Huit ans après le dernier modèle, Free dévoile la Freebox Delta, un boîtier qui se transforme en véritable objet connecté avec la fibre, Netflix, une barre de son home cinema ou encore une alarme maison. Mais tout cela a un prix...

Cela vous intéressera aussi

Dans une conférence digne d'AppleApple et ses célèbres Keynote, Free a dévoilé sa toute nouvelle box, et le moins que l'on puisse dire est que l'opérateur a mis le paquetpaquet sur sa nouvelle offre, à commencer par les dernières technologies. L'annonce commence d'emblée par la vitessevitesse de connexion, annoncée à 10 Gbit/s en réception et 400 Mbit/s en émissionémission. Cela concerne 10 millions de foyersfoyers actuellement, couverts par la fibre. Les autres ne seront pas oubliés pour autant. En l'absence de fibre optiquefibre optique comme chez « Mamie du Cantal », pour reprendre l'expression de Xavier Niel, Free combine l'ADSL et la 4G pour offrir des débitsdébits pouvant atteindre 200 Mbit/s.

Côté connectique, le P.-D.G à la voix chevrotante annonce encore une augmentation spectaculaire de vitesse. La nouvelle Freebox intègre ainsi le Wi-FiWi-Fi AC4400 MU-MIMO capable d'atteindre 4,4 Gbit/s. La Freebox ServeurServeur propose la fonction WPS pour connecter les appareils sans-fil, sans saisir de mot de passemot de passe, et un QR codeQR code pour connecter rapidement son iPhoneiPhone.

Un boîtier modem survitaminé

Le boîtier contient également un serveur NAS, avec un disque durdisque dur 1 To inclus d'office et qui devient la propriété de l'abonné dès la réception. Il contient, en tout, 4 emplacements pour disques durs, permettant ainsi jusqu'à 20 To de stockage et configurable en RAID 0, 1, 5 et 10. Cette capacité servira notamment à transformer la Freebox en serveur cloud. L'applicationapplication Freebox sur smartphonesmartphone permettra de sauvegarder ses photos et vidéos directement sur sa Freebox, et de les consulter aussi bien de la maison que via internetinternet. En clair, il s'agit d'un service similaire à GoogleGoogle Photos ou Apple Photos, tout en gardant la main sur ses données.

Enfin, cette nouvelle Freebox intègre un processeurprocesseur Quad-Core ARMv8, associé à 2 Go de mémoire vivemémoire vive, ce qui permettra à Free de « rajouter régulièrement des fonctionnalités sur cette box » dans les semaines et mois à venir. Les FreePlugs ont également gagné en puissance, passant à la technologie HomePlugHomePlug AV2 MIMO, qui offre un débit de 1 Gbit/s en CPL. Une unique prise USBUSB Type C permettra d'alimenter la Freebox et transférer les données en même temps. La Freebox intègre 4 ports Gigabit Ethernet, 2 ports USB-C 3.0 (dont un dédié au FreePlug), 1 port USB 3.0, une base DECTDECT pour y associer directement un téléphone sans-fil et un lecteur NFCNFC.

Un boîtier multimédia qui intègre une barre de son

Ce qui frappe le plus au premier regardregard est la présence de haut-parleurs. Free s'est associé au spécialiste Devialet afin de transformer la box en barre de son dotée de 6 haut-parleurs pour un son 5.1, obtenu avec un algorithme de spatialisation qui utilise les mursmurs de la pièce. L'utilisation ne se limite pas à la télévision, puisque cette box est prévue pour être utilisée en tant que lecteur de musique également.

La Freebox Player est pilotée par une télécommande tactile « contextuelle », dont l'affichage des touches change selon l'usage (télévision, musique, etc.). Elle intègre un micro pour les commandes vocales, et se recharge avec la technologie sans-fil Qi de la box, qui permet également de charger les smartphones compatibles. Free fournit également une seconde télécommande plus classique pour offrir le choix. La box peut également être pilotée par Wi-Fi, BluetoothBluetooth et SpotifySpotify Connect.

La Freebox Delta, qui tient son nom de design en triangle, intègre également les assistants, Amazon Alexa et OK Freebox, pour une commande vocale complète. Enfin, elle se transforme un hubhub pour objets connectés. Pour l'instant, il est compatible avec les marques Somfy et Philips Hue. Grâce à AlexaAlexa, il sera donc possible de piloter sa maison à la voix. Un absent remarqué : le lecteur Blu-rayBlu-ray et ça ne devrait pas plaire à tout le monde puisque c'était un point fort des anciens modèles.

La Freebox devient une alarme maison avec une caméra et un détecteur de mouvements. © Free
La Freebox devient une alarme maison avec une caméra et un détecteur de mouvements. © Free

De nombreux contenus intégrés comme Netflix et une alarme maison

En outre, Free propose de nouveaux services, intégrés à la box et inclus d'office dans l'abonnement. Le premier est NetflixNetflix, par défaut en qualité SD (480p). Il faudrait compter un supplément de 3 euros, pour l'abonnement Netflix Standard en Full HD (1.080p), ou de 6 euros pour Netflix Premium (4K). TV by Canal, le bouquet de chaînes Canal+, est toujours présent avec désormais la possibilité d'acheter des films. Il intègre également un abonnement LeKiosk, qui propose un accès illimité à plus de 1.000 journaux et magazines. La box donne également accès à Deezer, Qobuz, YouTubeYouTube, Dailymotion et TwitchTwitch.

Considéré par son patron comme l'objet connecté le plus abouti, la Freebox est aussi livrée avec un packpack de sécurité complet, intégrant une caméra de sécurité Wi-Fi, avec une image HD de 720p et un micro, mais également un détecteur de mouvement et un détecteur d'ouverture pour porteporte ou fenêtrefenêtre. Ces équipements se combinent à la Freebox pour créer une alarme de sécurité, le tout piloté par une télécommande spécifique. Le boîtier Player se dote de microphones pour détecter les intrusions, et le boîtier Serveur dispose de la connectivité Sigfox ainsi que d'une batterie de secours, ce qui lui permet de prévenir une anomalieanomalie même en cas de coupure de courant.

Forcément, l'addition est lourde avec une telle avalancheavalanche de services et de fonctions. Le forfait Freebox Delta est ainsi annoncé à 49,99 euros par mois. Cependant, ce prix n'inclut pas le boîtier Player, qui doit être acheté en sus. Comptez 480 euros comptant, ou 10 euros par mois pendant deux ans, ou un total de 59,99 euros par mois. Le double du prix historique de 29,99 euros ! En contrepartie, ceux disposant actuellement d'un abonnement Netflix pourront l'intégrer à leur abonnement, et ainsi économiser 7,99 euros par mois.

Freebox One : la version économique

Free propose également une seconde box, plus simple et surtout, moins chère. Elle se compose d'un seul boîtier baptisé Freebox One. Elle intègre la fibre avec 1 Gbit/s en réception et 400 Mbit/s en émission, ou l'ADSLADSL, cette fois sans la 4G4G. Les services proposés sont semblables à ceux de la Freebox Serveur, avec notamment Netflix et Canal VODVOD, mais sans toutes les options propres à la Freebox Player. Exit donc Alexa, le hub connecté, le pack de sécurité... Le forfait est proposé à 39,99 euros par mois, avec une offre de lancement à 29,99 euros par mois réservée aux 100.000 premiers abonnés.