En pointant les galaxies NGC 6872 et IC 4970, les astronomes ont réalisé le rêve d'un groupe d'étudiants australiens. Le spectacle qui leur était offert pourrait bien se reproduire dans notre Voie lactée dans quelques milliards d'années.
Cela vous intéressera aussi

Les télescopestélescopes Gémini, fruits d'une coopération entre Américains, Britanniques et Canadiens, sont parmi les plus grands de la planète. Dotés d'un miroirmiroir de 8,1 mètres de diamètre chacun, ils étudient la totalité du ciel, l'un depuis Hawaï, l'autre depuis les Andes chiliennes. Ils sont sans cesse rendus plus performants par de nouveaux équipements. C'est ainsi que le Gémini sud a été doté dernièrement d'une nouvelle optique adaptative, peu de temps après avoir fait l'objet d'une nouvelle aluminure de son miroir primaire. C'est justement cet instrument qui a été sollicité pour photographier une collision galactique dans la constellationconstellation du Paon à l'aide du spectrographespectrographe GMOS (Gemini Multi-Object Spectrograph). 

À 300 millions d'années-lumièreannées-lumière de nous, la grande galaxie spiralegalaxie spirale NGC 6872 a en effet intercepté la petite IC 4970. Cette image récompense un concours proposé à l'ensemble des étudiants australiens par l'observatoire pour la deuxième année consécutive, l'occasion de réaliser une belle image, mais pas seulement.

Le scénario qui nous attend ?

Cette image réalisée au télescope Gémini sud nous montre ce qui arrive quand deux galaxiesgalaxies interagissent et comment les forces gravitationnellesforces gravitationnelles en jeu peuvent déformer leur structure originelle. Un tel spectacle se retrouve dans d'autres régions de l'universunivers, comme avec NGC 7252 dans la constellation du Verseau. Dans le cas de NGCNGC 6872, ses bras spiraux se sont retrouvés allongés sur des centaines de milliers d'années-lumière, comme si la spirale s'était déroulée sous l'action de son compagnon d'infortune IC 4970. Cette dernière va sans doute peu à peu fusionner avec sa grande voisine spirale.

Une situation qui n'a pas que des aspects dramatiques. De telles fusionsfusions sont en effet synonymes de formation stellaire. Les nuagesnuages de gazgaz et de poussière qui obscurcissent les bras sont de futures pouponnières stellaires. Quant aux extrémités bleues, elles révèlent la présence de nombreux amas de très jeunes étoilesétoiles.

Ce spectacle cosmique préfigure sans doute ce que connaîtra la Voie lactéeVoie lactée quand elle entrera en collision avec la galaxie d'Andromède dans 4,5 milliards d'années.