Tableau Notre-Dame, l'évêché et le cloître, 1830, par Theodor Hoffbauer vers 1880. Brown University Library, Providence, Rhode Island, USA. © Wikimedia Commons, domaine public

Sciences

Histoire : naissance de Paris, capitale du royaume de France

Question/RéponseClassé sous :histoire , histoire de Paris , faubourgs de Paris

Historiquement parlant, Paris n'a jamais été décrétée capitale mais elle l'est devenue lorsque la monarchie l'a choisie comme lieu de résidence et qu'elle y a progressivement rassemblé les institutions administratives et gouvernementales. Dès le XIIIe siècle, la cité devient le centre politique du royaume, grâce à la présence permanente des rois de France, jusqu'au choix de Louis XIV de transférer sa résidence à Versailles.

À partir de Philippe Auguste (1180-1223), le roi se fixe à Paris avec sa Cour et un embryon d'administration. Il protège la ville en bâtissant une enceinte de cinq kilomètres de long qui englobe un territoire d'environ 250 hectares ; il la consolide avec un donjon défensif, le Louvre, dont la construction est achevée en 1202. L'autorité du souverain repose désormais sur sa fonction sacrée, reconnue par tous ses sujets. Cette évolution politique majeure, entre le XIIe et le XIIIe siècle, permet à Paris d'acquérir le rang de capitale.

Plan représentant Paris en 1223 (agrandissement) sur lequel se distinguent l'enceinte de Philippe Auguste, l'île de la Cité et le Louvre primitif. Plan représenté dans le Traité de police de Nicolas de La Mare, page 75, 1707. Bibliothèque nationale de France, département cartes et plans. © Wikimedia Commons, domaine public

Paris, résidence royale

Louis IX (1226- 1270) est l'instigateur du Parlement de Paris et de la Cour des comptes. La cité centralise désormais l'administration royale et devient le premier foyer religieux du royaume, avec la construction de nombreuses églises et abbayes. Paris représente également un centre intellectuel de rayonnement européen, grâce au développement de l'Université, reconnue par le pape depuis 1215. Au début du XIVe siècle, Paris compte environ 200.000 habitants, c'est la plus grande ville d'Occident : le dynamisme de la cité repose sur sa fonction de capitale politique.

La Conciergerie, île de la Cité, Paris ; ancien palais royal devenu siège de Cour souveraine (Parlement), puis prison attenante au Palais de Justice. © Wikimedia Commons, domaine public

Sous Charles V (1364-1380), Paris devient résidence royale attitrée lorsque le roi confirme le choix du Louvre et l'inclut dans un nouveau rempart. Le château prend une double fonction : en plus de son rôle protecteur, il est le palais du roi et de la cour, avec le château de Vincennes. L'ancien palais royal sur l'île de la Cité, acquiert une fonction plus administrative et judiciaire avec l'installation du Parlement de Paris.

Monarque itinérant, François Ier choisit Paris comme lieu majeur de résidence royale en 1528 (à son retour de captivité en Espagne) et le Louvre devient son palais parisien. Il décide de le faire reconstruire ainsi que l'Hôtel de Ville qui est achevé en 1628 (sous Louis XIII). La reconstruction du Louvre (auquel s'adjoint le palais des Tuileries de Catherine de Médicis) est achevée à la veille de la Révolution. Administrativement, la capitale comprend alors seize quartiers dont trois pour l'Université.

Carte murale du Louvre Le grand dessein d'Henri IV par Louis Poisson, entre 1600 et 1610. Tableau découvert dans la galerie des Cerfs, au château de Fontainebleau. © Wikimedia Commons, domaine public

Les débuts d'un urbanisme raisonné

Dès le XVIe siècle, la fièvre bâtisseuse s'empare de Paris et de ses faubourgs : en 1548, une ordonnance royale d'Henri II tente de limiter l'essor des constructions en dehors des murs. C'est une véritable lutte pour l'extension de la ville qui s'engage entre l'administration et les particuliers : elle va perdurer jusqu'aux années 1770, sous le règne de Louis XV.

On peut affirmer que les premières formes d'urbanisme raisonné apparaissent avec Henri IV : la place Royale (ou place des Vosges actuelle) est créée ainsi que la place Dauphine ; le quartier du Marais connaît un second lotissement (premiers quartiers lotis sous François Ier) ; le pont Neuf, commencé sous Henri III, est achevé et le roi fait construire l'hôpital Saint-Louis.

