Le diabète, une maladie difficile au quotidien mais dont la prise en charge facilite la vie des malades. © Priman Khrutmuang, Fotolia
Santé

Comment les diabétiques vivent-ils leur maladie ?

ActualitéClassé sous :diabète , diabète de type 2 , diabète de type 1

Sanofi et l'Ifop ont réalisé un sondage sur les Français et le diabète. Comment la maladie est-elle perçue et vécue par les malades ? Quelles sont leurs sources d'angoisse et d'espoir ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Qu'est-ce que le diabète gestationnel ?  Le diabète gestationnel est associé à une augmentation des complications périnatales telles que la macrosomie, la césarienne, la dystocie des épaules et la paralysie du plexus brachial. 

En France, 3,5 millions de personnes suivent un traitement contre le diabète. Cette maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique et une défaillance de la sécrétion et/ou de l'action de l'insuline peut être de deux types : le diabète de type 1 qui concerne les enfants et les adultes, d'origine auto-immune et le diabète de type 2 qui se déclare à l'adolescence ou à l'âge adulte. Ce sont les formes les plus fréquentes de diabète, mais il en existe d'autres, comme le diabète gestationnel qui apparaît durant la grossesse.

Le diabète, une maladie lourde à porter

Il y a peu, Sanofi et l'Ifop ont réalisé un grand sondage sur la relation des Français avec cette maladie chronique et son impact sur le quotidien des malades. En tout, 800 diabétiques ont répondu aux questions, laissant exprimer l'impact néfaste du diabète sur leur santé mentale et leur qualité de vie. Les sondés diabétiques sont unanimes : 81 % d'entre eux affirment que leur pathologie est contraignante. Pour 57 % d'entre eux, le diabète diminue leur forme physique.

Mais là où il est le plus pernicieux, c'est sur la santé mentale. Le moral, l'humeur, la vie sexuelle ou les relations sociales sont entravés par la maladie ; 36 % d'entre eux déclarent même avoir honte d'être diabétique. Une tendance très forte chez les plus jeunes (40 ans et moins) et les diabétiques de type 1. Selon une méta-analyse récente, les diabétiques sont plus sujets à la dépression que les non-diabétiques. Les périodes de stress et d'anxiété sont assez intenses chez les diabétiques, tout comme la peur de l'avenir et d'une dégradation possible de leur maladie.

Résultat du sondage sur le diabète et la santé mentale. © enquête Sanofi - Ifop

Des traitements qui améliorent le quotidien

Heureusement les traitements disponibles améliorent nettement la qualité de vie des malades. Pour les diabétiques de type 1, il n'y a qu'une prise en charge possible : la prise quotidienne d'insuline, via une pompe ou autre, durant toute la vie pour pallier l'absence de sa sécrétion par le pancréas. Pour les diabétiques de type 2, la prise en charge est multifactorielle. Perte de poids, changement d'habitude alimentaire, plus de sport, etc. permet de réguler la glycémie sanguine.

Pour 80 et 85 % des sondés atteints de diabète, leur traitement améliore leur qualité de vie et leur santé, respectivement. Les dispositifs numériques ou les outils connectés de suivi du diabète intéressent beaucoup les malades qui voient en eux un espoir d'améliorer la prise en charge de leur maladie et soulager leur charge mentale.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !