Les bourdons ont la capacité de reconnaître dans le noir un objet qu'ils ont déjà vu. © Vladimir Sazonov, Adobe Stock

Planète

Les bourdons savent identifier les objets en les touchant

ActualitéClassé sous :insectes , bourdons , sens du toucher

[EN VIDÉO] Intelligence animale : un bourdon apprend à tirer une ficelle !  Pour les scientifiques, ces images sont surprenantes. Des bourdons ont pu apprendre une technique complexe : tirer sur une corde pour attraper de la nourriture autrement inaccessible (un liquide sucré). Jusque-là, seuls des oiseaux et quelques mammifères étaient censés avoir cette capacité. Mieux, ce savoir-faire a été transmis à d’autres bourdons, qui ont observé leurs congénères savants. L’apprentissage, par un individu et au sein d’un groupe, est donc bien plus répandu dans le monde animal qu’on ne l’imaginait. 

Les bourdons ont une capacité de « reconnaissance intermodale ». Selon une récente étude publiée dans la revue Science, ils savent identifier par le toucher un objet qu'ils ont déjà vu.

Comme les humains savent reconnaître par le toucher un objet au fond d'un sac encombré, les bourdons ont la capacité de reconnaître dans le noir des objets qu'ils ont vus précédemment, selon une étude parue jeudi dans la revue Science. Ces insectes rejoignent d'autres espèces animales qui savent utiliser plusieurs sens pour identifier des objets, bien que leurs cerveaux fassent la taille d'une graine de sésame, et ne contiennent qu'un million de neurones contre 100 milliards chez les humains. Auparavant, cette capacité de « reconnaissance intermodale » avait été observée chez les primates et les rats (vue et toucher), les dauphins (grâce à l'écholocalisation), et certains poissons (sens électrique).

Les bourdons peuvent reconnaître un objet par le toucher et par la vue. © Ulrich Perrrey, dpa-AFP Archives

Les bourdons savent reconnaître dans l'obscurité un objet par le toucher

L'expérience pour les bourdons, menée par Cwyn Solvi, de l'université Queen Mary de Londres, et des collègues, a consisté à lâcher une quarantaine de bourdons dans une pièce noire, où se trouvaient de l'eau sucrée (récompense positive) et une solution amère à la quinine, chaque liquide remplissant soit un cube, soit une sphère.

Les bourdons ont donc appris, dans le noir, à associer une forme (un cube ou une sphère) à un liquide (bon ou mauvais).

Puis les bourdons ont été lâchés dans une pièce illuminée, avec les cubes et sphères recouverts d'une plaque de plexiglas percée de trous : les bourdons pouvaient donc voir les cubes et les sphères, mais pas les toucher. Les bourdons ont convergé vers les objets contenant de l'eau sucrée, associant leur souvenir par le toucher à la nouvelle image visuelle.

L'expérience a été réalisée dans l'autre sens (lumière puis noir) et avec les liquides inversés, avec les mêmes résultats.

« Les bourdons ont des représentations internes unifiées des objets dans le monde, explique à l'AFP Cwyn Solvi. Leur perspective sur le monde est plus complète que s'ils répondaient seulement comme des machines. » Cela ne veut pas nécessairement dire que les bourdons ont un même degré de conscience que nous. Mais selon la chercheuse, cela montre qu'il se passe plus de choses dans leur tête qu'on le croyait.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !