Les crocodiliens sont apparus au Crétacé et ont subi peu de modifications depuis. © Shannon Tompkins, Flickr
Planète

Découvrez huit animaux qui sont des fossiles vivants

Question/RéponseClassé sous :animaux , Fossile , animaux fossiles
 

Ils n'ont pratiquement pas évolué depuis des millions d'années et ont résisté à la plupart des extinctions de masse : ces animaux sont considérés comme de véritables fossiles vivants. Voici les rares survivants d'une faune qui peuplait notre Planète avant même l'apparition des dinosaures.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : cinq idées fausses sur les dinosaures  Le cinéma et la littérature entretiennent autour des dinosaures une certaine mythologie. Ces allégations, souvent totalement erronées, ont le don de froisser les experts et les adeptes avertis. Futura-Sciences est donc parti à la rencontre d'Éric Buffetaut, paléontologue, afin de passer au crible cinq idées reçues sur les dinosaures. 

Cœlacanthe, nautile, ornithorynque ou cafard : ces animaux à la morphologie primitive sont restés pratiquement intacts depuis des millions d'années. Ils ont beaucoup à nous apprendre sur la faune préhistorique et l'origine des espèces modernes.

Ornithorynque

L'ornithorynque (Ornithorhynchus) est sans doute l'une des créatures les plus étranges sur Terre. Avec son bec de canard et sa queue de castor, il est l'un des deux uniques mammifères à pondre des œufs (avec l'échidné). L'ornithorynque est l'un des derniers représentant des monotrèmes, un ordre apparu il y a 166 millions d'années au Jurassique moyen. Bien qu'il ait légèrement évolué depuis, il possède encore de nombreuses caractéristiques ancestrales que l'on retrouve aujourd'hui chez les reptiles et les oiseaux. L'ornithorynque a fait l'objet de nombreuses études tant sa morphologie et son évolution sont hors du commun.

L’ornithorynque est un des seuls mammifères ovipares. © Klaus, Flickr

Cœlacanthe

Le cœlacanthe est sans doute le plus connu et le plus emblématiques des fossiles vivants. Alors qu'on le croyait éteint depuis 66 millions années et l’extinction du Crétacé-Tertiaire, un spécimen a été pêché en 1938, preuve que cet énorme poisson pouvant atteindre deux mètres de long et 100 kg était encore vivant. Âgé de 400 millions d'années, il fait partie du groupe des sarcoptérygiens, des vertébrés qui ont sans doute donné naissance aux premiers tétrapodes terrestres. Vivant dans les grandes profondeurs, le cœlacanthe est resté quasiment intact durant tous ces millions d'années.

Le cœlacanthe est resté pratiquement inchangé depuis des millions d’années. © Laurent Ballesta

Requin-vache

Apparu il y a 455 millions d'années, le requin a survécu à cinq extinctions de masse. La plupart des espèces préhistoriques, comme le gigantesque Mégalodon ou le Stethacanthus à la nageoire en forme d'enclume, ont toutefois disparu. Les requins modernes datent plutôt du Jurassique et du Crétacé, comme le requin-vache (Hexanchidae), apparu il y 190 millions d'années. Ce dernier est considéré comme l'espèce de requin la plus ancienne, avec un système digestif peu évolué et un squelette correspondant à celui des espèces primitives.

Le requin-vache est considéré comme l’espèce de requin la plus ancienne encore vivante. © NoemImages, capture YouTube

Nautile

De la famille de céphalopodes, le nautile est apparu dans les océans au cambrien, il y a environ 500 millions d'années. Du fait de sa coquille solide, on en retrouve de très nombreux fossiles, preuve de son ancienne abondance à l'époque du silurien et du carbonifère. Des 300 espèces de nautiles fossiles connues, il n'en n'existe aujourd'hui plus que six, qui vivent dans l'océan Indien, la mer de Chine et l'océan Pacifique.

Contrairement à l’ammonite, le nautile a survécu jusqu’à notre époque. © Klaus Stiefel, Flickr

Sphénodon

Également appelé Tuatara ou hattérie, le sphénodon ressemble à un gros lézard d'environ 60 cm de long. Ce n'est pourtant pas un lézard à proprement parler, mais le dernier représentant des sphénodontes, un sous-ordre de lépidosauriens disparu mais qui était florissant il y a 200 millions d'années à l'époque des dinosaures. Aujourd'hui endémique à la Nouvelle-Zélande, le sphénodon est l'unique animal vivant à posséder des gastralia, des plaques osseuses dermiques caractéristiques des premiers tétrapodes qui ont émergé des eaux.

Le sphénodon ou Tuatara est un reptile aux caractéristiques primitives. © YouOriginal, capture YouTube

Agnathe

Les agnathes (ou cyclostomes) sont les uniques vertébrés sans mâchoires, représentés par la lamproie et la myxine (une sorte d'anguille nécrophage qui vit enfouie dans la vase). Dépourvus de nageoires et de membres, ces animaux au squelette rudimentaire ont servi de « base » aux autres vertébrés pour développer des caractéristiques modernes. Très prospères au Silurien et au Dévonien (entre 500 et 340 millions d'années), les agnathes ne comprennent plus que deux espèces aujourd'hui.

La myxine possède une bouche rudimentaire, qui s’apparente à une ventouse. © NOAA Photo Library

Cafard

Bien que le plus ancien fossile de cafard soit âgé de 130 millions années, on estime que le premier ancêtre commun des blattes ou cafards modernes date de 235 millions d'années, c'est-à-dire avant la séparation de la Pangée. Les différentes espèces se sont ensuite diversifiées au gré de la dérive des continents, et on en compte aujourd'hui entre 4.600 et 7.000, réparties sur tous les continents et de toutes les tailles. Réputé prolifique et résistant à tout (notamment aux pesticides et radiations nucléaires), le cafard est l'un des animaux les mieux armés pour survivre à une apocalypse, d'après les scientifiques.

Le cafard a survécu à l’extinction des dinosaures. © siamesepuppy, Flickr

Limule

La limule, parfois surnommée « crabe au sang bleu » bien qu'elle n'ait rien à voir avec les crustacés, a gagné sa réputation de fossile vivant car sa morphologie n'a pratiquement pas évolué depuis 445 millions d'années. Appartenant aux Chélicérés, un sous-embranchement des Arthropodes, comme l'araignée ou le scorpion, la limule peut mesurer jusqu'à 50 cm et vivre 20 ans. Après avoir survécu à cinq extinctions massives, la limule est pourtant menacée en raison de son sang, utilisé dans le domaine biomédical pour la détection de bactéries.

Le sang bleu de la limule se gélifie en présence de bactéries. © Rictor Norton & David Allen, Flickr
Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !