Covid-19 : une personne non vaccinée a 12 fois plus de risque de transmettre le SARS-CoV-2 qu’une personne vaccinée

Classé sous :vaccin anti-Covid , Coronavirus , campagne de vaccination

Alors que le gouvernement réfléchit à une obligation vaccinale pour certaines catégories de population (soignants, personnes à risque...), l'Institut Pasteur sort une étude confirmant le danger que font peser les personnes non vaccinées sur l'ensemble du système de santé. « Les personnes non vaccinées contribuent à la transmission de façon disproportionnée : une personne non vaccinée a 12 fois plus de risque de transmettre le SARS-CoV-2 qu'une personne vaccinée », avance l'organisme. De plus, dans un scénario où 90 % des plus de 60 ans seraient vaccinés, les 10 % restants représenteraient encore 35 % des hospitalisations alors que leur pourcentage dans la population n'est que de 3 %, souligne l'Institut Pasteur.

Autre angle mort de la vaccination : les enfants. Dans l'hypothèse où 30 % des 12-17 ans seraient vaccinés, « les enfants et adolescents représenteraient à peu près la moitié des infections et des transmissions alors qu'ils couvrent seulement 22 % de la population ». Autant dire que la rentrée s'annonce chaude...

Du coup, et malgré les progrès indéniables de la vaccination, « un pic d'hospitalisation similaire à celui de l'automne 2020 pourrait être observé en l'absence de mesures de contrôle », prévient l'Institut Pasteur, qui prône pour des mesures de contrôle strict comme « la poursuite de la distanciation physique, des gestes barrières, du port du masque et un dépistage répété ». Néanmoins, ces mesures n'ont que peu d'intérêt chez les personnes vaccinées, reconnaît l'organisme. Reste à savoir comment on pourrait appliquer le port du masque de façon différenciée entre les vaccinés et les non-vaccinés.

Même à supposer que 90 % des plus de 60 ans soient vaccinés, un pic d'hospitalisation similaire à celui de l’automne dernier n’est pas exclu en 2021. © Przemek Klos, Adobe Stock
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'immunité des vaccins pourrait durer plusieurs années  Une étude publiée dans Nature suggère que les vaccins à ARN comme Pfizer ou Moderna offrent une immunité très longue, qui pourrait même durer toute la vie !