avoir suivi les deux autres régimes.

De plus, après avoir suivi le régime comprenant l'avocat, les participants enregistraient des niveaux très abaissées de particules oxydées de LDL. Les chercheurs expliquent que, de la même manière que l'oxygène peut faire pourrir un aliment, le processus d'oxydationoxydation peut aussi nuire au corps humain. Le groupe assigné aux avocats voyait par ailleurs grimper son taux de l'antioxydantantioxydant appelé lutéine.

« Lorsque l'on pense au mauvais cholestérolcholestérol, il va de pair avec les particules de LDL dont la taille varie, a commenté l'auteure de l'étude, Penny Kris-Etherton. Toutes les LDL sont néfastes, mais les petites lipoprotéines denses sont particulièrement mauvaises. Nous avons découvert que les personnes assignées au régime avec avocat avaient moins de particules de LDL oxydées. Elles avaient aussi plus de lutéine, qui peut être le composé bioactif qui protège les LDL de l'oxydation. »

De plus amples recherches sont nécessaires pour confirmer que l'avocat limiterait l'oxydation du corps et la survenue du cholestérol. © Sarsmis, IStock.Com
De plus amples recherches sont nécessaires pour confirmer que l'avocat limiterait l'oxydation du corps et la survenue du cholestérol. © Sarsmis, IStock.Com

L'avocat, un fruit à consommer quotidiennement 

« De nombreuses études désignent l'oxydation comme étant le fondement de maladies comme le cancer et les maladies cardiaques, a poursuivi le professeur Kris-Etherton. Nous savons que lorsque les particules de LDL s'oxydent, cela entame une réaction en chaîneréaction en chaîne qui peut promouvoir l'athéroscléroseathérosclérose, qui est l'accumulation de plaque sur la paroi des artèresartères. L'oxydation n'est pas bonne, donc si vous pouvez protéger votre corps grâce à l'alimentation, cela peut être très bénéfique. »

Les chercheurs conseillent ainsi d'ajouter des avocats à son alimentation sous forme de jus ou de toasts au pain complet. Le professeur Kris-Etherton a cependant ajouté que de plus amples recherches étaient nécessaires. De plus, l'échantillon de participants n'était pas assez conséquent pour tirer des conclusions.