La nébuleuse de la Lagune, une pouponnière stellaire qui révèle en infrarouge les différentes étapes de la naissance des étoiles. © ESO/VVV

Sciences

Plongée dans la Lagune pour le télescope Vista

ActualitéClassé sous :Astronomie , voie lactée , nébuleuse de la Lagune

L'un des joyaux de la Voie lactée, la nébuleuse de la Lagune, connue également sous le nom de Messier 8, a eu les honneurs du télescope européen Vista installé au Chili.

L'étonnant télescope Vista (pour Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy) est opérationnel depuis la fin de l'année 2009. Si son miroir de 4,1 mètres de diamètre n'a rien d'extraordinaire par rapport au VLT ou au Gran Tecan, Vista possède une très courte focale qui lui permet de photographier de grands champs stellaires à l'aide d'une caméra de trois tonnes. Cette dernière a été conçue pour observer le ciel à des longueurs d'onde comprises entre 0,85 et 2,3 microns, la plus grande fenêtre d'observation dans l'infrarouge jamais réalisée.

Installé sur le site du VLT au Chili, Vista est régulièrement sollicité pour observer des objets astronomiques noyés dans la poussière et difficiles à étudier dans le domaine visible. C'est le cas pour NGC 253, la galaxie du Sculpteur très riche en nuages de poussières qui masquent son noyau ainsi que les étoiles géantes rouges présentes dans ses bras spiraux. Autre cible du télescope Vista : Mon R2, un immense nuage moléculaire composé de gaz sombre et de poussière au cœur de la Licorne. C'est au tour de la nébuleuse de la Lagune d'être scrutée par Vista dans le cadre d'un vaste programme d'étude de la Voie lactée, VVV (Vista Variables in the Via Lactea), prévu pour durer cinq ans.

Baby-boom dans la Lagune

Située dans la constellation du Sagittaire à un peu moins de 5.000 années-lumière de nous, la nébuleuse de la Lagune a été signalée pour la première fois en 1747 par l'astronome Le Gentil. Mais dès 1680 Flamsteed avait déjà repéré l'amas d'étoiles NGC 6530 qui s'est formé à partir de la nébuleuse. Cette dernière, qui s'étend sur une surface apparente d'environ trois fois le diamètre de la Pleine Lune, est connue pour être un berceau de très jeunes étoiles. Certaines sont encore dans leurs langes, entourées de leur disque d'accrétion natal. Elles sont parfois sujettes au hoquet, projetant depuis leurs pôles des traînées lumineuses de matière. Ce phénomène est connu sous le nom d'objets HH (Herbig-Haro), du nom des deux astronomes qui en ont compris l'origine dans les années 1950. On croise également dans la nébuleuse de la Lagune des globules de Bok, vastes nuages sombres composés de poussière et de gaz en train de s'effondrer, où finiront par s'allumer des proto-étoiles.

Seuls les télescopes observant dans l'infrarouge comme Vista peuvent traverser l'écran de poussière qui nous masque les débuts de l'évolution stellaire. Une vision inédite de la nébuleuse de la Lagune qui complète le spectacle qu'elle offre traditionnellement dans le domaine visible, comme c'est le cas dans le GigaGalaxyZoom réalisé en 2009 pour l'Année mondiale de l'astronomie

Cela vous intéressera aussi