Le candidat-vaccin de Sanofi-GSK débute la phase 3 de ses essais cliniques. © Stockwars, Adobe Stock
Santé

Covid-19 : ce que l'on sait sur le vaccin français de Sanofi-GSK

ActualitéClassé sous :vaccin anti-Covid , Coronavirus , Sanofi

Dans la course aux vaccins anti-Covid, Sanofi a pris son temps. Son candidat-vaccin débute la phase 3 des essais cliniques. Sur quel principe est-il basé et quels sont ses premiers résultats ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'immunité des vaccins pourrait durer plusieurs années  Une étude publiée dans Nature suggère que les vaccins à ARN comme Pfizer ou Moderna offrent une immunité très longue, qui pourrait même durer toute la vie ! 

Contrairement aux entreprises étrangères, le Français Sanofi a pris son temps pour concevoir son vaccin anti-Covid. Avec son partenaire GSK, la firme pharmaceutique lance les essais cliniques de phase 3 pour estimer l'efficacité, la sûreté et l'immunogénicité de son candidat-vaccin. 

Sanofi et GSK ont choisi une approche qui contraste avec celle de ses concurrents. Pas d'ARNm, ni de vecteur viral mais des protéines recombinantes.

Un vaccin basé sur une protéine S recombinante

Dans les vaccins à base de protéines recombinantes, c'est un antigène qui stimule l'immunité pour protéger d'une maladie. Pour le vaccin anti-Covid de Sanofi-GSK, la protéine S du coronavirus assure ce rôle. Pour l'obtenir, les scientifiques ont inséré la séquence génétique de la protéine S dans un plasmide. Cette unité de base sera répliquée en grande quantité dans des cellules cultivées en laboratoire qui jouent le rôle d'usine de production. Enfin, les protéines S ainsi produites sont extraites et purifiées. Cette partie de la formule vaccinale est effectuée par Sanofi, GSK la complémente par son adjuvant maison. 

Dans les essais cliniques de phase 2, entre 95 et 100 % des volontaires ont développé des anticorps après la seconde dose, dans toutes les tranches d'âge. Les niveaux d'anticorps neutralisants observés sont similaires à ceux obtenus après une infection naturelle, particulièrement chez les sujets jeunes.

Une protéine S recombinante a été utilisée par Sanofi-GSK pour créer un vaccin anti-Covid. © NIAID

Des résultats très attendus

La phase 3 des essais cliniques sera menée sur 35.000 personnes dans plusieurs pays, dont les États-Unis. L'objectif premier sera de déterminer la capacité du vaccin à prévenir les formes symptomatiques de la Covid-19 ; puis dans un second temps, sa capacité à prévenir les formes graves et asymptomatiques. 

L'efficacité du candidat-vaccin de Sanofi-GSK n'a pas encore été déterminée, ni son profil de sureté bien qu'aucun effet secondaire indésirable n'ait été observé dans les précédentes étapes des essais cliniques. Le communiqué de presse de la firme indique qu'il a « le potentiel de générer des réponses immunitaires élevées et soutenues et de prévenir potentiellement la transmission du virus ». Si les essais cliniques atteignent leurs objectifs et que les évaluations réglementaires se déroulent comme prévu, le vaccin devrait être autorisé au cours du dernier trimestre 2021. 

En parallèle de ce vaccin à base de protéines recombinantes, Sanofi a noué un partenariat avec TranslateBio pour en concevoir un second, basé sur l'ARNm cette fois. Moins avancé dans son développement, il est encore en phase 1 des essais cliniques. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !