Essai statique des trois moteurs Raptor du booster 3, étage de test du Super heavy. © SpaceX
Sciences

Starship : regardez le premier essai statique d'un booster préfigurant le Super Heavy

ActualitéClassé sous :lanceur , SpaceX , Elon Musk

Pour la première fois, SpaceX a réalisé un essai de mise à feu statique d'un étage de test du Super Heavy. Au nombre de trois, les moteurs Raptor ont fonctionné un court instant, moins de quatre secondes, dans la durée prévue. Les objectifs fixés par les ingénieurs ont très vraisemblablement été atteints.

Cela vous intéressera aussi

L'essai statique des trois moteurs Raptor du booster 3 s'inscrit dans la préparation du premier vol orbital du Starship, dans sa configuration complète, que prépare SpaceX. Ce vol de point à point est prévu d'ici la fin de l'année et consistera à relier la base de Boca Chica dans le Texas à l'archipel d'Hawaï en volant dans l'espace.

Cet essai montre que les préparatifs de l'étage Super Heavy avancent mais il reste du travail. Beaucoup de travail même. En effet, il faut savoir que cet étage, dans sa configuration opérationnelle, comptera plus de 30 moteurs Raptor. Ce moteur, qui fonctionne avec un mélange d'oxygène liquide (LOX) et de méthane liquide (CH4), n'est pas encore en service. Actuellement, les Falcon 9 et Falcon Heavy utilisent des moteurs Merlin.

Baptisé Booster 3, cet étage de test pourrait être utilisé une nouvelle fois mais ce n'est pas certain. Il n'a pas vocation à voler dans l'espace ni lors d'un vol suborbital. Il sert uniquement à des essais au sol, notamment pour la procédure de remplissage des réservoirs, la gestion de la température et de la pression par exemple. Cela dit, Elon Musk a indiqué sur Twitter que la réutilisation de cet étage pour un nouvel essai dépendra de l'état d'avancement du booster 4. Si le 3 devait être une nouvelle fois utilisé, neuf moteurs seront installés et testés simultanément. 

SpaceX a effectué un test statique de son prototype Super Heavy Booster 3 à Boca Chica, au Texas. © SpaceX

Faire voler un lanceur à plusieurs moteurs

Pour comprendre la difficulté de faire voler un lanceur à plusieurs moteurs, il faut savoir que, d'un moteur à un autre, le niveau de combustion n'est jamais le même et est très difficile à modéliser, d'où l'importance des tests au sol et l'expérience acquise avec les vols du Falcon 9, dont l'étage principal compte neuf moteurs et le Falcon Heavy et des 3X9 moteurs (son étage principal et constitué de trois étages principaux du Falcon 9).

Le jet de chaque moteur ne signifie pas qu'ensemble ces jets fonctionnent comme s'il s'agissait de moteurs distincts. Ces jets vont interagir entre eux et cela peut poser de nombreuses contraintes aérodynamiques, notamment latérales et donc gêner la montée de l'engin. L'un des jets peut également éteindre le jet d'un autre moteur ! Autre problème, l'orientation des moteurs. Ce n'est évidemment pas pareil d'avoir trois moteurs plutôt qu'un seul ! Avec des débits aussi importants, une aspiration peut survenir dans la jupe et créer un effet de vide.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !