La Voie lactée, « fleuve de lait nourricier », porte des milliards d’étoiles et brille d’innombrables noms chantés par les poètes depuis des millénaires. Voici sa légende la plus courante et quelques autres du monde entier.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Galaxie : où se trouve la Terre dans la Voie lactée ? Le satellite Gaia a cartographié plus d’un milliard d’étoiles. Grâce à ces données, cette vidénull

Plus difficile à voir de nos jours qu'il y a un siècle ou deux millénaires, la Voie lactée envoûte l'imaginaire de l'humanité depuis des temps immémoriaux. Il faut dire qu'elle est magnifique et fascinante par une nuit noire, en plein désertdésert ou au sommet des montagnes reculées. Sans la pollution lumineuse, si nuisible pour les oiseaux de nuit comme pour les astronomesastronomes, on peut admirer dans toute sa splendeur cette longue arche blanchâtre constellée d’étoiles. Et mieux encore, l'été quand elle s'élance à travers le ciel, du nord au sud en passant par le zénithzénith.

« La Voie lactée comme une fente lumineuse s’élargit chaque nuit », Blaise Cendrars, Nuits Étoilées

Cette « nébuleuse-mère » est notre galaxiegalaxie, comme l'ont compris les astronomes à l'aubeaube du XXe siècle. Une immense communauté d'étoilesétoiles, pour la plupart concentrées dans un disque de quelque 100.000 années-lumièreannées-lumière de diamètre. Une galaxie parmi des centaines de milliards d'autres que les habitants d'une petite planètepetite planète bleue tournant autour d'une étoile banale (à environ 26.000 années-lumière du centre), ont baptisée Voie lactée (Via lactea).

L’origine de la Voie lactée. Tableau de Tintoret dépeignant la scène où Hercule est repoussé par Junon, laissant les gouttes de lait qui formeront les étoiles de la Voie lactée. © Domaine public
L’origine de la Voie lactée. Tableau de Tintoret dépeignant la scène où Hercule est repoussé par Junon, laissant les gouttes de lait qui formeront les étoiles de la Voie lactée. © Domaine public

D’où vient le nom de la Voie lactée ?

Un nom devenu universel qui trouve ses racines dans la mythologie grecque. Mais pourquoi un chemin de lait dans le ciel ? C'est à cause d'Héraclès (Hercule pour les Romains), raconte la légende. Son père Zeus (JupiterJupiter) qui avait une liaison avec la mortelle Alcmène voulait en effet que son fils devienne immortel comme les autres dieux. Pour cela, il fallait que le demi-dieu boive le lait d'une déesse. Aussi, pour ce faire, le dieu de la foudrefoudre pensa-t-il à son épouse Héra (Junon) mais comme celle-ci ne savait rien de cette aventure extraconjugale, il fallait que ce soit pendant son sommeilsommeil afin qu'elle ne s'aperçoive de rien. Ainsi, c'est à Hermès qu'incomba la délicate tâche de porter le nourrisson jusqu'aux seins de la déesse, une fois la nuit venue. Très avide, Héraclès téta goulûment le lait d'Héra au point même de la mordre, ce qui la réveilla aussitôt. C'est alors qu'en repoussant l'enfant, une giclée de lait divin éclaboussa la voûte céleste, laissant cette trace bien visible.

Telle est la légende de la Voie lactéeVoie lactée. Au passage, rappelons que le terme « galaxie » a la même origine : le lait, galaktias en grec (galaxias en latin). Elle désigne le « cercle lacté », galaktías kýklos.

Enfin, une autre légende grecque révèle que la Voie lactée a été créée par le char brûlant d'Hélios que le novice Phaeton, fils de Phébus, n'a pas su maîtriser en passant près du Scorpion. S'ensuivit alors un incendie qui menaça d'embraser l'UniversUnivers !

Les autres noms de la Voie lactée

D'une culture à l'autre, aux quatre coins du monde, ce chemin tapissé d'étoiles est chanté et honoré sous d'autres noms, d'autres légendes. En voici quelques-unes.

Pour les Navajos, par exemple, elle est l'œuvre du CoyoteCoyote qui, dans la précipitation éparpilla tous les galets-étoiles que lui avait confiés, à lui et d'autres animaux, le Grand Esprit. En Estonie, elle est le voile laissé par Lindu dans le ciel. Un voile scintillant qui guide les oiseaux migrateursmigrateurs dont elle avait la charge. C'est le « chemin des oiseaux ». En Extrême-Orient, c'est le fleuve céleste Tien Ho. Un fleuve d'argentargent qui sépare les deux amants, Tche-Niu, fille de l'empereur céleste, et un bouvier qui vivait sur TerreTerre. Ils ne peuvent se retrouver dans le ciel qu'une fois par an, lors de la septième nuit de la septième lunelune. L'une, la « tisseuse céleste » est incarnée par l'étoile Végaétoile Véga et l'autre par Altaïr. Pour des Indiens de Bolivie, la Voie lactée est le serpent Nyoko qui dévore toutes les étoiles insatiablement. En Inde, elle est aussi associée à un serpent : Nâgavithi. D'autres voient en elle, le lit du Gange.

« Tu brilles au sein de la nuit, et sensible à tout l'univers, tu frappes les yeuxyeux des mortels ; tu répands ta douce lumière, toutes les fois que l'airair sans nuagenuage, nous laisse librement porter nos regardsregards jusqu'à la voûte céleste. Cette blancheur éclatante qui te fait si aisément remarquer, t'a fait donner le nom de Voie lactée. Soit parce que des gouttesgouttes de lait, tombées du sein de Junon, coulent obliquement à travers les astresastres, et tracèrent sur l'azur des cieux cette bande si remarquable par sa blancheur ; soit, selon d'autres, parce que c'est le chemin qui conduit à la demeure des Dieux, et au palais du maître du tonnerretonnerre. » Georges Bucahanan, La Sphère