Sciences

Solar Impulse atterrit à Saint-Louis, malgré une météo difficile

ActualitéClassé sous :aéronautique , Solar Impulse , Saint Louis

Le frêle avion solaire Solar Impulse, piloté par Bertrand Piccard, vient de conclure la troisième étape de sa traversée des États-Unis, en atterrissant à Saint-Louis, dans le Missouri. La météo orageuse et les vents violents, qui ont causé des dégâts dans la région, ne l'ont pas arrêté. Un hangar gonflable inédit est prévu pour assurer sa protection.

Le hangar gonflable qui protège l'avion solaire de Solar Impulse. Une fois la première partie gonflée, le HB-SIA est poussé latéralement pour y engager l'une de ses ailes. Puis les autres parties prennent forme au-dessus de l’avion, pour le recouvrir. Tel le campeur, le fragile avion solaire est ainsi assuré d'être protégé et de dormir à l'abri arrivé à l'étape. À la différence que le HB-SIA ne peut transporter ce hangar dans sa soute (d'ailleurs inexistante). © Solar Impulse

Après 21 heures et 21 minutes de vol, à 1 h 28 locale (8 h 28 en heure française), Bertrand Piccard posait son avion sur la piste de l'aéroport international Lambert de Saint-Louis. C'était la troisième portion de la traversée des États-Unis par l'avion solaire HB-SIA et toute l'équipe suisse de Solar Impulse. Commencé le 3 mai à San Fransisco, puis passé par Phoenix et Dallas, le périple devrait s'achever début juillet à New York.

Pourtant les conditions météorologiques sont particulièrement mauvaises. Les intempéries ont déjà fait de nombreuses victimes aux États-Unis et occasionné de gros dégâts, particulièrement à l'aéroport de Saint-Louis. Lors de la précédente étape, le pilote Arnaud Borschberg avait déjà dû faire face à des vents importants : ce que l'avion solaire, lent, peu puissant et léger (40 chevaux et 1,6 t pour une envergure de 63,40 m), n'aime pas du tout. Cela ne l'avait pas empêché de réaliser, avec une distance de 1.541 km, le plus long vol effectué par un avion à énergie solaire. Avoir réussi un voyage dans de telles conditions est de bon augure pour le tour du monde, en 2015, de son successeur le HB-SIB, encore en construction.

À l'arrivée à l'aéroport de Saint-Louis, le grand et fragile avion a inauguré son nouveau hangar, une structure gonflable en plusieurs morceaux que l'équipe de Solar Impulse transporte avec elle. Après l'atterrissage, le HB-SIA peut donc être protégé rapidement et sans difficulté. Trouver une place dans un hangar pour un avion de plus de 63 m, n'est en effet pas une entreprise facile.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi