Santé

Le bon cholestérol ne protégerait pas des maladies cardiovasculaires

ActualitéClassé sous :médecine , génétique , cholestérol

Un mythe pourrait s'effondrer. On considérait que les taux de bon cholestérol étaient un bon indicateur des risques d'attaques cardiaques. Une étude génétique remet cette affirmation en cause, une seconde montre même qu'il est parfois néfaste. Le mauvais cholestérol, en revanche, reste lui fidèle à sa dénomination.

Une alimentation riche en graisses a tendance à augmenter les taux de cholestérol, et même si l'on produit beaucoup de bon cholestérol, on n'est pas à l'abri des maladies cardiovasculaires, deuxième cause de mortalité en France derrière le cancer. © Ehfischer, Flickr, cc by nc sa 2.0
  • Tout savoir sur le cholestérol avec notre dossier complet 

Le schéma est un peu simpliste mais fonctionnait assez bien. Le cholestérol, une molécule lipidique fondamentale dans l'organisme (composant les membranes cellulaires, à l'origine de nombreuses molécules comme la vitamine D3 ou les hormones stéroïdiennes comme la testostérone ou les œstrogènes, etc.) est transporté dans l'organisme par différentes particules protéiques pour le guider dans les organes cibles.

Certaines sont dites mauvaises, car des taux élevés sont associés à des risques importants de maladies cardiovasculaires : ce sont les LDL (low density lipoprotein). À l'inverse, d'autres sont dites bonnes, de nombreuses études ayant montré que les HDL (high density lipoprotein) étaient retrouvées à plus hautes doses chez des personnes moins susceptibles d'être victimes d'une attaque cardiaque. Ainsi ont été définis le mauvais et le bon cholestérol.

Les thérapies actuelles pour traiter l'hypercholestérolémie, à base de statines, font diminuer les taux de LDL. En revanche, d'autres médicaments, ayant pour objectif d'augmenter les concentrations en HDL, n'arrivent pas à passer avec succès les essais cliniques. Trois molécules viennent d'en faire les frais récemment. De quoi laisser un peu dubitatif quant à leur réelle implication.

Plus de bon cholestérol, autant de risque cardiovasculaire

Une partie du mystère vient peut-être d'être résolue par une vaste étude dirigée par des chercheurs du Massachusetts General Hospital à Boston. En étudiant quinze gènes chez plus de 170.000 patients, ils sont arrivés à la conclusion que le bon cholestérol n'était pas un indicateur fiable des risques d'attaque cardiaque. L'ensemble de leur expérience est décrite dans The Lancet.

À l'aide d'une technique appelée randomisation mendélienne, qui consiste à vérifier le lien de causalité entre gènes, biomarqueurs et maladies, les scientifiques ont commencé par s'assurer de la relation entre les variants géniques qui déterminent les niveaux de mauvais cholestérol et le risque de maladies cardiovasculaires. Comme attendu, les plus hauts taux sont corrélés aux attaques cardiaques.

L'hypercholestérolémie conduit à un dépôt de LDL dans les vaisseaux sanguins formant une plaque d'athérome. Ceux-ci étant obstrués, le sang circule mal et peut même ne plus se frayer de chemin. Cela peut s'avérer mortel. © bmsfrance.fr

Mais la surprise fut de taille lorsque les scientifiques se sont intéressés au HDL. Le gène de la lipase endothéliale, qui affecte directement les taux de la lipoprotéine, a été scruté chez 116.320 personnes. Ceux possédant l'allèle qui leur permettait d'avoir des concentrations 6 % plus élevées en bon cholestérol n'étaient pas pour autant davantage à l'abri de risques cardiovasculaires. En poursuivant leur investigation auprès de 53.813 sujets pour quatorze autres gènes directement concernés par les taux de HDL, la conclusion est restée la même : il n'existe aucune association entre les niveaux de bon cholestérol et la probabilité d'être victime d'une attaque cardiaque.

Le bon cholestérol pourrait même être mauvais

La communauté scientifique est un peu partagée suite à cette annonce. Les auteurs expliquent que le bon cholestérol ne joue sûrement que le rôle d'un indicateur (de l'obésité, de la sédentarité, de la consommation de tabac, de la résistance à l'insuline, etc.) mais qu'il ne participe pas directement à la protection cardiovasculaire. 

Certains acquiescent, d'autres ont plus de difficultés à accepter qu'une seule étude puisse faire tomber un mythe. Cristopher Cannon, du Brigham and Women Hospital de Boston, raconte à CBS qu'il s'attend à de meilleurs résultats pour des taux de HDL plus élevés. Steven Nissen, cardiologue à la clinique Cleveland, explique dans le New York Times que le HDL est une molécule complexe, une partie du bon cholestérol pourrait effectivement avoir un rôle protecteur.

Un autre travail de recherche, paru il y a quelques mois dans le Journal of the American Heart Association, pourrait bien donner raison à Steven Nissen. En effet, les chercheurs ont remarqué que 13 % des HDL portaient une protéine particulière, appelée apolipoprotéine C-III, et que ceux-ci étaient corrélés à une augmentation des risques de maladies coronaires. À l'inverse, le bon cholestérol dépourvu de cette protéine était associé à une diminution de ces mêmes risques.

La différence entre le bien et le mal semble donc toujours un peu plus complexe qu'elle en a l'air. Seuls différents travaux complémentaires permettront de préciser le rôle de chacun dans l'apparition des maladies cardiovasculaires.

Cela vous intéressera aussi