Cette superbe photo a reçu le Grand prix du concours international Insight Astronomy Photographer of the Year 2018. © Brad Goldpaint

Sciences

Astronomie : les 10 plus belles photos de 2018

ActualitéClassé sous :Astronomie , astronomie nébuleuse , comète

La prestigieuse compétition internationale de photos astronomiques Insight Investment Astronomy Photographer of the Year vient de dévoiler les vainqueurs pour le cru 2018. Les photos élues sont d'une beauté à couper le souffle. Un vrai régal !

Si vous aimez contempler la nuit et ses myriades de trésors, vous ne serez vraiment pas déçu. Le concours organisé par le Royal Observatory de Greenwich en association avec Insight Investment et le magazine BBC Sky at Night s'adresse à tous les curieux du ciel et amateurs des spectacles célestes, initiés ou non. Cette année, le jury de la dixième édition a dû choisir parmi 4.200 propositions venues de quelque 91 pays. Mais fini de bavarder, place à la découverte de ces chefs d'œuvre d'astrophoto.

Aux portes du cosmos

Cette photo a obtenu à la fois le Grand Prix du Insight Investment Astronomy Photographer of the Year et le Premier prix dans la catégorie People and Space.

Une photo qui n'est pas sans rappeler, par sa mise en scène, certains tableaux du peintre allemand, Caspar David Friedrich, où l'on peut voir un homme debout face à la nature. Ici, deux siècles après Friedrich, c'est une atmosphère néo-romantisme que nous propose Brad Goldpaint, en dépeignant l'Homme devant l'immensité de l'univers (et aussi la beauté de sa planète).

Le paysage (la photo a été prise à Moab dans l'Utah) qui l'entoure donne l'impression d'être sur une autre planète, loin de la Terre. Peut-être Mars, par ses couleurs et ses canyons ; ou peut-être sur une lointaine exoplanète. Mais des objets célestes, visibles de notre planète bleue, se distinguent : la Lune et, en haut à gauche, la petite tache aplatie, Andromède, notre grande galaxie voisine. Au loin, comme posé sur l'horizon, le ventre gonflé d'étoiles du centre de la Voie lactée. Une photo apaisante qui nous remet à notre place. Mais sans doute que certains la trouveront angoissante.

« Transporter l’âme » (Transport the Soul). La Terre, d’où est prise cette photo, tourne autour d’une petite étoile mais regardez combien elles sont dans la Voie lactée et dans sa voisine Andromède. Des centaines de milliards… © Brad Goldpaint

Rencontre du Soleil et de la Lune

Le français Nicolas Lefaudeux a décroché le Premier prix de la catégorie Notre Soleil avec cette superbe photo de la « grande éclipse américaine » d'août 2017. Elle est intitulée « Sun King, Little King, and God of War », que l'on peut traduire par « Le Roi Soleil, le petit Roi et le Dieu de la Guerre ».

C'est absolument magnifique et c'est sans aucun doute l'une des plus belles photos de cette éclipse de Soleil. On y distingue merveilleusement la couronne solaire et aussi, regardez bien, la face nocturne de la Lune et ses mers sombres caractéristiques. Au moment où était prise cette photo, le disque lunaire dévorait toute la lumière du jour, étendant ainsi une nuit implacable.

Comme notre étoile brillait alors devant le Lion, on distingue les étoiles formant la tête et le cou de cette constellation, et surtout l'éclatante Régulus. Plus à droite, devant les griffes du Lion, on peut voir la rougeoyante Mars.

L’une des plus belles photos de l’éclipse de Soleil du 21 août 2017. © Nicolas Lefaudeux

Détail de la Lune

Cette photo a remporté le Premier prix dans la catégorie Lune. Elle nous transporte sur notre satellite naturel, à la frontière entre la Mer de la Sérénité (Mare Serenitatis) et la Mer de la Tranquillité (Mare Tranquilitatis). On a presque l'impression que l'on peut toucher la surface, ses cratères, ses crevasses, etc.

L’auteur a interverti les couleurs de cette image capturée près de Barcelone. © Jordi Delpeix Borrell

S’enfoncer dans l’aurore

Autre chef-d'œuvre du photographe Nicolas Lefaudeux récompensé par le Premier prix de la catégorie Aurore.

Sommes-nous encore sur Terre ? Dans cette photo, on croirait voyager dans l'espace... Et, pourtant le Français s'est rendu en Finlande pour réaliser ce superbe cliché d'une aurore boréale. Toutes les aurores sont belles, certes... Mais là, saisie dans la nuit noire remplie d'étoiles, l'effet est encore plus spectaculaire. L'aurore semble couvrir une plaine trouée d'étoiles. Au fait : avez-vous reconnu la Grande Ourse dans cette perspective ?

« Speeding on the Aurorae Lane », Excès de vitesse dans l’allée de l’aurore. © Nicolas Lefaudeux

Détails impressionnants d’une galaxie spirale

Magnifique ! Avec ce portrait de NGC 3521, Steven Mohr a remporté le Premier prix dans la catégorie Galaxie. Sur cette photo prise depuis la Terre, en Australie, on peut admirer de savoureux détails de cette communauté d'étoiles (et aussi de gaz, de poussière, de matière noire) située à environ 26 millions d'années-lumière, assez proche de nous à l'échelle de l'univers. Sa structure est bien visible, les bras spiraux mouchetés de nébuleuses procréatrices et peuplés d'étoiles de tous âges. Au centre, son bulbe jauni exhale une brume sur plusieurs milliers d'années-lumière. Plus loin, derrière, on peut voir des dizaines d'autres galaxies. Quel spectacle !

NGC 3521, une belle galaxie spirale dans l’Univers local. © Steven Mohr

Nuage de poussière dans la Couronne australe

Une photo prise par le télescope spatial Hubble ? Ou alors par le VLT au Chili ? Non. Ce nuage effiloché et ténébreux, émaillé de jeunes étoiles bleues a été photographié depuis la Namibie, pays très apprécié des astrophotographes pour son ciel limpide, par Mario Cogo. Sa photo a remporté le Premier prix dans la catégorie Nébuleuses et étoiles.

Comme posé au bord du nuage sombre, on aperçoit à droite NGC 6723. Cet amas globulaire concentrant des dizaines de milliers d’étoiles est beaucoup plus loin de la Terre que le nuage sombre de la Couronne australe. © Mario Cogo

Matin d’hiver cerné d’étoiles

Premier prix dans la catégorie Paysages : « Circumpolar ». « Circumpolaire » car deux ou trois étoiles ont laissé leurs trainées lumineuses sur cette photo de Ferenc Szémár. On est sous le charme des brumes aux couleurs pastels qui ont envahi la plaine de Gatyatető, en Hongrie, au milieu de l'hiver.

Quand la nuit d’hiver s’unit au matin brumeux. © Ferenc Szémár

Deux comètes sur l’épaule du Taureau

Tout au long de l'année, Damian Peach nous émerveille avec ses photos de planètes et du cosmos. On a pu admirer notamment Mars, si brillante cet été, Jupiter et Saturne. Mais ce n'est pas tout : l'astrophotographe a porté aussi son regard sur plusieurs comètes qui parcourent discrètement la nuit.

Sur cette photo qui a décroché le Premier prix de la catégorie Télescope robotique, on découvre deux comètes : C/2017 O1 (ASASSN) et C2015 ER61 (PanSTARRS). Cette dernière, vers le centre, est moins brillante. À droite, vous aurez bien sûr reconnu le splendide amas de jeunes étoiles, les Pléiades.

Deux comètes filant dans le Taureau, devant les Pléiades. © Damian Peach

La Grâce de Vénus

« The Grace of Venus », signée Martin Lewis, a obtenu le Premier prix dans la catégorie Planètes, comètes et astéroïdes. Un beau et fin croissant de Vénus, notre voisine. Ces derniers jours d'ailleurs, c'est à ceci qu'elle ressemble pour qui parvient à l'observer. Quasiment toute la partie éclairée de la planète nous tourne le dos.

Vénus en croissant. © Martin Lewis

Au clair de la Lune

Côté jeunesse, Fabian Dalpiaz, 15 ans, a été couronné par le Young Astronomy Photographer of the Year. Un très beau paysage dans les Dolomites, en Italie, éclairé par la Lune. Le jeune photographe raconte que ce matin-là, il avait envie de prendre quelques photos avant de se rendre à l'école pour des examens. Et là, surprise : une étoile filante très lumineuse a fendu le ciel au-dessus de ce tableau enchanteur.

Paysage dans les Dolomites au clair de Lune et météores. © Fabian Dalpiaz
  • Les prix des plus belles photos d’astronomie de 2018 ont été dévoilés à l’observatoire de Greenwich.
  • Il y avait 4.200 participations issues de 91 pays différents.
  • Le grand prix revient à Brad Goldpaint pour son paysage intitulé Transporter l'âme.
Pour en savoir plus

Espace : les 10 plus belles photos de 2017

Article de Xavier Demeersman publié le 19 septembre 2017

Chaque année, un jury se réunit à l'observatoire de Greenwich, au Royaume-Uni, pour récompenser les plus belles photos du ciel prises par des astrophotographes du monde entier. Voici les premiers prix pour chacune des neuf catégories et les prix spéciaux.

En neuf ans, Insight Astronomy Photographer of the Year est devenu un rendez-vous incontournable pour tous les astrophotographes de la Planète, mais aussi pour tous les curieux et passionnés d'astronomie.

Le 14 septembre, à l'observatoire royal de Greenwich, au Royaume-Uni, ont été dévoilées les photos couronnées par le jury de cette année. « Pour la première fois en neuf ans de compétition, les juges ont reçu des images d'Uranus et d'astéroïdes parmi les 3.800 participants, des amateurs enthousiastes et des photographes professionnels venus de 91 pays », soulignait le communiqué. Les photos prises par les lauréats sont visibles à l'exposition dédiée, qui a ouvert ses portes le 16 septembre. Découvrez ci-dessous les premiers prix de chaque catégorie ainsi que les deux prix spéciaux.

1. Grand prix : le nuage moléculaire Rho Ophiuchi

Voici une photo splendide du complexe Rho Ophiuchi prise dans le ciel limpide de Namibie, en août 2016. Ce nuage coloré est l'une des régions de formation d'étoiles les plus proches de notre Système solaire. Distant de quelque 460 années-lumière, il s'étend sur environ 14 années-lumière au sein d'Ophiuchus, la treizième constellation du zodiaque.

« Le photographe a produit un bel équilibre entre la nébuleuse de réflexion bleue, en bas à gauche, et la nébuleuse d'émission rouge, en haut à droite. Un nuage de poussière sombre s'allume devant eux, en divisant la scène en deux, a salué Pete Lawrence, membre du jury. [...] Une image simplement exquise ».

La photo a également été récompensée dans la catégorie « nébuleuses et étoiles ».

Le nuage de gaz et de poussière Rho Ophiuchi (Ophiuchus Molecular Cloud). « L’astrophotographie est comme un moyen d’être plus proche de l’infini, ce qui est bien sûr très attrayant », a commenté le lauréat. © Artem Mironov, IAPY 2017

 2. Catégorie « aurores polaires »

À l'affût sur le rivage, dans le sud de l'Islande, par une nuit d'octobre 2016, le photographe Mikkel Beiter raconte : « Soudain, des nuages ont émergé des montagnes voisines, flottant sur la mer alors que l'aurore boréale commençait à exploser puissamment. Tout cela a créé une véritable scène fantomatique ! »

Des nuages flamboyants au-dessus du rivage. Cette aurore boréale a été photographiée le 5 octobre 2016, sur la côte sud de l’Islande. © Mikkel Beiter, IAPY 2017

 3. Catégorie « galaxies » : Messier 63

Surnommée la galaxie du Tournesol (Sunflower Galaxy), Messier 63 ou, pour faire court, M63, est à environ 26 millions d'années-lumière de la Terre. Oleg Bryzgalov explique qu'il s'est rendu dans l'un des endroits les plus sombres d'Europe pour photographier cette galaxie et les traînées d'étoiles et de gaz qui l'entourent.

« Il y a tellement de détails incroyables à voir dans cette image, s'enthousiasme Will Gater, membre du jury, qu'il est difficile de savoir par où commencer. Les traînées de poussière et les régions rayonnantes d'étoiles roses du disque de M63 sont magnifiquement définies et les faibles flux d'étoiles qui tourbillonnent autour de la galaxie sont tout simplement extraordinaires. C'est avant que vous ne commenciez à explorer l'arrière-plan et la myriade de galaxies lointaines qui s'y cachent. »

Messier 63, la galaxie du Tournesol, photographiée le 6 avril 2016 à l’observatoire Rozhen, dans les montagnes du Rhodope (Bulgarie), « l’un des endroits les plus sombres d’Europe ». © Oleg Bryzgalov, IAPY 2017

 4. Catégorie « notre satellite naturel, la Lune »

La photo ci-dessous a été prise depuis le sol terrestre, à Budapest, en Hongrie. Pourtant, nous avons l'impression d'être à bord d'un petit vaisseau spatial en approche de la Lune. Sous nos yeux, le cratère rayonnant Tycho (bien visible dans des jumelles ou une lunette astronomique). L'impact est relativement récent à l'échelle géologique (une peu plus de 100 millions d'années). Les éjectas de poussière sont bien visibles des centaines de milliers de kilomètres à la ronde, de part et d'autre du cratère de 86 km de diamètre et de quelque 4,8 km de profondeur.

Image hypersaturée du cratère Tycho. © László Francsics, IAPY 2017

 5. Catégorie « notre étoile, le Soleil »

Cette photo du Soleil n'a pas été prise à n'importe quel moment... c'était le 9 mai 2016. Ce jour-là, certains Terriens pouvaient voir la plus petite planète du Système solaire, Mercure, passer devant leur étoile. Regardez bien. On aperçoit sa silhouette ronde, un peu en dessous de l'équateur du Soleil. Les taches claires correspondent aux régions actives du Soleil.

Transit de Mercure photographié le 9 mai 2016 dans le Lancashire, au Royaume-Uni. © Alexandra Hart, IAPY 2017

 6. Catégorie « Hommes et espace »

Nous sommes ici aux confins du monde, face aux espaces infinis. Le photographe Yuri Zvezdny se tient debout dans ce paysage étonnant, au pied du glacier Piedras Blancas, dans le parc national de Los Glaciares, en Argentine. Au-dessus de lui, la nuit australe et le centre de la Voie lactée : des milliards d’autres soleils, chacun, ou presque, entouré de planètes...

« Le premier plan donne un sentiment merveilleux de sérénité face à la majesté du centre de la Voie lactée, dans le ciel, au-dessus, commente Pete Lawrence. La scène est humble, mettant l'Homme devant l'une des plus impressionnantes toiles de fond de la nature ».

La Voie lactée, resplendissante, au-dessus du paysage désolé du glacier Piedras Blancas, en Argentine. © Yuri Zvezdny, IAPY 2017

 7. Catégorie « planètes, comètes et astéroïdes »

Les changements de taille et de phase de Vénus sont ici photographiés durant six mois. Vue de la Terre, la planète la plus chaude du Système solaire, située entre nous et le Soleil, change progressivement de phase. Le phénomène peut augmenter significativement son éclat dans le ciel du crépuscule ou de l'aube (cela dépend des périodes), de même que sa taille apparente au gré de sa position relative à la Terre. Toutes les photos à gauche, jusqu'aux croissants, ont été prises avec des filtres infrarouges.

Les différentes phases de Vénus. © Roger Hutchinson, IAPY 2017

 8. Catégorie « paysages célestes »

Voici un paysage merveilleux que l'on a l'impression de voir à travers une fenêtre... peut-être est-ce à bord d'un vaisseau spatial ? Sommes-nous dans un des bras de la Voie lactée ? Voyageons-nous vers le centre de la Galaxie ? Non, nous sommes toujours sur Terre.

Intitulée « Passage to the Milky Way » (Passage vers la Voie lactée), la photo a été prise au Lamost (Large Sky Area Multi-Object Fibre Spectroscopic Telescope), dans la province d'Hebei, en Chine. « J'adore la sensation dystopique de cette image : la Voie lactée soyeuse, encadrée par une architecture brutale, comme une scène d'un roman de J. G. Ballard », déclare Melanie Vandenbrook, membre du jury.

La Voie lactée vue du Lamost. © Haitong Yu, IAPY 2017

 9. Prix spécial jeunesse

Âgée de 13 ans, la Britannique Olivia Williamson a reçu le premier prix de ce portrait de Saturne réalisé aux Émirats arabes unis le 27 mai 2016. « Les conditions étaient les meilleures que j'avais vues depuis un certain temps et Saturne semblait avoir plus de détails que je n'en avais jamais vu, a déclaré la jeune astrophotographe. J'ai fait le voyage avec mon père jusqu'au désert, près d'Al Khanzna, afin d'échapper à la pollution lumineuse de la ville ».

Image très détaillée de Saturne, où l’on peut voir les différentes teintes de l’atmosphère de la géante gazeuse et, dans les anneaux, la division de Cassini. © Olivia Williamson, IAPY 2017

 10. Prix spécial : la nébuleuse du Cône

Le lauréat Jason Green nous invite à travers cette image composite à une immersion dans la nébuleuse du Cône, située à 2.600 années-lumière de la Terre, au sein de la constellation de la Licorne. Les détails ont ravi le jury qui a décerné son prix spécial à ce nouveau-venu dans l'astrophotographie.

Plongée dans la nébuleuse du Cône. © Jason Green, IAPY 2017

« Une image merveilleuse, qui vaut tout le temps et l'effort minutieux qu'a passé [le photographe] pour la créer, montrant la nébuleuse du Cône dans toute sa beauté rouge foncé. Bienvenue à bord ! » a salué Jon Culshaw, membre du jury.


Les plus belles photos de l'espace en 2016

Article de Xavier Demeersman publié le 27 décembre 2016

Voici notre sélection de dix photos d'événements astronomiques ou de rendez-vous célestes prises en 2016 par des amateurs passionnés. S'y ajoutent deux images réalisées par des missions spatiales qui ont marqué l'année.

Superbe photo prise le 19 septembre 2016. Yuri Beletskty partage les beautés du ciel qu’il a saisies au-dessus des observatoires européens installés dans l’hémisphère sud (ESO), plongés dans les nuits parmi les plus limpides du monde. Le mont Paranal, au centre, haut de 2.700 m, paraît petit sous l’arche de la Voie lactée. © Y. Beletsky (LCO), ESO

Les événements et phénomènes célestes qui ont marqué cette année 2016 n'ont pas échappé bien sûr à l'œil averti des astrophotographes du monde entier. Notre sélection témoigne de leurs talents à saisir les scènes que jouent, exceptionnellement ou non, les astres au-dessus des paysages terrestres.

S'ajoutent à ce choix difficile, parmi des dizaines de photos splendides, deux images prises par des missions qui ont marqué 2016. L'une, Rosetta, a photographié la comète Tchouri. L'autre, Juno, s'intéresse aux secrets enfouis à l'intérieur de Jupiter.

Falcon 9 dans le ciel de Floride

Très belle composition qui nous transporte dans les étoiles. Ici, le lanceur Falcon 9 de SpaceX enflamme le ciel de Floride. Il fonce tout droit vers la Voie lactée. C'était le 6 mai 2016, depuis la station Air Force à Cap Canaveral.

Falcon 9 s’élance vers les étoiles. © Mike Killian, AmericaSpace

Étoiles filantes, Voie lactée et nature terrestre

Loin du monde ou presque... Les villes et la pollution lumineuse qui les auréole semblent bien loin. Cette photo de Raghu Yadavalli a été prise dans le parc national de Banff, dans l'Alberta. Nous sommes à la fin de l'été et le fleuve étoilé de la Voie lactée fait écho à celui qui serpente au premier plan. Des instants magiques ponctués d'étoiles filantes.

Dialogue des paysages terrestres et célestes. © Raghu Yadavalli

Une couronne tressée d’aurores

Le premier septembre 2016, les particules solaires tombant dans l'atmosphère terrestre ont tressé cette magnifique couronne de brume lumineuse dans le ciel tapissé d'étoiles du Maine, États-Unis.

Pareille à un arc-en-ciel, une aurore boréale auréole le ciel du Maine. © Aaron D. Priest

Superlune au-dessus du cosmodrome de Baikonour

Des trois superlunes consécutives qui ont marqué 2016, celle du 14 novembre fut la plus grande. Le lanceur Soyouz (au premier plan) qui emmènera Thomas Pesquet le lendemain vers la Station spatiale internationale est dressé sur son pas de tir, prêt pour le départ.

La superlune du 14 novembre, la plus grosse depuis 1948, toise le lanceur Soyouz. © Nasa, Bill Ingalls

La Lune des récoltes partiellement éclipsée

Image composite du lever de la pleine Lune de septembre, surnommée « lune des récoltes » (harvest moon, en anglais), au-dessus du château de Sesimbra, au Portugal. Au même moment, notre satellite traversait la pénombre de la Terre.

La Lune des récoltes s’élevant au-dessus du château de Sesimbra et voilée par une éclipse. © Miguel Claro (TWAN, Dark Sky Alqueva)

Traînées d’étoiles et aurore boréale

Alors que Deepanshu Arora faisait de longues pauses photo du ciel étoilé dans le magnifique écrin naturel du lac Minnewanka, dans le parc national de Banff, une aurore a surgi de l'horizon nord.

Les étoiles les plus brillantes du ciel boréal laissent un filet lumineux accompagnant la rotation de la Terre. Une aurore s’est invitée dans ce décor naturel. © Deepanshu Arora

Aurore et Voie lactée dans le ciel austral

À gauche, la brume grumeleuse de la Voie lactée, nuages de gaz et de poussières entremêlés à des milliards d'étoiles, que l'on peut admirer ici dans sa moitié australe. Un petit nuage esseulé gonflé d'étoiles flotte au-dessus du paysage qui entoure le lac McGregor en Nouvelle-Zélande, incendié par une aurore. Il s'agit du Petit Nuage de Magellan, une galaxie naine, satellite de la nôtre.

Aurore australe photographiée le 8 mai en Nouvelle-Zélande. © Manoj Kesavan

Éclipse totale du Soleil du 9 mars 2016

Image composite de l'éclipse totale du Soleil du 9 mars capturée en Indonésie. Ce jour-là, l'ombre de la Lune balaya une partie de la Terre, de l'océan Indien à l'océan Pacifique. L'Indonésie fut une des rares terres émergées où le phénomène a pu être observé. On peut admirer au centre la magnifique couronne solaire au moment de la totalité.

Le 9 mars, les habitants d’Indonésie ont pu voir la Lune grignoter le Soleil. © Justin Ng

Dernières images de Rosetta

L'un des moments les plus marquants de ces dernières années dans l'histoire de l'exploration du Système solaire fut la mission de Rosetta autour de la comète Tchouri. Le 30 septembre 2016, au terme d'un accompagnement de deux ans, le moment était venu de dire adieu au vaisseau européen. C'est ainsi que, le plus doucement possible, Rosetta vint s'échouer sur l'astre bilobé pour un repos éternel.

Une des dernières images prises par Rosetta avant son crash sur la comète Tchouri. © ESA, Rosetta, MPS for OSIRIS Team MPS, UPD, LAM, IAA, SSO, INTA, UPM, DASP, IDA

Jupiter vue de près par la sonde Juno

Arrivée autour de Jupiter le 4 juillet, la sonde Juno a livré ses premières images de la planète géante fin août. Cette image a été prise le 11 décembre dernier à l'occasion de son troisième survol rapproché, en l'occurrence ici à 24.600 km. La tache ovale blanche que l'on aperçoit est la septième des huit tempêtes actuellement en rotation dans le sens inverse des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère sud de Jupiter.

Une des huit tempêtes formant le « collier de perles » qu’arbore la géante Jupiter. © Nasa, JPL-Caltech, SwRI, MSSS
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi