Légumes d'hiver. © Pxhere.com

Maison

Quels soins apporter à vos légumes en hiver ?

Question/RéponseClassé sous :Jardinage , potager , Technique de l'ensilage

La récolte des légumes de son potager se poursuit même en hiver. Mais comment faire pour les protéger alors qu'ils s'accumulent et que l'on ne peut pas les consommer tous en même temps ? L'ensilage est une vieille technique qui apporte une solution pour les légumes-racines, espèces maraîchères comme la carotte, la betterave, le topinambour et la carotte.

En hiver, vous pouvez encore récolter vos légumes et, dans l'attente d'effectuer cette opération, leur permettre de résister au froid. Avant le congélateur, la conservation des légumes se faisait par leur mise en silo. À défaut d'avoir une cave, l'ensilage permet de conserver les légumes du jardin dans un substrat (sable, terre, sciure, paille) pour pouvoir les consommer tout l'hiver. Cette petite installation convient, notamment, pour les légumes racines (carotte, betterave rouge, navet, céleri-rave) et les légumes à tubercules (pommes de terre, chou-rave, topinambours). Pour les conserver en pleine terre, différentes techniques existent, à condition de respecter quelques principes tels qu'une bonne aération, une protection contre le froid et les gelées, contre une trop forte humidité et les petits ravageurs. Voici comment faire ?

Comment ensiler ces légumes-racines, après les avoir récoltés ?

En sol sain, il faut creuser un trou dans le sol, au dessous du niveau de la terre, à 40 ou 50 centimètres de profondeur, afin d'établir une protection correcte contre le froid. Les parois sont tapissées avec de la paille, des feuilles mortes ou des briques. Certains choisissent d'enfouir un vieux tambour de machine à laver dont les trous percés permettent l'aération ; d'autres, une grosse poubelle percée de trous. En situation humide, votre silo devra, au contraire, être placé au niveau du sol avec, tout autour, une petite rigole destinée à accueillir les excès d'eau (voir schéma).

Un exemple de silo. © Groupement des semences et plants national interprofessionnel (GNIS)

Dans les deux cas, prévoyez la pose de petites cheminées d'aération verticales (fagots de branches par exemple), de façon à évacuer l'humidité en provenance de la respiration des racines. Une distance de 60 à 70 cm entre ces éléments pourra suffire. Ensuite, deux méthodes pour entreposer les légumes : soit couper les feuilles ou les racines et les disposer en couches successives, séparés d'une couche de paille, soit les remettre, sans couper les racines et les feuilles, dans leur position naturelle, tête en bas, dans leur substrat habituel, en laissant les feuilles à l'air libre.

Si vous disposez d'une cave, d'une remise ou d'un garage, la conservation sur des claies en bois convient aussi pour certains fruits (pommes, poires, coings) qui seront disposés sans contact entre eux. Pour cel, le papier journal fera l'affaire, et pour les pommes de terre, la toile de jute ou du carton. Le local doit être aéré, frais, sec et sombre.

Quand faut-il récolter vos topinambours ?

C'est à partir de décembre que les tubercules du topinambour mûrissent. C'est à cette période que vous allez pouvoir en récolter, au fur et à mesure de vos besoins, cela jusque fin avril. En prévision du gel, vous allez pouvoir en récolter par temps doux et les placer, en attente de consommation, dans un endroit frais, sous du sable humide par exemple. Protégez les pieds du froid à l'aide d'une bonne couche de paille.

Fèves. © Richard WM Jones, Wikimedia commons, DP

Les fèves réclament-elles d'être buttées en hiver ?

Si vous avez semé des fèves en octobre dernier, il va falloir butter actuellement vos pieds, lorsqu'ils atteindront une vingtaine de centimètres de hauteur. Cela évitera à leurs tiges de se coucher, mais aussi de souffrir du froid. Utilisez pour cela une binette ou une bêche, en ramenant la terre située entre les rangs, afin que les tiges soient bien maintenues sur au moins le tiers de leur hauteur. Si vous craignez l'arrivée d'une période de froid intense, il faudra compléter votre buttage par l'apport d'un isolant entre vos rangées buttées, constitué de feuilles mortes, de frondes de fougères ou de paille.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

En savoir plus sur Michel Caron

Ingénieur agricole de formation il a pendant toute sa vie professionnelle, en tant que journaliste, collaboré à plusieurs hebdomadaires agricoles.

N'hésitez pas à acheter le livre : « Potager A  à Z »