Les couleurs psychédéliques de la nébuleuse de la Lagune. © I. Arias/Rodolfo H. Barbá/Departamento de Física, Universidad de La Serena (Chile), and ICATE-CONICET

Sciences

Le télescope Gemini colorise la Lagune

ActualitéClassé sous :Astronomie , Télescope Gemini , couleur

Le télescope Gemini sud nous offre une nouvelle vision de Messier 8, la nébuleuse de la Lagune, dont les couleurs psychédéliques obtenues à l'aide de filtres trahissent l'intense activité stellaire qui y règne.

Le télescope Gemini sud est installé sur l'un des sommets des Andes chiliennes. Comme son jumeau le Gemini nord (qui observe le ciel depuis Hawaï), il est doté d'un miroir de 8,1 mètres de diamètre. Inauguré en 2002, le Gemini sud a bénéficié en début d'année d'une cure de jouvence avec la mise en service d'un nouveau système d'optique adaptative destiné à compenser encore plus efficacement les effets néfastes de la turbulence atmosphérique sur les images astronomiques.

L'astrophotographe Stéphane Guisard avait réalisé en 2010 deux petits films en accéléré pour présenter le déroulement d'une nuit au Gemini sud, à l'extérieur comme à l'intérieur de la coupole. Après le télescope Vista il y a quelques mois, c'est au tour du Gemini sud de plonger dans la nébuleuse de la Lagune, l'un des plus beaux objets célestes.

Le télescope Gemini sud et son nouveau laser mesurant la turbulence atmosphérique. © Gemini/Manuel Paredes

Zoom sur les objets HH

La nébuleuse de la Lagune, enregistrée en huitième position dans le catalogue Messier, est observable dans la constellation du Sagittaire, à un peu moins de 5.000 années-lumière de nous. Elle est constituée d'un amas d'étoiles, NGC 6530 (repéré dès 1680 par Flamsteed) et d'une nébuleuse gazeuse signalée pour la première fois en 1747 par l'astronome Le Gentil. L'image présentée ci-dessous surprendrait bien des astrophotographes amateurs qui ne retrouvent pas une telle palette de couleurs chatoyantes sur leurs clichés de M 8. Les astronomes du télescope Gemini sud ont en effet associé des images prises à l'aide de filtres très sélectifs permettant de mettre en valeurs les zones où les atomes d'hydrogène et ceux de soufre sont ionisés par le rayonnement des jeunes étoiles turbulentes.

C'est parmi cette jeune population stellaire qu'on trouve des objets Herbig Haro (HH) du nom des deux astronomes (George Herbig et Guillermo Haro) qui les ont étudiés dans les années 1950. Il s'agit d'arcs lumineux composés de gaz et de matière éjectés depuis les pôles de certaines jeunes étoiles très instables. Quand ces jets percutent à grande vitesse le gaz environnant, il se forme une onde de choc lumineuse comme on en observe dans NGC 6729.

Sur l'image réalisée par le Gemini sud, les chercheurs ont identifié une douzaine d'objets HH dont certains ont une taille supérieure à 4 années-lumière.

Cela vous intéressera aussi