L'endocardite est une inflammationinflammation de l'endocarde, la paroi interne du cœur. La plupart des endocardites sont liées à une infection et touchent les valves cardiaques, mais il existe aussi des endocardites non infectieuses. Ces pathologiespathologies entraînent une altération de la fonction cardiaque et peuvent mener à une embolieembolie.

L’endocardite non infectieuse

Aussi appelée endocardite thrombotique non bactérienne, l'endocardite non infectieuse correspond à la formation de thrombusthrombus constitué de fibrinefibrine et de plaquettesplaquettes sur les valvules cardiaques et l'endocarde adjacent. Ces végétations peuvent avoir plusieurs origines :

  • traumatisme ou suite d'opération cardiaque (par exemple cathétercathéter introduit dans le cœur) ;
  • circulation de complexes immunscomplexes immuns circulants (CICCIC) -- observés dans certaines maladies auto-immunesmaladies auto-immunes comme le lupus érythémateux disséminé ;
  • maladie ou anomalieanomalie entraînant une hypercoagulabilité ;
  • thrombose veineuse récurrente ;
  • accident vasculaire cérébral ;
  • cancer métastatiquemétastatique producteur de mucine (poumonpoumon, estomacestomac, pancréaspancréas).

Les végétations n'entraînent habituellement aucun symptômesymptôme, mais peuvent conduire à une embolie et une endocardite infectieuse. Une fièvrefièvre et un souffle cardiaque sont parfois observés.

Le traitement repose sur la prise d'anticoagulants (héparine en intraveineuse). Les troubles prédisposants doivent être soignés en parallèle.

L’endocardite infectieuse

L'endocardite infectieuse est liée à la prolifération de bactériesbactéries (habituellement streptocoquestreptocoque ou staphylocoque) ou de champignonschampignons sur la paroi interne des cavités du cœur. Dans 75 % des cas, les endocardites affectent les valves du cœur gauche (mitrale et aortique). Les bactéries et les champignons adhérant difficilement à l'endocarde, cette pathologie est le plus souvent liée à une anomalie prédisposante ou à une bactériémie massive ou très virulente.

L'endocardite infectieuse peut être aiguë, survenant soudainement et conduisant à la mort en quelques jours. L'endocardite infectieuse subaiguë se développe progressivement et discrètement sur plusieurs semaines à plusieurs mois, mais elle est également potentiellement fatale.

 L'endocardite infectieuse touche deux fois plus l'homme que la femme et à partir de 50 ans. © Fédération Française de Cardiologie, adaptation C.D pour Futura
 L'endocardite infectieuse touche deux fois plus l'homme que la femme et à partir de 50 ans. © Fédération Française de Cardiologie, adaptation C.D pour Futura

Facteurs prédisposants de l’endocardite infectieuse

  • prothèses cardiaques (prothèsesprothèses valvulaires, transplantationtransplantation cardiaque, pacemaker...) ;
  • maladie congénitale du cœur ;
  • valvulopathie rhumatismale ;
  • les hommes sont deux fois plus touchés que les femmes. Les personnes âgées, diabétiquesdiabétiques, dialysées, toxicomanes (par injection) ou immuno-dépressives sont également plus à risque.

Les portesportes d'entrée des micro-organismes sont multiples et parfois éloignées : abcès dentaire ou cutanécutané, infection urinaireinfection urinaire, pulmonaire ou digestive.

Symptômes de l’endocardite infectieuse

Les premiers symptômes de l'endocardite infectieuse sont assez généraux.

  • fièvre ;
  • fatigue, sensation de malaise ;
  • perte de poids ;
  • sueurs ;
  • accélération du rythme cardiaque ;
  • manifestions cutanées : purpura pétéchial (petites tâches sous la peau des jambes, conjonctives et muqueusesmuqueuses de la bouche évoluant par poussées), nodosité d'Osler (faux panaris) sur la pulpe des doigts ou des orteils ;
  • hémorragies conjonctivales (tâches de Roth dans le fond de l'œil avec exsudatsexsudats blanchâtres).

Complications de l’endocardite infectieuse

Non traitée, l'endocardite infectieuse est toujours mortelle, et même avec traitement, le pronosticpronostic est souvent mauvais (mortalité à six mois allant de 6 à 63 % selon les facteurs de risquefacteurs de risque).

  • En l'absence de traitement, la multiplication des bactéries au niveau de l'endocarde entraîne la formation de végétations formées d'amas de fibrine, de cellules et de bactéries. Ces dernières peuvent obstruer les valves cardiaques, se détacher et boucher les artèresartères en entraînant un infarctus du myocardeinfarctus du myocarde ou un AVC.
  • La destruction de valves cardiaques, qui deviennent incapables d'assurer l'étanchéitéétanchéité entre les cavités cardiaques, aboutit à une grave insuffisance cardiaqueinsuffisance cardiaque. Les valvules cardiaques peuvent se perforer et fuir significativement, provoquant une régurgitation.
  • La dissémination des bactéries dans la circulation peut provoquer un choc septique généralisé, endommager les reinsreins ou d'autres organes, qui s'arrêtent de fonctionner.
  • Les infections dans les artères peuvent affaiblir les parois artérielles et provoquer leur dilatationdilatation ou leur rupture, mortelle si elle survient au niveau du cerveaucerveau ou du cœur.

Diagnostic et traitement de l’endocardite infectieuse

Le diagnosticdiagnostic repose sur l'hémoculture, afin d'isoler la bactérie ou l'agent pathogènepathogène, et sur l'échographie cardiaque, mettant en évidence le type de lésion de l'endocardite (végétation, abcèsabcès, perforation valvulaire ou désinsertion de prothèse).

Le traitement de l'endocardite infectieuse consiste à administrer des antibiotiquesantibiotiques à fortes doses, par voie intraveineuse, pendant au moins 2 semaines et souvent jusqu'à 8 semaines. Débutant à l'hôpital, le traitement peut ensuite se poursuivre à domicile. Le traitement antibiotique n'est malheureusement pas toujours suffisant et la chirurgie s'avère nécessaire lorsque les valves cardiaques sont endommagées, que l'infection est trop étendue, ou en cas d'insuffisance cardiaque. L'opération comprend d'abord un nettoyage (« débridement ») de tous les tissus infectés ou nécrosés, puis la reconstruction des dommages (remplacement des valves ou de la prothèse).

Prévention de l’endocardite infectieuse

Même après une antibiothérapie efficace, le risque de récidiverécidive est important, des embolies sceptiques et des ruptures valvulaires pouvant survenir jusqu'à un an plus tard. Une hygiène dentaire et cutanée, stricte et permanente, est donc conseillée. Les sujets à risque (porteurs d'une prothèse valvulaire cardiaque ou ayant déjà fait une endocardite) doivent suivre un traitement antibiotique prophylactique pour tout geste à risque (notamment les examens ou soins bucco-dentaires).