Sciences

Étain et miroirs : la galerie des Glaces du château de Versailles

Dossier - Métal : tout savoir sur l'étain
DossierClassé sous :chimie , tableau périodique des éléments , Matière

L'étain est un élément rare et l'un des plus vieux connus, au moins depuis l'Antiquité. Ce métal gris argenté est, avec le cuivre, l'un des ingrédients du bronze. Zoom sur ses propriétés chimiques, ses alliages mais aussi son utilisation et sa toxicité.

  
DossiersMétal : tout savoir sur l'étain
 

Parmi les nombreux usages de l'étain, on peut citer la fabrication de miroirs. Cette technique longtemps gardée secrète par les Vénitiens fut copiée par la France à l'initiative de Colbert, au XVIIe siècle. Ce sera la création de la Manufacture royale de glaces de miroirs, à l'origine de la fabrication des miroirs de la galerie des Glaces du château de Versailles.

Les miroirs de la galerie des Glaces, au château de Versailles. © Myrabella, Wikipédia, CC by-sa 3.0

L'étain et la fabrication des miroirs

L'étain entrait dans la composition du tain, cet amalgame (étain-mercure) métallique appliqué derrière une glace pour en faire un miroir. Cette technique étant gardée secrète, Colbert, en 1660, fit venir en France 18 ouvriers vénitiens et accorda privilèges et avantages à la « Manufacture des glaces et miroirs par des ouvriers de Venise ».

En 1665, à la suite des informations transmises par Colbert, Louis XIV accorda le privilège de la fabrication des glaces « façon de Venise » à Nicolas du Noyer. Le roi espère obtenir ainsi le secret des Italiens, dont on sait qu'il est jalousement gardé ; la peine de mort est d'ailleurs requise pour les transfuges.

Colbert et la Manufacture de glaces de miroirs

En 1664, Colbert invite François de Bonzi, évêque et ambassadeur de France à Venise, à « dérober » des ouvriers malgré les risques... On imagine le peu d'enthousiasme de ce dernier ! En 1665, on connaît la présence de quatre Vénitiens à Paris. Par lettres du roi, le privilège est accordé pour vingt ans « d'établir une manufacture de glaces et de miroirs par des ouvriers de Venise » subventionnée par le roi et avec les privilèges nécessaires pour obtenir les matériaux. Mais les ouvriers vénitiens ne veulent rien enseigner aux Français ! Ce sera finalement à la verrerie de Tourlaville (la seconde du genre), près de Cherbourg, que sera dérobé le secret. Colbert annonce donc : « Nos glaces sont maintenant plus parfaites que celles de Venise ».

Les miroirs de Versailles : la galerie des Glaces

À Versailles, 17 miroirs sont placés en face des 17 fenêtres de la Grande Galerie des fêtes, renommée « la galerie des Glaces ». À la mort de Colbert, Louvois maintient les privilèges. En 1688, Abraham Thévart déclare avoir découvert le moyen de fabriquer des miroirs par coulage. Il achète l'ancien château de Coucy, à Saint-Gobain. Au début du XVIIIe siècle, la manufacture (résultat de la fusion des précédentes entreprises) est en faillite. Elle sera sauvée par les banques...