Voilà à quoi ressemblera le bouclier thermique de Curiosity lorsqu'il sera assemblé. Le cône avant est en bas. Quant au rover, il sera bien évidemment à l'intérieur ! © Lockheed Martin

Sciences

Le bouclier thermique de Curiosity, le plus grand jamais construit

ActualitéClassé sous :Astronautique , mars , Curiosity

-

En novembre 2011, Curiosity décollera à destination de Mars pour une mission exceptionnelle de plus de deux ans. Pour s'y poser, il utilisera un système d'atterrissage des plus révolutionnaires qui combinera plusieurs technologies réunies pour la première fois. L'ensemble sera protégé par le plus grand bouclier thermique jamais construit. Son constructeur, Lockheed Martin, vient de le livrer au Centre spatial Kennedy.

C'est une mission d'au moins deux ans qui attend le rover Curiosity. En novembre 2011, il rejoindra la Planète rouge, équipé d'un exceptionnel bouclier thermique (aeroshell, en anglais). Il se compose d'un cône arrière (backshell) et d'un cône avant (heatshield) et protègera le rover pendant son voyage jusqu'à Mars puis lors de l'entrée dans l'atmosphère martienne. Ce bouclier est construit par Lockheed Martin qui a pratiquement conçu tous les boucliers des missions d'exploration de la Nasa depuis l'époque d'Apollo. Avec un diamètre de 4,5 mètres, il est le plus grand de tous. À titre de comparaison, ceux de Spirit et Opportunity présentaient un diamètre de 2,60 mètres et ceux des capsules d'Apollo mesuraient un peu moins de 4 mètres.

Sa taille n'est pas sa seule spécificité. Il est également conçu pour réaliser le premier atterrissage de précision en visant une ellipse de seulement 20 kilomètres de diamètre, contre une centaine habituellement. Pour cela, il utilisera des ballasts qui faciliteront le contrôle de la trajectoire.

Intérieur du cône avant du bouclier thermique de Curiosity. Outre la caméra Mardi qui permettra de suivre la descente du rover, le bouclier sera doté de l’instrument Medli afin de suivre les paramètres atmosphériques et d'orientation lors de la descente de l’engin. © Lockheed Martin/Nasa/JPL

Record de chaleur pour une mission martienne

Le cône arrière supportera les parachutes et le skycrane, sorte de grue qui descendra le rover au bout d'un câble pour qu'il se pose en douceur. Composé d'une structure en nid d'abeille en aluminium et pris en sandwich entre des feuilles de graphite-époxy, ce cône est recouvert d'un matériau à base de liège appelé SLA 561V qui fait office de protection thermique. C'est la première fois que la Nasa l'utilise sur le cône arrière d'un bouclier martien. Jusqu'à présent, il a toujours été utilisé à l'avant.

Quant au cône avant, celui qui sera exposé aux plus fortes chaleurs, il a été dimensionné pour supporter des températures dépassant les 2.000 degrés Celsius. Un record pour une mission martienne. Ce bouclier utilisera un matériau composite appelé PICA (phenolic impregnated carbon ablator), une matrice de fibres de carbone enchâssées dans une résine phénolique qui sera employée pour la première fois pour une mission martienne.

Inventé par le Centre Ames, le Pica a été utilisé pour la première fois sur la mission Stardust. Il a pu démontrer toutes ses performances lors du retour sur Terre de cette capsule (en janvier 2006) qui contenait des échantillons de la comète Wild-2 et du milieu interstellaire.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi