L'un des trois projets de vaccin contre le SARS-CoV-2 de l'Institut Pasteur débutera les essais cliniques dès le mois de juillet. © Parilov, Adobe Stock
Santé

Le vaccin anti-Covid-19 de l’Institut Pasteur donnera ses premiers résultats à l’automne

ActualitéClassé sous :Coronavirus , Vaccin , Institut Pasteur

-

[EN VIDÉO] Tocilizumab : que sait-on sur ce traitement ?  Un récent communiqué de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) suggère que le tocilizumab, un anticorps monoclonal, pourrait être efficace pour éviter le recours à la ventilation respiratoire mécanique dans le cadre du Covid-19.  

Pour l'instant, aucun vaccin n'a jamais été mis au point pour combattre efficacement un coronavirus humain dont la caractéristique est de muter souvent et de façon anarchique. Actuellement, plus d'une centaine de projets dans le monde sont à l'étude pour créer un vaccin qui terrassera le SARS-CoV-2. En France, l'un des trois projets conduits par l'Institut Pasteur devrait démarrer les essais cliniques au mois de juillet et donnera ses premiers résultats à l'automne.

L'Institut Pasteur est engagé sur trois projets de vaccins anti-Covid-19, dont le plus avancé, basé sur un vaccin de la rougeole modifié, devrait donner des premiers résultats en octobre, selon la coordinatrice des programmes vaccins, Christiane Gerke qui a été interviewée à ce sujet :

Le Covid-19 est responsable de 300.000 morts dans le monde. Le vaccin serait la seule assurance de revenir à une vie presque normale. © Thomas Samson, AFP, Archives

Quel est le calendrier des essais cliniques pour votre vaccin anti-Covid tiré d'un vaccin de rougeole modifié ?

Christiane Gerke : Les feux verts (réglementaires pour démarrer les essais cliniques, ndlr) sont attendus pour juillet. Les essais cliniques démarreront immédiatement après ces feux verts. Les premiers résultats de la phase I sont attendus pour la fin d'octobre. La phase II ou phase II/III est prévue pour début décembre.

Dans le contexte de l'épidémie de Covid-19, des essais cliniques de phase II ou III qui visent principalement à établir l'efficacité d'un vaccin, pourraient-ils se transformer en première campagne de vaccination ciblée ?

Christiane Gerke : Pas directement. Mais dès que suffisamment de données ont été collectées sur la qualité, la sécurité, l'efficacité, l'immunogénicité et la performance du vaccin, un classement pour utilisation en urgence par l'OMS (Organisation mondiale de la Santé) peut être demandé.

Ceci permet l'utilisation de produits qui ne sont pas encore autorisés. Il faut aussi tenir compte du fait qu'il faudra planifier en même temps une fabrication à large échelle pour préparer rapidement des centaines de millions de doses.

Quelles populations seraient visées en priorité pour les premières campagnes de vaccination ?

Christiane Gerke : Cela dépendra de la performance du vaccin en phase d'essais II/III dans les différentes catégories d'âge, ainsi que du nombre de doses de vaccin disponibles, de l'évolution de l'épidémie, de notre compréhension des mécanismes de gravité différenciée et des connaissances que nous allons acquérir dans les prochains mois.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !