L’exsudat permet de cicatriser une plaie en lui apportant des liquides nutritifs et en maintenant l’humidité. © Elena, Fotolia

Santé

Exsudat

DéfinitionClassé sous :biologie , sécrétion , liquide biologique

Un exsudat est un suintement de liquide organique. Il peut faire référence à plusieurs domaines. En médecine, l'exsudat est un liquide de nature séreuse consécutif à une inflammation. Il est dû à l'épanchement des vaisseaux sanguins lorsque la perméabilité de ces derniers est altérée, par exemple au niveau d'une plaie. Habituellement jaune pâle, il contient divers éléments (eau, protéines, plaquettes, électrolytes, leucocytes, enzymes protéolytiques, facteurs de croissances et déchets). En inondant le tissu autour de la plaie, l'exsudat va contribuer à la cicatrisation grâce à plusieurs actions :

  • il prévient le dessèchement de la plaie ;
  • il favorise la migration des cellules réparatrices ;
  • il fournit les éléments nutritifs essentiels au métabolisme cellulaire ;
  • il permet la diffusion de facteurs de croissance ;
  • il contribue à l'élimination des tissus morts.

L'exsudat est donc bénéfique et ne doit pas être éliminé durant la phase de cicatrisation. Il peut cependant poser problème lorsqu'il est produit en trop grande quantité ou en cas de plaie chronique (ulcère des jambes, escarres, moignons...). Habituellement jaune pâle, l'exsudat peut voir sa couleur, sa consistance ou son odeur se modifier, ce qui donne une indication sur l'état de la plaie. Un exsudat vert signale par exemple une infection bactérienne tandis qu'une forte viscosité indique une concentration élevée en protéines et donc un processus inflammatoire.

Une blessure au niveau de l’écorce de l’arbre entraîne un exsudat de résine. © Narin, Fotolia

L’exsudat des végétaux et animaux

En botanique, l'exsudat désigne la substance végétale qui s'écoule à l'extérieur de la plante, comme la résine, le latex, la gomme ou la sève. Comme chez l'humain, il provient d'un tissu endommagé, et sert à cicatriser la blessure et éviter l'infection par des bactéries et des insectes. Ces mélanges complexes de composés organiques sont utilisés depuis longtemps comme adhésifs, revêtements, épaississants ou pour leur fonction médicinale.

Certains insectes comme les pucerons, les psylles ou les cochenilles produisent un exsudat appelé miellat, issu des matières azotées de la sève des plantes qu'ils ne peuvent pas digérer. Ce miellat est ensuite recueilli par les abeilles qui le transforment en miel.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

À voir aussi :