À peine arrivé au pied du mont Sharp, Curiosity a déjà réalisé son premier forage, en fait un trou profond de 6,7 centimètres. L'affleurement rocheux ainsi creusé s’avère être la plus basse strate de cette montagne.
Cela vous intéressera aussi

Mi-septembre, Curiosity est arrivé à la base du mont Sharp par un point d'entrée baptisé Pahrump Hills. Ce secteur appartient à la formation rocheuse Murray, qui serait plus vieille que le mont Sharp lui-même. Ce cheminement n'est pas celui qui avait été initialement prévu. Le roverrover devait en effet atteindre le pied du mont Sharp en fin d'année en passant par Murray Buttes. Mais la dégradation des roues de Curiosity a imposé une route plus courte et plus facile. De plus, cette région des Pahrump Hills est apparue comme le soubassementsoubassement rocheux sur lequel s'érige le mont Sharp.

C'est dans une des roches de cet affleurementaffleurement que Curiosity a réalisé son premier forage dont les résultats seront connus dans quelques semaines. Pour la NasaNasa, la roche forée pourrait donner une image assez précise de l'environnement à l'époque où cette montagne s'est formée.

Un gros plan sur l'accumulation de matériaux résistants sur l'affleurement rocheux de Pahrump Hills. L'image a été prise par l'appareil photo baptisé Mahli (<em>Mars Hand Lens Imager</em>), installé au bout du bras de Curiosity, portant différents instruments, dont l'outil de forage. © Nasa/JPL-Caltech/MSSS

Un gros plan sur l'accumulation de matériaux résistants sur l'affleurement rocheux de Pahrump Hills. L'image a été prise par l'appareil photo baptisé Mahli (Mars Hand Lens Imager), installé au bout du bras de Curiosity, portant différents instruments, dont l'outil de forage. © Nasa/JPL-Caltech/MSSS

Les strates du mont Sharp

Ce pic rocheux, trônant au milieu du cratère Gale, haut de 5 km, est particulièrement intéressant. Il est en effet composé de strates, visibles au sol mais aussi depuis l'espace et ces dépôts successifs sont susceptibles de renseigner sur l'époque à laquelle le site a été habitable.

Les sondes en orbiteorbite autour de la planète ont montré la présence d'un empilement de couches différentes qui sont autant de témoins d'époques anciennes. De bas en haut, on trouve des strates de minérauxminéraux hydratés, d'argilesargiles puis d'oxydes de ferfer, et plus haut de smectites et de sulfates. En bref, un livre ouvert sur l'histoire minéralogique de la planète Mars.

Les strates du mont Sharp et la nature du milieu aqueux passé de la région. © Nasa/Pierre Thomas

Les strates du mont Sharp et la nature du milieu aqueux passé de la région. © Nasa/Pierre Thomas

À mesure que le rover va s'en approcher, Curiosity nous apportera des détails de plus en plus fins sur les trois conditions différentes de sédimentationsédimentation que l'on observe entre la base et le haut de la montagne. De plus, d'après les études minéralogiques effectuées depuis l'orbite martienne, le milieu aqueuxaqueux de cette région de la montagne a changé : d'abord d'un pH neutre, il est devenu acideacide. Les scientifiques se demandent si des conditions prébiotiquesprébiotiques, voire biotiques, ont régné dans une, deux ou trois de ces étapes.

Même si on pourrait rêver à une ascension du mont Sharp où chaque stratestrate serait comme une page que l'on tourne, racontant l'histoire de cette longue sédimentation, le rover Curiosity se contentera d'explorer le premier chapitre, atteignant au moins les strates riches en argile.