Plan de Paris publié en 1572 par Braun et Hogenberg (visualisation de l'enceinte de Charles V). Université hébraïque de Jérusalem.© The Hebrew University of Jerusalem & The Jewish National & University Library

Louis XIII et Richelieu poursuivent la politique d'urbanisme engagée par Henri IV. On assiste à la naissance de l'île Saint-Louis : Louis Le Vau, architecte (entre autres) de Vaux-le-Vicomte et auteur des premiers plans d'extension de Versailles, y bâtit un ensemble d'hôtels particuliers prestigieux. Avec Louis XIV, les chantiers des Invalides et de l'Observatoire sont ouverts, et l'architecte Jules Hardouin-Mansart propose au roi, les plans de la place des Victoires et de la place Vendôme. En 1682, Louis XIV s'installe à Versailles avec la cour : cela n'empêche pas la construction de nouveaux quartiers résidentiels à Paris - le faubourg Saint-Germain, puis le faubourg Saint-Honoré sous la Régence - et l'installation des Académies royales.

Vue générale de l'Hôtel des Invalides, Paris ; construction ordonnée par Louis XIV en 1670 pour accueillir les soldats et officiers blessés de ses armées. © Wikimedia Commons, domaine public

Depuis Versailles, Louis XV et Louis XVI sont également des monarques qui entreprennent de grands travaux parisiens : l'École militaire et la place Louis XV (place de la Concorde actuelle) sont bâties entre 1752 et 1772 ; les chantiers de l'église Sainte-Geneviève (futur Panthéon) et de l'église de la Madeleine sont ouverts en 1764. Le quartier de l'Odéon est créé entre 1779 et 1782 ; on démolit les maisons sur les ponts Marie, Notre-Dame et Saint-Michel entre 1786 et 1788.

Tableau La joute des mariniers par Nicolas Raguenet en 1756, (la scène se situe entre le pont Notre-Dame et le pont-au-Change). Musée Carnavalet, Paris. © Wikimedia Commons, domaine public

Le mur dit des Fermiers généraux est réalisé entre 1784 et 1787 : cette enceinte de vingt-trois kilomètres permet aux agents des impôts indirects de percevoir à chacune des soixante barrières d'octroi (54 mises en place avant la Révolution), les droits d'entrée des marchandises qui seront vendues dans la capitale. Beaumarchais ne peut s'empêcher de critiquer la construction de ce mur fiscal : « Le mur murant Paris, rend Paris murmurant ».

Rotonde de la Villette, l'une des barrières d'octroi dessinée par l'architecte Nicolas Ledoux. © Wikimedia Commons, domaine public

Emprise politique, économique et sociale déterminante

À cette époque, Paris s'étend sur 3.500 hectares et sa population est estimée à 600.000 habitants : elle est désormais la deuxième ville européenne derrière Londres, mais représente à peine 2,5 % de la population française. L'emprise politique, économique et culturelle de la capitale s'étend à tout le royaume. Alors que le règne de Louis XIV est marqué par une opposition locale entre ville et cour (Paris et Versailles), apparaît dans les années 1750 l'opposition nationale entre Paris et « province ». La capitale confirme sa position de centre politique et administratif du royaume : les grandes institutions centrales (Chancellerie, Ferme générale, Ferme des postes), les secrétariats d'État, les cours souveraines (Parlement, Cour des comptes) y ont leur siège. Seul, le Grand Conseil (des ministres) demeure à Versailles.

Plan de Paris de 1739 dit plan Turgot (axe est-ouest et perspective). Plans anciens de Paris. © Wikimedia Commons, domaine public

La haute noblesse se fait construire des hôtels particuliers luxueux, notamment dans le nouveau quartier du faubourg Saint-Honoré. Ainsi, le comte d'Évreux y fait bâtir le futur palais de l'Élysée en 1720 : offert par Louis XV à la marquise de Pompadour en 1753, le palais devient résidence impériale de Napoléon Ier en 1805. Son neveu Napoléon III, premier président de la République française avant d'être empereur, y habite à partir de 1848.

Paris devient le creuset français !

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le mouvement migratoire vers la capitale s'amplifie et l'on estime que 10.000 immigrants se fixent à Paris chaque année. La grande majorité vient de la moitié nord du royaume (exception faite de l'Auvergne), ce sont de jeunes adultes à la recherche d'un travail qui deviennent ouvriers, domestiques ou exercent les innombrables petits métiers de la rue. À la fin du siècle, les registres paroissiaux indiquent que 30 % seulement des Parisiens adultes sont nés à Paris ! 

Abonnez-vous à la lettre d'information Histoire(s) : chaque semaine, Futura vous propose de remonter le temps.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Paris : le monde vu par Thomas Pesquet  À travers l’œil de Thomas Pesquet, découvrez Paris de jour et de nuit, vue de l’espace. Des cartes postales superbes de la Ville lumière.