Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Curiosity : une vue imprenable depuis le flanc du mont Sharp Neuf ans après son atterrissage sur Mars et presque autant de temps à parcourir le fond du cratère Gale, le rover Curiosity poursuit sa route sur la planète rouge du côté du mont Sharp — aussi appelé Aeolis Mons. Et il continue de renvoyer des images extraordinaires aux astronomes curieux d’en apprendre plus que les conditions climatiques qui ont pu régner sur la planète rouge par le passé. (en anglais) © Nasa, Jet Propulsion Laboratory

Curiosity est un rover martien de la Nasa. Il est le robotrobot le plus perfectionné et le plus ambitieux jamais construit pour l'exploration martienne.  Il a été lancé en novembre 2011 et a atterri sur la Planète rouge le 5 août 2012.

Le saviez-vous ?

Curiosity a accumulé plusieurs « premières » pour une mission sur Mars : plus grande masse à l'arrivée (3.895 kg pour l'engin complet), plus grand bouclier de protection thermique (4,50 m, contre 4 m pour les capsules Apollo), plus grand parachute (16 m de diamètre) et méthode d'atterrissage jamais testée en situation réelle.

Curiosity a atterri à l'intérieur du cratère Gale, en août 2012, pour déterminer si la région a connu un jour des conditions favorables à l’apparition de la vie, ce qu'il a fait en montrant que Mars a été habitable pendant une courte période de son histoire, dans un lointain passé, qui se mesure en milliards d'années.

Pour se poser sur Mars, la Nasa a mis au point une nouvelle technique d'atterrissage. Curiosity est entré dans l'atmosphèreatmosphère martienne à quelque 21.000 km/h, protégé par son bouclier thermique. Trois minutes avant son atterrissage, il a utilisé un parachuteparachute long de 50 m et de 16 m de diamètre. Cinq cents mètres avant le contact avec le sol, des rétrofusées sont entrées en action puis la partie haute a déposé le roverrover sur la surface au bout d'un câble, à la manière d'une grue de chantier.

Voir aussi

Vie sur Mars : Curiosity a découvert des molécules organiques prometteuse

La France et le Cnes à bord de Curiosity

L'engin porteporte dix instruments et un mât muni de caméras et d'un laser pour étudier des cibles jusqu'à une distance de 7 m. Il possède également un bras articulé de 2,1 m capable de forer jusqu'à 6 cm dans la roche et d'en extraire des matériaux, ce qui à l'époque n'avait jamais été fait sur Mars.

Avec un poids d'environ 900 kg, Curiosity est un rover bien plus lourd que les 10,5 kg du Sojourner de Mars Pathfinder (1997) et les 170 kg de chaque rover des missions Mer (2004). © Nasa, JPL
Avec un poids d'environ 900 kg, Curiosity est un rover bien plus lourd que les 10,5 kg du Sojourner de Mars Pathfinder (1997) et les 170 kg de chaque rover des missions Mer (2004). © Nasa, JPL

Cette mission d'environ 2,5 milliards de dollars a été réalisée avec l'aide de partenaires en Allemagne, au Canada, en Espagne, en France et en Russie. L'Espagne fournit une des trois antennes de communication et la station météorologique Rems (Rover Environmental Monitoring Station). La France a collaboré à la mise au point des instruments ChemCam et Sam. ChemCam est un instrument d'analyse élémentaire des roches et des sols autour du rover Curiosity jusqu'à environ 9 mètres.

Quant à Sam (Sample Analysis at Mars), il s'agit d'un ensemble d'instruments de mesure apte à déterminer la composition chimique (moléculaire, élémentaire et isotopique) du sol martien. Le Cnes participe également aux opérations à la surface de Mars en temps réel. Enfin, le Canada fournit la sonde du spectromètrespectromètre à particules alpha et rayons Xrayons X.

À la différence des précédents rovers équipés de panneaux solaires, Curiosity est doté d'une batterie à énergieénergie nucléaire -- en fait un générateurgénérateur thermoélectrique à radio-isotopes (RTG) -- qui lui permet de fonctionner aussi bien de jour que de nuit.