Sciences

Curiosity découvre de l'azote sur Mars, un élément indispensable à la vie

ActualitéClassé sous :Curiosity , MSL , mars

Une équipe de chercheurs qui a examiné trois échantillons de roches et de poussières prélevés par Curiosity a révélé la découverte d'azote. C'est la première fois que cet élément indispensable à la vie est mis en évidence sur Mars. Les chercheurs attribuent sa présence à des phénomènes énergétiques comme la foudre ou l'impact de météorites. Quant au rover, immobilisé durant près de deux semaines à cause d'un court-circuit, tout indique qu'il va bien. Il a d'ailleurs repris la route.

Autoportrait de Curiosity réalisé le 3 février 2013 (Sol 177) dans la baie de Yellowknife. À sa droite, on peut voir les traces de ses premiers forages opérés dans l’affleurement rocheux nommé « John Klein ». © Nasa, JPL-Caltech, MSSS

Tandis que Curiosity poursuit sa route sur les flancs du mont Sharp, point culminant au centre du cratère Gale, où il a débarqué le 6 août 2012, une équipe de chercheurs qui a travaillé sur plusieurs analyses réalisées in situ par la suite d'instruments Sam (Sample Analysis at Mars) du rover vient d'annoncer la détection (indirecte) d'azote à la surface de Mars. C'est la première fois que cet élément, qui entre dans la composition de grandes molécules comme l'ADN et l'ARN qui codent les instructions génétiques pour les êtres vivants, est mis en évidence.

Aussi sa présence sous forme de monoxyde d'azote (NO) libéré par la décomposition de nitrates — les échantillons de roches sédimentaires prélevés par Curiosity ont été chauffés dans l'un de ses deux fours —, suggère une nouvelle fois que la Planète rouge fut jadis potentiellement habitable. Du moins, dans l'environnement où travaille, depuis plus d'une année martienne déjà, l'astromobile de la mission Mars Science Laboratory (MSL). N'oublions pas que quelque temps plus tôt, celui-ci avait déjà révélé que le milieu exploré était humide, il y a plus de 3,7 milliards d'années, des rivières se déversant alors dans un lac qui remplissait plus ou moins le cratère, selon les périodes. Ajoutons aussi qu'il a établi que de la matière organique était disponible dans le sol, ce qui a permis aux chercheurs de considérer ce monde comme habitable quelques centaines de millions d'années après sa naissance.

« Découvrir une forme biochimiquement accessible d'azote est un soutien supplémentaire en faveur de l'habitabilité de l'ancien environnement du cratère Gale », explique Jennifer Stern du Goddard Space Flight Center(GSFC) de la Nasa qui a dirigé l'étude publiée dans l'édition en ligne du 23 mars 2015 de la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Science). Signalons aussi que des émanations saisonnières de méthane ont été détectées et mesurées depuis plus de deux ans (environ une année martienne) par Curiosity. Cependant, les scientifiques ne peuvent pas encore déterminer si son origine est géologique ou biologique.

Origine possible de l’azote

L'équipe de chercheurs et la Nasa tempèrent, se gardant bien de brûler les étapes essentielles dans la caractérisation d'une possible présence de vie sur Mars, passée ou actuelle. Présents dans son atmosphère à l'état gazeux, les atomes d'azote (N2) liés ensemble très fortement ne peuvent interagir aisément avec d'autres molécules que seuls — séparés l'un de l'autre — ou « fixés ». Dans ce dernier cas, sur Terre, cela peut être réalisé par divers organismes vivants par exemple les plantes de la famille des légumineuses, en symbiose avec des bactéries. Autrement, des phénomènes énergétiques comme la foudre ou l'impact de météorites peuvent aussi en fixer sous forme de nitrates (NO3). Jusqu'à preuve du contraire, c'est justement cette voie non biologique que privilégie l'équipe.

L'enquête fut menée sur trois échantillons prélevés par Curiosity sur les sites nommés « Rocknest »« John Klein » et « Cumberland ». Ces deux derniers sont situés dans la baie de Yellowknife qui fut autrefois occupée par un lac. Dans le premier cas, les analyses se sont portées sur les poussières et sables déposés par les alizés et mélangés aux matériaux du site. Pour les deux autres, les données sont issues de forages des roches sédimentaires. À partir de ces échantillons, l'équipe de Jennifer Stern a évalué les quantités de nitrates à environ 1.100 ppm (parties par million).

« Les scientifiques ont longtemps pensé que les nitrates pourraient être produits sur Mars à partir de l'énergie libérée par l'impact des météorites, commente l'auteure principale de l'article, qui conclut que les quantités trouvées sont en accord avec les estimations de ce processus ».

Cet affleurement rocheux traversé de veines de minéraux a été baptisé « Garden City ». Il a été photographié avec la caméra du mât de Curiosity le 15 mars 2015, lors du Sol 926. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS, Ken Kremer, Marco Di Lorenzo

Le rover Curiosity va bien

Voici un mois, Curiosity fut immobilisé suite à un court-circuit détecté dans son bras mécanique qui venait d'opérer, le 24 février (Sol 908), un forage sur le site baptisé « Telegraph Peak ». Afin d'éviter tout dommage, le rover martien d'une tonne fut donc à l'arrêt et patiemment examiné par les équipes techniques. Finalement tout va bien et après une suspension de plusieurs jours, une partie de la roche réduite en poudre a pu être déversée dans l'instrument CheMin, le 11 mars (Sol 922).

À présent, le rover Curiosity a quitté l'affleurement rocheux « Pahrump Hills » dans la région géologique de Murray, située à la base du mont Sharp (5.500 m d'altitude) pour se diriger vers de nouveaux horizons. Après avoir roulé plusieurs mètres, l'équipe aux commandes vient de découvrir une roche, nommée « Garden City » traversée de multiples veines de minéraux clairs et sombres.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi